01/05/2009

Trail La Bouillonnante - 26/04/2009 [50 km]

Trail La Bouillonnante - 26/04/2009 [50 km]

bouillon_home

Parcours :

bouillon_google

bouillon_IGN

Dénivelé :

bouillon_IGN_den

Allure :

bouillon_all

Classement :

Classement 50 km : Cliquez Ici

Classement 24 km : Cliquez Ici

Résultats :

Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
50,0DNF

Commentaire :

C’est avec appréhension que nous partons en direction de Bouillon, et c’est une grande première pour Madame, qui va participer pour la première fois à un trail, et quel Trail … la Mythique Bouillonnante édition 2009. Certaines mauvaises langues diront que je voulais me débarrasser de ma femme !!!! Mais que nenni ! bande de fripons, je la veux tout simplement  courageuse et compréhensive !

Au programme du jour au choix 24 ou 50 km, dois-je encore hésiter ?  Le temps est grisatre, maussade et une fine pluie vient perturber notre bon moral. L’horizon brumeux, où l’on voit à peine les cimes me rend furibond. Le temps pour moi de visiter les latrines de fortune faisant honneur à celles du château.

Je ne me pose presque plus de question, et me dirige dans la cour médiévale du château attendant patiemment le départ et ma montre GPS qui semble être déboussolée. Ayant contracté une vilaine petite blessure au mollet il y a à peine 3 semaines, moi le bravache qui me croyait invulnérable, commence à douter et si et si …

Ca y est ! je vois une masse s’engouffrer dans les couloirs obscurs du château, le départ a bien été donné. Je m’agglutine et suis aspiré dans ce tunnel. Après quelques minutes je vois enfin une lumière blanche tout au bout et ensuite un public soutenu sur l’esplanade.

Le parcours se fait dans l’autre sens par rapport à 2008, Fréderic E. me dit que ça sera plus facile … bien sûr me dis-je. On longe donc la Semois, c’est bien plat et je remonte petit à petit quelques traileuses et traileurs , je m’essouffle un peu, mais ça devrait rentrer très certainement dans l’ordre bientôt.

Après quelques km, nous quittons la Semois, avec sa première côte, de quoi nous donner un avant-goût de notre journée. Les premières marches et les cuisses qui tirent qui tirent qui tirent … OH HISSE! Nous nous rendons vers les hauteurs à Corbion à près de 400 m d’altitude de quoi faire un petit coucou aux villageois empalés sur leur clocher. Cela rebooste mes batteries et nous nous dirigeons vers les crêtes de Frahan. C’est vraiment magnifique ! Le paysage et le parcours est rutilant, je prends mon pied et suis de mieux en mieux … Au km 12 nous arrivons à la bifurcation des 24 et 50 km. Pas d’hésitation à droite juste un trailer pour le 24 , à gauche un petit groupe, je suis reparti pour encore 38 km … avec une montée interminable vers le point culminant du parcours à 420 m d’altitude, de quoi nous faire regretter notre choix ??? Au contraire, je commence à grappiller petit à petit quelques places.

Je passe au Checkpoint « Chronorace » 34ème avec un temps de 2h07 et me sens toujours de mieux en mieux. Nous voici à Cornimont toujours dans les hauteurs. Le parcours devient changeant, et ressemble à s’y méprendre à celui de Gougnies … de la terre bien grasse et qui fait patiner  …. Je n’y prête guerre attention et continue mon ascension  … je dois être maintenant vers la 23ème place et suis en compagnie d’un bon trailer vétéran hollandais. On a dépassé la moitié de la distance et me dit que je vais garder cette allure qui me convient très bien et nous passons Mouzaive pour entamer les montagnes russes …

C’est alors qu’au km 31, que je suis surpris par une effroyable crampe au quadriceps. Le bougre, il n’avait même pas pris la peine de m’en avertir !! me voilà pétrifié en plein milieu de la forêt ; immobile pendant 2 minutes je procède à des étirements … je ne vois toujours personne passer et chantonne la ronde des jurons. J’essaye de repartir, mais je dois me rendre à l’évidence, je suis meurtri … je sais qu’il y a un ravito au 38 km, alors je vais essayé de l’atteindre …. Ouh que cela fait mal … j’avance d’un pas chancelant, je titube, je flageole … Mon rythme s’est drastiquement  affaibli et au désarroi pour mon moral, je vois les premiers trailers me dépasser … aller encore 5 km, aller encore 4 km .. quel chemin de croix même sur les descentes j’avance plus, j’ai trop mal et peine, peine, peine 3 – 2 – 1 ça y est je revois Frahan pour mon plus grand bonheur …. Je vais essayer de me ressourcer, je suis pour le moment à la 27ème position avec moins de 4 heures de courses … et décide de rester 5 bonnes minutes sur place en comptant sur un petit miracle … je m’étire, m’hydrate, m’alimente, me masse, discute gaiement avec les organisateurs qui m’encouragent, j’en ai tant besoin …. Le temps d’un instant je me sens euphorique, je vais le terminer ce trail …. Et je repars d’un pas débonnaire à la 31ème place, traverse le pont avec les applaudissements du public et puis j’arrive devant ce mur,  160 mètres de côte avec une pente vertigineuse à faire pâlir un mort. Là je doute sérieusement et entame une enjambée …. Oulala que ça fait mal … j’attends un peu et discute avec un badaud de quoi me redonner du courage … bon je réessaye …. Aie… Je sens que ça craque …..

Je tourne en rond, c’est pas possible, pas moi …. Moi qui ne connais pas l’abandon … je vais rester là pantois pendant 30 minutes à voir défiler les trailers et les entendre maudire ciel et terre devant cette crête ….

Ce badaud, qui n’avait pas pu s’inscrire cette année, me propose, voyant mon désarroi, de me raccompagner gentiment à Bouillon …  Chose que j’accepterai, j’essaye de tourner la page et pense dorénavant à Madame …

Me voilà amorphe à Bouillon au pied de l’esplanade que je monte et rend ma côte de présence au bord des larmes …. J’essaye de me convaincre que ma décision est la plus sage. Après plus de 30 minutes, je retourne à pied dans l’autre sens rejoindre mon épouse et la vois enfin toute fière, je terminerai avec elle son périple – plus de 5 heures de bonheur ….
 
Pour conclure, les crampes auront eu raison de moi … mon moral en aura pris un grand coup et je suis bien attristé de n’avoir pas pu badiner avec les échelles et faire frémir le géant. J’aurai connus toute les sensations et je félicite Nathalie pour son premier trail.

bouillon_photo1

Galerie Photos :

Galerie Photo 1 : Cliquez ici

 

| (2) | |  Facedebouc

Commentaires

Merci pour tes félicitations et pour tes encouragements avant cette montée... indescriptible. Je comprend enfin comment tu as pu être en bas de cette montée et sur les photos de l'arrivée en si peu de temps (2/3 photos de toi sur mon picasa dû à ton foulard orange...). Sage et difficile décision que tu as prise là. Ca doit forger un homme aussi. Je vois que ça ne t'as pas empêché de repartir de plus belles !
A bientôt sur un trail, j'y prend goût !

Écrit par : Thierry | 06/05/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Sacré affaire, cette course...

Serait-il possible d'avoir la trace gps ou la carte utilisable pour aller refaire le parcours un de ces 4?

arnaudsalmon@gmail.com

Écrit par : Arno | 02/06/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire