11/09/2007

OHM Trail d'Aywaille - 9/09/2007 [34,5 KM]

 

 

 OHM Trail d'Aywaille - 9/09/2007 [34,5 KM] :

Le parcours
"Très varié et technique, un vrai ultra cross nature sur 98% de sentiers et chemins"
Quittant le Hall Omnisport d’Aywaille, il vous offrira un des plus beaux tableaux de l’Ardenne.Il grimpera par un sentier en lacets " la Heid des Gattes" ,où vous aurez peut-être la chance d’apercevoir un troupeau de chèvres sauvages, sur un site protégé pour sa plante rare "la joubarde" . Il vous emmènera sur les plateaux au solrecouvert de tourbière et entrecoupés de petits villages decaractère .Il vous fera découvrir le bassin de l’Amblève oùl’érosion a creusé dans la roche des vallées sauvages où coulel’un des plus bucoliques ruisseaux du pays " le Ninglinspo" .Il sera intransigeant pour atteindre le point de vue " Drouet" Il entamera une montée régulière qui vous emmènera aulieu -dit " tilleul des pendus" , passera par d’anciennes carrières pour redescendre dans la vallée de l’Amblève. Mais il vous faudra encore de l’énergie pour aborder le final par la remontéesur un sentier abrupt et escarpé : le sommet de " la redoute" connu par sa classique cycliste " Liège -Bastogne-Liège" .Il évitera le point de vue du " canon"  et redescendra versAywaille avec ses vues superbes sur le village et enfin terminer ce dur périple.

Classement 2007 : cliquez ici

Parcours du Trail :

ai_den2ai2

 

 

 

 

Parcours avec dénivelé :

ay1

 

 

 

 

 

ay2

 

 

 

 

 

La côte de la redoute par les bois :

ohm_earth2
 

 

 

La carte du parcours :

OHM Running - Aywaille 09-09-2007

 

 

 

Dénivelé :

Aywaille_den

 

 

 

 

 

Mes temps intemédiaires au km :

OHM Running - Aywaille 09-09-2007, Allure intermédiaire
 

 

 

Mon Allure et dénivelé :

Running - Aywaille 09-09-2007, Allure - Distance

 

 

 

 

Mon résultat :

Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
34,503:20:5110,3100:05:491513711

 

Galerie photos 1 : cliquez ici

Galerie photos 2 : cliquez ici

CIMG2969_small

CIMG2967_small

 

DSCN0972_smal


Mon Commentaire :

Il est 9h00, et je retire mon dossard, j’ai le N°60, on m’offre un T-shirt, avec des inscriptions, et là je m’aperçois qu’il est indiqué : OHM, le trail le plus dur de Belgique …. de quoi me réjouir … je reste avec ma petite famille : mes deux enfants et ma femme, venu me soutenir. 9h30, tiens donc qui vois-je…, un ancien coéquipier du club de football de bois-de-villers …  çà fait au moins 10 ans que l’on ne c’était plus vu ! il s’est converti depuis comme trailer, et apprécie de plus en plus les longues distances, il se prépare pour l’ultraTrail de liège au mois d’octobre. Après un brin de causette, il est 10h00, et les premières instructions sont données : Trois ravitaillements, un premier à 18 km, un second à 24 et le dernier à l’arrivée … çà devrait le faire. Après nous avoir donné un bon conseil, à savoir « bien doser ses efforts », le départ est donné. Je souhaite bonne course à Quentin et c’est parti … je reçois un bisou tendre de ma fille au passage … à tout à l’heure …

Les premiers 500 mètres se font à allure modérée, un premier groupe se forme devant, je suis juste derrière, ensuite la première côte, de quoi s’échauffer, je l’ai gravi assez facilement même si elle fait 200 m de dénivelé sur une distance de 3 km. Là on forme un petit groupe de 4 trailers … ensuite une petite descente sur route afin de dégourdir les jambes, certains trailers en profitent pour me dépasser, mais je crois que je vais bientôt les rejoindre …. On arrive au kilomètre 8, et là une nouvelle côte (12O D+) plus abrupte … tiens donc je dépasse les trailers présomptueux. Sur les pentes trop raides je marche à vive allure. Ensuite une longue descente sans trop de difficulté dans les sous-bois nous permet d’accélérer la cadence, je me retrouve dorénavant tout seul. Au kilomètre 10 une nouvelle côte sur 3 kilomètres, faut gravir 160 m de dénivelé +, avec par moment des pentes impressionnantes. Ensuite une descente de 2 km nous permet de récupérer. On attaque ensuite la partie la plus belle du Trail, la vallée du Ninglinspo, les chemins deviennent plus techniques, on court principalement sur des rochers, c’est tellement beau, que j’en oublie les balises, heureusement qu’une bon samaritain, a crié de toute ses forces afin de me remettre dans le bon chemin, sans lui, je ne sais pas ou j’aurais atterri … Une fois la frayeur passé, je reviens sur mes pas, et je me retrouve de nouveau avec des trailers. Et gravi mon ascension, je relâche de nouveau les trailers, et à la fin cette montée un petit public c’est formé et nous encourage généreusement, çà fait du bien au moral. Kilomètre 18 enfin le premier ravitaillement, en fait j’ai mon camelbag, et j’ai bu assez, je ne m’arrête pas. Et c’est reparti après une petite côte improvisée, nous nous retrouvons dans les bois pour la plus grande descente, chemin bien large, sans difficulté majeure. Kilomètre 22, faut escalader une côte de 100m D+ afin d’arrivée au pointage, cela nous permet de voir les concurrents qui repartent dans l’autre sens. Au pointage, je fais une petite pause et m’alimente en raisins secs et boisson énergétique. Et hop je repars, tiens Quentin me vois repartir.

Là deuxième partie du trail commence, très technique et très dure !!!Les descentes et montées techniques se succèdent. Je rattrape un trailer, un V2, et je reste avec lui pendant 5 kilomètres, sur les montées il me distance, et je le rattrape sur les descentes on fait du Yoyo jusqu’à la célèbre côte de la  redoute au kilomètre 32, il marche trop vite pour moi dans cette côte et je le laisse partir. Au bout de la côte la première femme m’a rattrapée, elle est impressionnante sur les côtes, et je vais jouer avec elle également au yoyo, il ne reste plus que la descente « la heid des Gattes », très techniques, j’en profite pour dépasser deux trailers qui ont du mal, j’entends la sono tout en bas, cela me redonne des forces, çà y est je vois l’arrivée, ma petite famille est surprise de me voir ! ma fille m’embrasse très fort, enfin le réconfort. Au final 3:20:51 et 15ème sur 137 trailers. Je suis assez content de moi, j’ai bien dosé mes efforts.

Après 30 minutes, Quentin franchit la ligne d’arrivée, il est très contrarié : il s’est trompé et a fait un détour de 3-4 km, mais après une bonne chope, tout est revenu dans l’ordre.
Je tenais à souligner la remarquable organisation:
accueil chaleureux, parcours époustouflant, ambiance assurée, ravitaillement généreux, Château gonflable pour les enfants, et même un musicien pour mettre l'ambiance.  


Rendez-vous à l’année prochaine ….

 

| (2) | |  Facedebouc

Commentaires

Un seul mot pour ce site :"Chapeau " et merci de vos récits .
A 59 ans je veux débuter en trail ,je n'ai pas bcp vu de conseils et suggestions sur l'équipement . Pourriez vous en donner .
Je débute au trail des htes fagnes (le petit) et espère faire aywaille en 2008 .Mais je cours moins vite (j'ai 59 ans )
Bonne continuation

Écrit par : serge | 24/09/2007

Répondre à ce commentaire

Très bonne initiative. Tout d'abord il n'ay a pas d'âge pour démarrer un trail, bien au contraire, je crois qu'avec l'âge on se bonifie. Il n'y a pas de stress et d'esprit de compétition. L'Italien Marco Olmo a remporté deux années consécutives Ultratrail du Tour du Mont-Blanc (163 km, 5 vallées, 71 glaciers, 400 sommets, 16.000 mètre de D+) et il est agé de 59 ans. moi je dis respet !

Concernant les équipements de base :
Bonne chaussure de Trail : moi j'ai été les acheté chez decathlon, se sont des chaussures spéciales pour trail, qui ont les propriétés suivantes :
Légères
Tout terrains
respirantes
robuste
amorti les chocs
imperméable
faut compter un budget de 60 euros
Semelles :
une bonne semelle , permettra de moins soliciter les articulations et éviter les tendinites.
Chaussettes de Trails :
Se sont des chaussettes assez épaisses et sans coutures, qui évitent les irritations aux pieds
CamelBags : en générale les trails se font en auto-suffisance, c'est à dire qu'il n'y a pas de ravitaillements (ou peu) prévus. il est alors indispendable de pouvoir boire (100ml toute les 10 minutes. Le camelBags est la solution idéale, et permet de remplir deux litres d'eau. de plus on pourra y placer toutes sortes d'aliment, son gsm, un appareil photo. etc ... il est toutefois nécessaire de s'entrainer avec. Il faudra en choisir un pas trop lourd ! afin de soulager le dos. Pour de plus petite distance, les portes-bidons suffira.
Baton de trail :Pour les parcours avec de grand dénivelé, il sera judicieux d'utiliser un baton de trail, en générale ils sont télescopiques, et peuvent se ranger dans son camelbag, quand on ne l'est utilise pas. sinon ils sont de grandes utilités sur les côtes abruptes et soulagent les cuisses. Personnellement, je n'ai jamais utilisé.
Une casquette ou bandana : il est important de se protéger le visage, lors de grand soleil.
un maillot laissant passer la transpiration, se qui permettra de se sentir plus léger et éviter les maillots mouillés
afin de prévenir des ampoules aux pieds, une gamme de produit existe sur le marché (sous forme de gel, ou poudre, exemple produit Akiléine). faut tester lors de vos entrainements ce qui vous convient au mieux (moi je ne mets rien).

Enfin L'alimentation et boire suffisament seront la clé de votre succès. il existe des compléments énergetiques ou boissons qui vous permettront de bien réussir un trail. Faudra tester également votre alimentation lors de vos entrainements et choisir celui qui vous conviendra au mieux, (ce qui vous évitera de connaitre des problèmes intestinaux lors des trails).

cordialement et au plaisir de vous voir

Écrit par : oui oui | 24/09/2007

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire