01/12/2008

Marathon de Florence - 30/11/2008 - [42,195 km]

Marathon de Florence - 30/11/2008 - [42,195 km]

flo_home

C’est l’attrait enthousiasment de siècles d’art, d’histoire et de culture qui vous accompagne, pas après pas, sur une distance de 42 kilomètres et 195 mètres du Marathon de Florence. Seul l’athlète qui a couru à Florence peut raconter cette émotion unique qui a transformée la classique de la ville de l’iris en un rendez-vous immanquable pour des milliers de sportifs et de passionnés venus du monde entier, ponctuel tous les ans, le dernier dimanche de novembre. L’évènement florentin s’est tellement multiplié de manière exponentielle au cours de ces dernières années, que le 26 novembre dernier, lors de la XXIII édition, le nouveau record d’inscription a été dépassé, avec plus de 7.700 coureurs (4.836 italiens et 2.872 étrangers, environ 37 % du nombre total) venant de 58 pays ainsi que le record de la compétition masculine, avec le kényan James Kutto âgé de 24 ans qui a gagné la course avec un temps de 2h08’41”: quatrième temps ‘all time’ pour le vainqueur d’un marathon italien. Soulignons également le record des coureurs arrivés : 6.272, auquel on doit aussi ajouter 23 athlètes handicapés, contre les 6971 coureurs partis. Chiffres impressionnants, témoignage d’une augmentation non seulement numérique mais également qualitative, qui ont transformé le Marathon de Florence comme deuxième marathon italien, juste derrière le marathon de Rome. Une manifestation qui n’est pas seulement un évènement sportif mais également une tradition et un évènement culturel pour lequel on reste vraiment fasciné. Cette sensation authentique a réuni les milliers de coureurs et les nombreux spectateurs devant la télévision Raitre, pour suivre les trois heures de direct réservées à la XXIII édition du Marathon de Florence commentée par le Télé journal sportif RAI sport. C’est la deuxième année consécutive que la Rai transmet la manifestation florentine en direct, comme une juste reconnaissance de l’importance croissante de l’évènement au cours de ces dernières années. Mais parler uniquement de chiffres ne rendrait pas le juste mérite à un marathon qui a maintenant atteint un niveau d’organisation absolument excellent et peut se vanter d’une scène exceptionnelle comme Florence, ville unique au monde pour sa beauté et son environnement.

flo_Benini137rr

Le parcours florentin, d’une beauté unique se dessine à travers les vues du paysage et des monuments qui ont fait la renommée de la ville dans le monde. Il suffit d’admirer le monument du départ, de la magnifique terrasse panoramique de la Place Michel-Ange, pour saisir une vue sans égal et comprendre la magie du parcours qui attend les athlètes. Un tracé qui touche les lieux les plus magiques de Florence, comme la Place du Dôme, la Place de la Seigneurie, le Vieux Pont et beaucoup d’autres rues et places riches en histoire et en culture, avant de se terminer dans la majesté magistrale de la Place Santa Croce. Le parcours est sans dénivellation, sauf la partie initiale en légère pente et toujours sur routes goudronnées, caractéristiques qui le rendent particulièrement fluide et apprécié par tous les athlètes.

Parcours :

flo_google

flo_parcours

Carte :

flo_carte

Dénivelé :

Flo_Altimetria2002

Allure :

flo_all

flo_all_int

Classement 2008 :

Classement en ligne : Cliquez ici

Classement complet : Cliquez ici

Résultat :

 

Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
42,1953:11:0113,304:32765720111

Statistiques :

>> Nombre d'inscripts : 9075

>> 7729 hommes et 1346  femmes

>> 6356 italiens et 2719 étrangers

>> 71 belges

>> 7201 marathoniens qui ont franchi la ligne d'arrivée

Résultats intermédiaires :

 

CheckKmTimemin/KmDeltamin/Km2RealTimeClass. int
Viale Sanzio (5K)5.0000:23:144.380:23:144.380:21:521122
Via dei Serragli (10K)10.0000:45:344.330:22:204.280:44:121000
Lungarno A. Moro (15K)15.0001:07:494.310:22:154.261:06:27952
Largo Gennarelli (21K)21.0001:34:374.300:26:484.281:33:15930
Via Piagentina (25K)25.0001:52:334.300:17:564.291:51:11912
Viale F.lli Rosselli (30K)30.0002:14:494.290:22:164.272:13:27855
Viale Washington (35K)35.0002:37:474.300:22:584.352:36:24791
Via del Proconsolo (40K)40.0003:01:564.320:24:094.493:00:34766
Arrivo42.1953:12:234.330:10:274.453:11:01742

 

 

Certificat :

flo_certificat

Commentaire :

 

Vendredi 28 Novembre :

Les enfants sont déjà chez mamy, ils nous suffit de nous réveiller à 7h00 du matin, de mettre les valises dans la voiture et direction l'aéroport de Brussels South (Charleroi quoi).  C'est pour moi l'occasion de visiter ce nouvel aéroport, que j'ai vu construire, travaillant à l'époque juste en face de l'entrée principale.

Nous embarquons avec Ryanair et le voyage se passe sans encombre. Nous partons avec Gerpinnes & Co, nous serons 10 de la partie, dont 3 marathoniens : Fabrice M., Gaëtan T. et moi-même. Nous accompagnerons : Robert T., et sa femme Lisiane accompagnée de la sœur de Robert, Jean-Luc S. et sa femme venus fêter leur anniversaire de mariage, Patricia et enfin ma femme Nathalie. Nous comptons tous profiter pleinement de ce long WE.

12h30 nous sommes arrivés à Pise et constatons avec désolation les premières gouttes de pluie et nous prenons le train vers Florence. Nous épargnerons tous 5 euros à cause d'un problème d'imprimante pour les billets.

15h00 – gare centrale de Florence, l'hôtel est à 500 mètres et nous nous rendons à pied vers le Martelli Hôtel, un petit 3 étoiles. Les chambres ne sont pas luxueuses, mais relativement confortables. Les ventres commençant à gargouiller et nous trouvons un petit snack sans prétention. Après avoir retirer nos dossards à l'expo à 3 km de l'hôtel, nous irons dans un chouette restaurant à deux pas de l'hôtel, l'ambiance y est conviviale, la déco relaxante et les plats d'une très bonne qualité. Fabrice et Gaëtan apporteront un soin particulier quant aux choix des plats en vue du Marathon. De mon côté je préfère profiter pleinement des bons plats de la carte.

La première nuit sera difficile, entre le lit trop mou, le bruit assourdissant du frigo et le bruit de fond du climatiseur, il ne reste plus beaucoup de temps pour le sommeil ….

Samedi 29 Novembre :

Petit déjeuner à 8h30, il n'y a rien à faire, les italiens ne sont pas très doués pour les pâtisseries et les croissants, je me contente donc de petit pains gris avec du beurre. Même le café ne passe pas ….

Vers 11h00 je pars avec Fabrice faire un petit tour en mode jogging maximum 30 min. afin de dégourdir les jambes. Direction la ligne d'arrivée et le long de l'Arno, avec quelques petits déboulés.  Nous rejoignons nos femmes pour un snack touristique juste en face du Dôme. Fabrice et Gaëtan se tiennent à leurs pâtes blanches (ils ont bien du courage), j'expérimenterai des tagliatelles aux fugghi porcini (aux champignons). Nous nous rappellerons également du prix … 4,5 euros le coca !!! ça fait cher la gorgée.

Après une petite visite de la ville, il est temps de se reposer un peu à l'hôtel. Pour la soirée, on sélectionnera un restaurant traiteur qui a l'air connu, car bondé et on fait la queue …

Pour Fabrice et Gaëtan, choix drastique : pâtes blanches … quel courage. Moi je me laisserai tenter par un carpaccio d'aubergine et mozzarella au lait de buffle, ainsi qu'un plat de spaghetti à la sauce tomate fraîche. Vraiment délicieux.

La nuit sera agréable (nous aurons la bonne idée de débrancher le frigo et le climatiseur)

Dimanche 30 Novembre : Le marathon

Débout à 6h30 pour le petit déjeuner, sous les conseils avisés de Fabrice, ça sera 3 petits pains blancs avec du miel et une tasse de café que je me forcerai à ingurgiter. Fabrice et Gaëtan ont prévu un « gâteau  marathon » , une sorte de cake pré-digéré … Je prépare mes affaires, et trouve un système D pour attacher mes 3 gels, ça sera à l'arrière du dossard avec de la toile isolante …

7h30 nous nous dirigeons vers l'arrêt de bus prévu pour les navettes à destination du départ. Après deux passages du bus 14, bondé les deux fois, nous devons nous rendre à l'évidence … c'est à pied que nous nous rendrons au départ. Fort heureusement il ne pleut pas. Il est 8h30 quand nous déposons nos sacs dans les camions, et là il commence à pleuvoir, nous attrapons un bus qui nous conduit au point de départ dans les hauteurs, sur la place Michel-Ange. Il pleut de plus en plus et nous nous cachons sous les sacs poubelles et pour moi un parka Hoegaarden : je suis déguisé en pêcheur, et nous prenons notre mal en patience. Pas question d'échauffement, tant il pleut. 9h00 nous essayons de rentrer dans nos box respectifs, mais il n'y a plus de place … pas très respectueux ces italiens … la plupart d'autres eux se trouvent là où ils ne devraient pas être … nous sommes obligés de rentrer au chausse-pied ! Nous sommes donc agglutinés sous la pluie battante, pas top comme organisation. Je suis avec Fabrice et on se dit que ça va être difficile de faire un chrono ici dans ces conditions. Fabrice vise un chrono sous les 3h00, Gaëtan 3h15 et moi 3h10.

Nous partons à 9h30 pour satisfaire les conditions du direct télévisé. Je vois que cela bouge devant et nous commençons dans le chaos ce marathon. Les premiers hectomètres sont très lents, principalement de la marche à pied, ensuite les 2 premiers km consistent à slalomer entre les marathoniens qui se sont placés maladroitement en avant de la course, c'est très dur, frustrant et ça casse le rythme … Nous entamons ensuite deux KM de descente, attention faut pas s'emballer car on risque de le payer plus tard … mais je dois rattraper mon retard, j'enjambe le trottoir et commence ma remontée … je suis obligé de faire parfois du 16 km/h …

Après 5 km, l'allure commence enfin à se stabiliser, nous avons également retrouvé le plat. Fabrice vient juste de me passer et est parti pour essayer de descendre sous les 3 heures. Les km s'enchainent très rapidement, j'ai décidé de courir au cardio (entre 165 et 170) et ne prête pas attention au chronomètre. Nous sommes déjà au km 10, entretemps j'ai dépassé les ballons su 3h15 et viens de rejoindre Gaëtan qui était parti avec les favoris ….

Nos femmes nous attentent près du Ponte Vieccho au km 11, nous les croisons, ça fait du bien pour le moral. Il s'est arrêté de pleuvoir et je profite pour me débarrasser de ma veste de pêcheur …. Au km 13 nous traversons l'Arno.

Km 15, mes jambes tournent comme une horloge, rien à signaler et je continue à dépasser régulièrement les coureurs. Le système de toile isolante pour attaché les gels n'est pas top ... je vais devoir les tenir en main ...

Après 1h34 je passe le semi-marathon, près de l'expo et me sens toujours bien, nous faisons un petit tour de stade.  Pour retourner vers le centre de la ville.Au km 26, Robert et compagnie seront là pour nous encourager. C'est là que Gaëtan choisira d'abandonner, car il souffre de la hanche et sent qu'il ne pourra plus tenir. Dommage, c'était son premier marathon, ce n'est que partie remise….

Au km 27 je prends mon premier Gel carbo (je n'ai rien prévu contre les crampes, on verra …), on traverse le centre de la ville, où les supporters et touristes sont venus en nombre dont ma femme, ça nous donne beaucoup de courage … mais attention à ne pas s'emporter. Je reste concentré et me fie à mon cardio, la dérive cardiaque commence à se faire sentir.

Je passe au 30ème km avec un temps de 2h15. et c'est là que le marathon commence, nous passons par une longue ligne droite de 4 km …. Les premières crampes des marathoniens font leurs apparitions, je les vois craquer un par un … de mon côté mon rythme a légèrement baissé mais ça va toujours. Au km 34, il faut faire demi tour et s'est reparti pour 4 km de ligne droite : c'est l'heure de mon deuxième gel. C'est très dur pour le moral, je vois craquer de plus en plus de marathoniens, mais je m'accroche, je perdrai un peu de temps, mais tiendrai bon !

KM 38, enfin la ville, le public est de nouveau présent et j'ai relativement bien géré « le mur ». il ne reste plus qu'à franchir la ligne d'arrivée, me-dis-je, et hops mon dernier gel. Je m'efforcerai à garder mon ryhtme sans forcer. A ce stade de la course, je dépasse les marathoniens qui craquent et me fait dépasser par ceux qui veulent faire un chrono. Au km 40 je croiserai de nouveau Robert & compagnie et un peu plus loin Patricia et Nathalie. Les deux derniers km seront une formalité. Je passerai la ligne d'arrivée avec un chrono de 3h11 réel.

Les jambes sont un peu courbaturées, mais physiquement c'est ok. Je me sens en relative bonne forme, je rejoins Fabrice, il aura fait un chrono de 3h04, ça ne sera donc pas pour cette fois … nous regagnons l'hôtel pour un bon bain relaxant. 

Bilan, je suis satisfait de mon deuxième marathon qui s'est bien déroulé et où j'ai bien géré la course. Dommage pour le départ, du à la mauvaise organisation, où j'ai perdu beaucoup de minutes, ce qui a généré du inutilement du stress … Je crois que cela me laisse donc de la marge pour améliorer mon chrono et c'est de bonne augure …

Après le bain, nous retournons au snack, où les privations des dernières semaines ne seront plus qu'un mauvais souvenir pour Fabrice et Gaëtan. Nous profiterons de l'après-midi pour faire les boutiques et terminerons la soirée sous le déluge dans un restaurant avec Robert et compagnie, pour un repas bien mérité et festif. Nous aurons également les félicitations de Catherine Lallemand, par téléphone, qui aurait bien partagé avec nous cette aventure.

Lundi 1 Décembre :

Après notre déjeuner retour à l'aéroport … Quel cirque ces italiens … 1 sac par voyageur. Une file de 100 mètres … Mon ordinateur portable, qui était dans ma valise, s'est volatilisé (merci les bagagistes de Pise !!! j'essayerai de retrouvé mon pc sur ebay). Nous sommes heureux de retrouver notre cher pays.

>> Pour conclure :

Ce fut un long WE fantastique. Florence est une très belle ville à visiter. J'ai aimé le parcours du marathon, beaucoup de changement de direction, plusieurs types de revêtements, un public assez soutenu. Ce n'est pas un marathon pour y faire un chrono, mais vraiment agréable … Nous y avons bien mangé.

Et la compagnie de Gerpinne & Co, représenté par son président en personne, c'était génial, superbe ambiance.

 

Photos :

DSC_0001

DSC_0005

DSC_0010

DSC_0017

maratona08partenza1_r

maratona08partenza_r

DSC_0024

DSC_0088

DSC_0094

DSC_0126

DSC_0127

DSC_0197

DSC_0191

Galerie photo 1 : Cliquez ici

Galerie photo 2 : Cliquez ici

Galerie photo 3 : Cliquez ici

Vidéos :

camera1 Vidéos Officielles : Cliquez Ici

On me voit à la 34 ème seconde ... cherchez bien je suis déguisé en pêcheur

 

 

| (4) | |  Facedebouc

Commentaires

Et bien, je sais pas quoi dire... tu m'en bouche un coin !
Je dois d'abord m'entrainer pour faire 45 min. sur 10 Kms.
Bref , félicitation

Écrit par : Thierry | 01/12/2008

Répondre à ce commentaire

Bonne récup et bravo !

Ton Blog est une mine d'infos et de partage de ta passion incroyable !! Ne l'arrête jamais..

A+
FAB ; -)

Écrit par : Fab | 08/12/2008

Répondre à ce commentaire

Félicitations ! cela donne vraiment envie de participer à un marathon ! ça sera à mon programme l'année prochaine.

le site est vraiment agréable à lire et je ne manquerai pas de le suivre. bonne continuation

Écrit par : Fred | 08/12/2008

Répondre à ce commentaire

Génial de découvrir vos impressions de Florence 2008. j'espère le courir cette année même si je suis un peu en retard d'entraînement. Y a t-il des "gerpinnois" qui le font cette année ?
A bientôt peut-être. Encore bravo pour votre blog très bien documenté. Super !

Écrit par : NICOLAS Yvan | 11/10/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire