• Relais de l'heure (Beignée) - 24/05/2009 [11,5 km]

    Relais de l'heure (Beignée) - 24/05/2009 [11,5 km]

    Beignee_logo

    Un run-bike est une randonnée par équipe composée d’un vététiste et d’un joggeur pouvant se relayer. Le "Relais sur l’Heure" vous propose de traverser ainsi la très pittoresque vallée de l’Eau d’Heure, depuis Nalinnes-Haie jusqu’à Beignée, sur une distance de 14 km ou 11,5 km.

    Parcours du 11,5 km :

    beignee_11_Google

    beignee_11_ign

    beignee_11_ign_dev

    Parcours du 14 km :

    beignee_14_Google

    beignee_14_ign

    beignee_14_ign_dev

    Allure (11,5 km) :

    beignee_all

    beignee_all_int

    beigne_int

    Classement :

    Classement  2009 - 11,5 km : Cliquez ici

    Classement  2009 - 14,0 km : Cliquez ici 

    Résultats :

    Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
    11,50:46:3514,804:034518

    Commentaire :

    Ca fait un petit temps que j’entends parler de Run & Bike … C’est quoi au juste … et puis je me renseigne à gauche et à droite, j’entends plein de reportages sympathiques … il faudrait donc que j’essaye, ça a l’air chouette  … et jeudi au Jogging des Monts de Nalinnes, j’arrive à convaincre notre moniteur Jean-Louis de participer avec moi au Run & Bike de Beignée. Il parait de plus que ce sport devient de plus en plus populaire, et que cela devient une spécialité dans la région de la vallée de l’Heure (entendu sur vivacité).
     
    Je me réveille donc dimanche matin, la tête dans le XXX, la course de Durnal la veille, ma douleur persistante au mollet et ma p’tite guindaille ne me rendent pas fière allure …
     
    Faut tout d’abord préparer mon VTT, une chambre à air à changer, une épine à enlever et retirer les pédales automatiques … Quelle horreur !!! … il me faudra une grosse demi-heure, quelques jurons et des grosses gouttes de sueurs, pour les déposer … mais mon vélo est enfin prêt juste à temps et direction l’école Saint Louis à Beignée.
     
    Je suis sur place avec ma mine déterrée, et ne remarque même pas que Jean-Louis est déjà là …  il a déjà préparé son bulletin d’inscription jaune pour les 14 km, puis je le regarde bien dans les yeux …. Et le bougre, c’est également le lendemain de la veille pour lui. Il est assis tout penaud sur un banc, avec un petit sourire narquois … et ses mains faisant office de tuteur pour soutenir sa caboche.
     
    Là c’est sûr, avec les 14 km, on va nous retrouver étalés le long du Faya, inanimés, croyant tout de bon que nous avons cessé de vivre … Et la sagesse, où l’instinct de survie, prend le dessus, nous déchirons le bulletin jaune pour un bulletin rose, synonyme de 11,5 km et surtout d’un parcours amputé de la difficulté du jour.
     
    Mon mollet c’est toujours pas ça … Va falloir m’échauffer plus sérieusement, et c’est en compagnie d’Yvan que nous rejoignons, en VTT, le lieu de départ situé à Nalinnes Haies, en face de la piscine.
     
    Le premier départ est celui des 14 km, les favoris Triathlètes AA sont bien là ainsi qu’une ancienne paire gagnante  Barbier/Carpentier. Ca va être chaud pour la victoire. Le départ est donné à 10h20 et je vois défiler de manière impressionnante Axel avec un sprint à me couper le souffle … et on se dit tous qu’ils ne tiendront jamais ….
     
    20 minutes plus tard, c’est le départ des 11,5 km. Je suis chaudement encouragé par ma petite famille, je repère Jean-Louis et me mets à ces côtés, c’est lui qui débutera en course à pied. Il y a beaucoup de jeunes athlètes, et comme à l’accoutumée, je sais qu’ils vont prendre un départ ultra rapide, alors on se dit avec mon binôme du jour, que l’on va les laisser partir …
     
    Et effectivement, une fois le coup de sifflet donné, une ribambelle de gambettes sprinte comme s’ils étaient poursuivis par le prince des ténèbres. Je m’affole pas et les laisse filer un par un … Mais Jean-Louis prend tout de même un départ très rapide … je vais devoir le calmer un peu … Après 600 mètres, c’est notre premier relais improvisé … assez catastrophique, le VTT se trouvera tout bonnement couché. Nous imprégnions ensuite une vitesse de croisière et changeons plus ou moins tous les 400 mètres.
     
    Au 2ème km, le temps de croiser mes enfants et ma femme, nous rentrons dans les bois, et descendons vers Jamioulx. Je me rends compte qu’en VTT, c’est très compliqué, et pour cause, j’ai trop gonflé mes pneus, et à la moindre bosse, c’est l’effet trampoline … Quelques orties au passage pour bien me punir de mon erreur tactique.
     
    Au 4ème km, nous quittons les bois et nous dirigeons vers le centre du village, la descente était périlleuse  et nous assisterons à un remarquable soleil d’une néo-vététiste non accoutumé à ce genre parcours.
     
    Là, mon mollet devient chaud, et je commence à tenir une bonne allure, nous rattrapons petit à petit les fougueux. Mais m’aperçois que Jean-Louis n’arrive pas très bien à récupérer et est toujours dans le rouge … Donc changement de tactique, je vais ralentir un peu, et appuyer plus longuement les relais, le temps qu’il puisse mieux récupérer.
     
    On longe le terrain de foot de Jamioulx et nous sommes au pied du Faya, fort heureusement pour nous on tourne à gauche, et nous laisserons délecter cette côte aux intrépides du 14 km.
     
    Au 7ème km, on rejoint de nouveau les Runner-Biker du 14 km, le temps de croiser Christophe et Geoffrey venus s’essayer. De notre côté, on ne continue à bonne allure et nous remontons petit à petit les marches. Au 8ème Km je reconnais le coin, un petit parcours technique digne des trails … alors là je me lâche, tant pis pour Jean-Louis et le VTT bondissant … je le retrouverai 1,5 km plus loin ….


     
    Et effectivement, il a eu du mal à dompter la bête me dit-il … le temps d’un changement de relais, et c’est lui qui aura la chance de commencer à gravir à pied l’allée du Morfayt. Après quelques centaines de mètres, c’est à mon tour … il n’y a pas de raison qu’il en profite seul …
     
    En haut de la côte, j’apercevrai Caroline et ses enfants venu encourager leur mari et papa respectif. Il reste 500 mètres et on franchira à bonne allure la ligne d’arrivée et apparemment 4ème des 11,5 km.
     
    Le temps de se féliciter mutuellement et de se rafraîchir, que me voilà déjà contraint  de repartir pour cause de communion ….
     
    Pour conclure, c’était une expérience remarquable, et je ne regrette aucunement de m’être levé difficilement. J’ai vraiment apprécié cette épreuve, et le fait d’y participer en équipe ajoute une connotation spéciale. Le parcours est magnifique, même si je connais déjà les coins. Et je me rends compte que c’est une épreuve hyper exigeante, car il faut en permanence relancer et le temps de récupération est faible, c’est des intervalles en résumé sur plus de 10 km !!!! Donc expérience à renouveler.

    DSC06127

    phoca_thumb_l_DSC_0399

    Galerie photo :

    Galerie photo 1 : Cliquez ici

    Galerie photo 2 : Cliquez ici

    DSC_0183

    DSC_0184

    DSC_0185

    DSC_0186

    DSC_0187

    DSC_0188

    DSC_0189

    DSC_0190

    DSC_0191

    DSC_0192

    DSC_0193

    DSC_0194

    DSC_0195

    DSC_0196

    DSC_0197

    DSC_0198

    DSC_0199

    DSC_0200

    Vidéo :

    telesambre Reportage Télésambre :

    Article de Presse :

    Logo_Buttom_V  Axel Van Liefferinge et Aurélien Champenois ont aisément remporté le run & bike organisé à la perfection par l'équipe de l'École Saint-Louis.

    Au-delà du très bon niveau sportif de l'épreuve, l'ambiance était particulièrement conviviale dimanche dernier en fin de matinée au coeur du charmant village de Beignée. Fidèles à leurs bonnes habitudes, ses chevilles ouvrières réunies autour d'Éric Monaux avaient encore mis les petits plats dans les grands pour accueillir avec soin leurs nombreux invités. La quatorzième édition du Relais sur l'Heure a réuni 334 concurrents : 51 paires ont pris le départ du Petit Relais de 11,5 bornes et 66 autres celui du long - et plus exigeant - parcours de 14 kilomètres.

    Le Petit Relais a été dominé par Adrien Constant et Jérôme Gouthière de Nalinnes. Ils ont bouclé la course en un peu moins de 43 minutes en prenant un avantage de quasi deux minutes à Antoine Mathot et Orian Van Belleghem. Une petite trentaine de secondes plus tard, Thomas Lefevre et Quentin Vanstichel ont gagné le droit de monter sur la troisième marche du podium.

    Quant à l'épreuve-reine du jour - le Relais sur l'Heure de 14 kilomètres - elle a permis à Axel Van Liefferinge de Nalinnes associé à Aurélien Champenois de Chimay d'établir un nouveau record en 46 minutes 31 secondes. Partis à fond, les deux spécialistes du triathlon ont réussi à maintenir un tempo très élevé jusqu'à la banderole d'arrivée, reléguant ainsi la paire constituée de Benjamin Barbier et Patrick Carpentier à plus de trois minutes. Avec un retard de quatre minutes et demie, Melvin Legros et Steven Junior Michot ont réussi à converser la troisième place du run & bike de l'École Saint-Louis.

    Un beau doublé pour les vainqueurs

    Axel Van Liefferinge et Aurélien Champenois nous commentent leur belle victoire : « Nous courons ensemble depuis quasi deux saisons. Sur dix épreuves disputées, nous en avons remporté neuf. Ici à Beignée, nous avons pris le départ des deux dernières éditions et nous avons remporté la palme pour la seconde fois. Nous fréquentons le team de triathlon de Chimay et, pour maintenir notre condition, nous effectuons régulièrement des joggings et même des courses à vélo sur la route. » Beaux joueurs, Benjamin Barbier et Patrick Carpentier ont salué la nette supériorité de leurs adversaires : « Rien à redire, ils sont partis sur un rythme très élevé. Nous pensions qu'ils allaient lever le pied par la suite mais nous nous sommes trompés. Ils ont poursuivi leur effort sans faiblir un seul instant. Ils étaient au-dessus de la mêlée ce matin. Nous avions remporté le Relais sur l'Heure à trois reprises et notre dernier succès remonte à l'année 2007. » Du côté de l'organisation, Éric Monaux était particulièrement ravi du déroulement de son épreuve sportive favorite : « Sous un soleil radieux avec autant de sportifs présents au départ de l'épreuve et une cerise sur le gâteau, le nouveau record établi par les vainqueurs... Que pouvions-nous rêver de mieux ? Des concurrents satisfaits, un public nombreux et souriant, la fête bat son plein sur le site de l'école. C'est aussi une belle réussite pour sa fancy-fair annuelle. »

    Claude BONTE

  • Jogging du Flaya (Durnal) - 23/05/2009 [9,8 km]

    Jogging du Flaya (Durnal) - 23/05/2009 [9,8 km]

    5ème épreuve du Challenge Ellie Befays

    durnal_home

    Parcours :

    durnal_google

    Dénivelé :

    durnal_ing_dev

    Allure :

    durnal_all

    durnal_all_int

    durnal_int

    Classement :

    Classement  2009 : Cliquez ici

    Résultats :

    Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
    9,80:44:5813,0804:363218517

    Commentaire :

    Avec les quelques Trails à venir, j’ai besoin de refaire des km et des côtes, c’est l’occasion de participer au jogging des Flaya, qui plus est, fait partie du challenge Elie Befays.

    Ce parcours est idéal pour un entrainement aux trails : Chemin boisé et accidenté et de belles côtes bien longues … il n’en fallait pas plus pour prendre ma voiture et me rendre à Durnal.

    J’arrive sur place, le temps de faire causette avec Dominique et puis une vieille retrouvaille Julien, le givré, venu en vélo jusqu’ici. Il me racontera qu’il est blessé au genou depuis une certaine course à Vedrin, et ne sait plus courir.. et attend, attend … Je me rend compte  également que nous partageons les mêmes avis sur les kinés …

    Bon c’est déjà l’heure de courir … je m’apprête … Aujourd’hui je ne vise pas un chrono, que nenni … mais compte grimper les côtes à une bonne petite allure et sans faiblir.

    Le premier Km est plat et nous traversons le quartier résidentiel, on attaque de suite les bois, avec une première descende de 2 km, où je me laisserai aller sans forcer. Ensuite deux petites côtes pas bien méchantes que je franchis à petits trots et nous continuons notre descente jusqu’aux abysses des carrières … nous nous trouvons 130 mètres plus bas.

    Et après un petit km, le long d’un petit ru, va falloir tout gravir. La première côte décourage même les plus téméraires, et moi comme prévu, je vais essayer de garder ma petite allure et c’est sur la pointe des pieds que commence mon ascension. Pendant 1 km le pourcentage sera élevé et ensuite nous avons l’occasion de récupérer un peu, car c’est deux km de montée mesquine qui va faire craquer quelques joggeurs.

    On retrouve le quartier résidentiel au km 8, mais il restera une dernière difficulté, on nous fera descendre des petites rues, afin de nous  faire profiter de la côte du Flaya … j’aurai l’occasion de ramasser quelques morceaux de poumons …. 

    Pour conclure, Ce jogging malgré le fait qu’il ne fait que 9,8 km, est un des plus durs du challenge Elie Befays, il suffit de voir les moyennes de chacun pour  s’en convaincre, et pour moi ce fut un très bon entraînement.

    Durnal_pic

    Galerie Photo :

    Galerie Photo 1 : Cliquez ici

  • 17ème JOGGING DES MONTS - 21/05/2009 [10,50 km]

    17ème JOGGING DES MONTS - 21/05/2009 [10,50 km]

    mont_home

    Le club courir pour mieux vivre organise le 17 éme Jogging des monts ce jeudi 21 mai 2009 à la salle Notre maison à Nalinnes. Le parcours facile emprunte un maximum de chemins campagnards sur une distance secrète de +/- 10 Km.

    Parcours :

    mont_google

    mont_ign

    Dénivelé :

    mont_ign_den

    Allure :

    mont Vitesse - Distance

    mont Vitesse

    Classement :

    Classement  2009 - Catégorie A : < 9 km/h  : Cliquez ici

    Classement  2009 - Catégorie B : < 11 km/h  : Cliquez ici

    Classement  2009 - Catégorie C : > 11 km/h  : Cliquez ici

    Résultats :

    Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
    10,50:44:4114,104:16

    Commentaire :

    Notre Club CPMV organise le jogging des monts. Cette année c’était la 17ème édition. Ce jogging se veut à vocation familial, loin de l’esprit de compétition et avec une formule originale.
     
    En effet, le parcours est relativement facile et la distance est gardée secrète. Il faut courir en binôme, en mode run and bike ou mode jogging et chaque équipe doit préciser, avant la course, la moyenne choisie et veiller à la respecter, car c’est l’équipe qui s’en approche le plus qui gagne !!! Très sympa comme initiative et autant dire que l’ambiance d’avant départ est très détendue Cool, et nous avons l’occasion de rencontrer beaucoup de parents et leurs enfants.
     
    Malheureusement pour moi, les miens seront à une communion (je ferai une petite infidélité à M. le Curé Embarassé), et c’est avec Yvan le terrible que nous allons nous balader le long de nos terres d’entrainement.
     
    Cette année record d’affluence battu avec près de 250 participants ! Il faut dire que la météo y est pour quelque chose.
     
    Avec Yvan, nous ferons du Run and Bike et avons choisi la moyenne symbolique de 14,01 km/h. La tactique du jour … Yvan part en premier, le temps de m’échauffer en vélo et puis on change tout les KM…
     
    Tout les KM, une balise a été plantée de quoi calibrer notre moyenne, mais on vient de se rendre compte avec Yvan que 14,01 km/h … ça fait combien de minutes au km au juste ??? c’est bien bête cela … on se dit que ça doit être entre 4’15’’ et 4’30’’ … donc difficile de juger … j’ai essayé en vain de calculer … trop compliqué, ça fumait … d’autant plus qu’à partir du 5ème km il n’y aura plus de balise par km …
     
    Le seul point de repère c’est nos amis joggeurs de Gerpinnes & Co juste devant nous que nous avons en point de mire (mais dont on ignore la vitesse estimée) et ma montre Garmin (je sais c’est pas très fair-play,   … allez-y Huez moi … je le mérite Langue tirée … mais de toute façon, la distance officielle a été mesurée à la roulette et sera différente des mesures gps, faudra pas donc s’y fier). Les Km défilent très rapidement et nous serons relativement vite isolés… Devant il y a des pros du Run&Bike que l’on voit déjà au loin.
     
    Nous voilà sur la dernière ligne droite, un petit sentier et direction l’église : on franchit la ligne d’arrivé bien heureux. Nous fêtons donc cela avec notre moniteur Jean-Louis, Yvan et la redoutable Chimay Blanche. Le temps de voir défiler tout les joyeux lurons, et puis la dernière équipe… On retourne dans la salle en attendant le verdict !!! Roulement de tambours …. C’est la seule course que l’on peut espérer gagner … et Yvan a tant fondé des espoirs en moi … je ne dois pas le décevoir … On croise les doigts, on touche du bois, je caresse ma bosse ... le suspense est à son comble …. Les noms des gagnants tombent … et  sacrebleu  … la concurrence était bien trop forte, les gagnants seront proches à la seconde … on ne pouvait rien y faire, sapristi !, on ne peut que s’incliner  … et Félicitations aux gagnants. Rigolant
     
    Conclusion, Ce jogging c’est une superbe initiative, et on ne se prend vraiment pas la tête, on s’est bien amusé, avec une ambiance hyper-sympa loin de l’atmosphère de compétition. Et c’est une superbe occasion de faire du sport en famille et où tout le monde peut gagner… Donc RDV pris pour l’année prochaine, et Allez Amandine prépare-toi, on va montrer de quoi on est capable Clin d'oeil

    JoggingMonts_2009_005

    Galerie Photo :

    Galerie Photo : Cliquez ici

    Article de presse :

    versavenir

    Ils étaient 256 au départ. Un chiffre exceptionnel pour le jogging des Monts, organisé par le club « Courir pour mieux vivre ».

    Depuis 17 ans, le Jeudi de l'Ascension, le centre de Nalinnes voit des dizaines de joggeurs mais aussi de vététistes arpenter ses chemins campagnards. Cette année, vu les conditions météos idéales, ils étaient particulièrement nombreux à vouloir participer à cette épreuve encourageant une participation familiale dans un esprit « sport pour tous ». « L'originalité de notre jogging réside dans le fait qu'il se pratique par équipe de deux joggeurs ou d'un joggeur et d'un vététiste », explique Philippe Marlair, président du club « Courir pour mieux vivre ».

    Respecter sa moyenne

    La seconde originalité de Jogging des Monts est qu'il se pratique sur une distance secrète d'une dizaine de kilomètres et qu'il est demandé à chaque équipe de préciser à l'organisateur la moyenne choisie pour effectuer la course. À l'issue de l'épreuve, l'équipe la plus proche de sa moyenne sera déclarée gagnante.V.P.

    Voici les trois équipes qui se sont rapprochées le plus de la moyenne qu'elles avaient choisie : - moins de 9 km/h : Hérard Manon - Vincitorio Maria : moyenne choisie : 7 km/h, moyenne réalisée : 6,99 km/h ;

    - moins de 11 km/h : Benuzzi Valentin - Benuzzi Giorgio : moyenne choisie : 10 km/h, moyenne réalisée : 9,99 km/h ;

    - plus de 11 km/h : Goffaux Pauline - Bolden François : moyenne choisie : 11,45 km/h, moyenne réalisée : 11,45 km/h.

  • La Chatelettaine - 17/05/2009 [14 km]

    La Chatelettaine - 17/05/2009 [14 km]

    Home

    12ème édition de la Chatelettaine . Le parcours reste inchangé. Il vous emmènera au départ de l’Hôtel de Ville de Châtelet vers l’ancienne voie vicinale, le bois de Châtelet, la réserve naturelle Sébastopol, le Plan Rocheux et le retour se fera au travers du vieux Bouffioulx et la promenade piétonnière René Magritte. Le tout, parfaitement sécurisé par la Police et les nombreux signaleurs. 

    Parcours :

    chatelettaine_google

    chatelettaine_IGN

    Dénivelé :

    chatelettaine_den

    Classement :

    Classement 2009 : Cliquez ici

    Résultats :

    Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
    141:12:5611,5605:1226351051

    Commentaire :

    Je n’avais pas prévu de jogging ce we, mais les aléas de la vie nous réservent bien souvent des surprises …

    Normalement au programme, un petit tournoi de badminton, du côté de Liège, en double le samedi et en simple le dimanche … hé bé, pas terrible le samedi … la fatigue aidant nous avons joué comme des balbutiants … je comptais donc remettre cela en simple le dimanche, avec mon légendaire optimisme, mais il n’en fut rien !!! En pleine heure de gloire ma vilaine petite déchirure au mollet qui repointe le bout de son nez … abandon, quelques chopinettes et E.T. retour maison …

    La frustration me guette, les coronaisses se tuméfient,  faut ouvrir la pipette … et puis 14h15 PM sur la route jaunie de l’E42 … j’ai entendu parlé de la Chatelettaine ce dimanche, un p’tit coup de bigophone pour m’en assurer et avec mon légendaire optimisme … y a moyen d’être sur place à 15h00, c’est bien ça …. Un peu d’organisation et avec un peu de chance s’il n’y a pas de trafic je peux être encore là à temps …

    Et j’étais là 14h58 au pied de l’hôtel de ville … j’ai même eu le temps de dire bonjour ; mais entre deux bises improvisées c’est le départ … et c’est bien gaiement que j’entame les premières foulées. Je pars en mode décrassage et allure de trail. Je serais dans les derniers "à m’naise" … et prends garde à  confiner ma petite déchirure. Nous traversons les petites rues de Châtelet, sous les regards éberlués des citadins, je reconnais de suite le ring et nous quittons la ville en direction de Presles par les premiers chemins campagnards. Mon mollet devient chaud et j’accélère légèrement l’allure pour rencontrer à l’entrée du bois au km 5, notre monitrice du club. Je l’accompagnerai jusqu’à l’arrivée, il est sans doute plus agréable de courir dans ces conditions et nous pavoisons … et nous garderons une bonne petite allure que nous nous efforcerons de tenir …  

    Le bois de Châtelet et son bois des Nations, du 5ème au 8ème km seront extrêmement boueux. J’ai encore en mémoire un certain trail de Gougnies et je ne fais pas dans la dentelle … la ligne droite c’est le plus court chemin, sploch … sploch.

    Nous retrouvons l’asphalte de quoi alléger nos chaussures de quelques centaines de grammes… Au 10ème km nous entrons dans  Bouffioulx et longeons la réserve naturelle du Sébastopole … un truc comme ça. Et toujours en compagnie de Hilda qui tient bien le rythme et oups une côtelette … mais pas de problème … allez encore 3 km … on se dirige, par une ancienne voie ferrée, vers Châtelet, je reconnais la place il ne reste que 500 mètres … et une petite accélération pour la route et nous voici tout heureux la ligne d’arrivée franchie !!!!
    Quel bonheur ! me voilà donc revigoré ! … le temps de partager cette course avec nos amis joggeurs ….

    Chatelettaine _pic

    DSCN4373

    Galerie Photos :

    Galerie Photo 1 : Cliquez ici

     Article de Presse :

    versavenir le 20/05/2008

    La bonne opération pour Nemeth
     
    Le Carolo a gagné la Châtelettaine devant un Ouahjoujou trop juste physiquement. Il s'érige maintenant en favori du Delhalle.


    De tous les challenges, le Delhalle est sans aucun doute l'un des plus prestigieux. Avec son concours, ce sont 510 coureurs qui se sont rendus à Châtelet dimanche pour une course champêtre qui aura surpris ceux qui y participaient pour la première fois.

    En effet, ils auront pu découvrir que la région, contrairement à ce que l'on pourrait croire, recèle des coins magnifiques. Christian Nemeth savait cela depuis longtemps.

    S'il a participé à cette 14e Châtelettaine, organisée une nouvelle fois de main de maître par le Road Runners Team, ce n'était pas pour faire du tourisme mais bien pour empocher les points dans l'optique d'une victoire finale au challenge. Dans un premier temps, il a couru avec Yves Vanderbeck, Sebastian Van den Abeele et Fadil Ouahjoujou.

    La situation s'est décantée au 4e km lorsque Christian et Fadil parvinrent logiquement à prendre les devants. Ce dernier sembla plutôt mal à l'aise dans les parties boueuses, ce dont Nemeth profita pleinement pour le lâcher au 8e km et terminer en roue libre.

    « C'est une petite surprise pour moi de gagner ce dimanche car c'est en dernière minute que j'ai décidé de courir pour la gagne. En effet, samedi, je me suis rendu près de Reims pour y disputer une course mais, bloqué dans la circulation à cause d'un accident, je suis arrivé après le départ. Je suis néanmoins resté sur place jusqu'au début de la nuit. Je savais toutefois qu'il était important que je me rende à Châtelet, ne fût-ce que pour les points de participation. Lorsque j'ai constaté que l'opposition était bonne mais pas hyperrelevée, je me suis dit que je pouvais aller décrocher la victoire. » À son meilleur, Fadil Ouahjoujou aurait été un adversaire coriace. Mais depuis un an, le Marocain est sujet à de multiples blessures. Après son entorse à la cheville qui l'a mis bien longtemps sur la touche, il s'est fait mal à la hanche il y a quinze jours lors d'un meeting sur piste.

    « Sur la route ça allait mais dans les parties boueuses et glissantes dans les bois, je ressentais une douleur. J'étais donc trop juste physiquement pour viser la victoire. Si le terrain avait été plus sec, je suis persuadé que j'avais mes chances de gagner. » Lallemand revient au jogging Yves Vanderbeck n'avait pas de grandes ambitions si ce n'est celle de remporter sa catégorie des V1. Ce qu'il fit en devançant, pour le 2e accessit, Van den Abeele. Après avoir remporté le trail de Jamioulx la veille, Matthieu Buelens s'est quelque peu surpris en terminant 8e.

    « Cela faisait plus d'un an que je n'avais plus participé à une épreuve aussi longue. J'espère que cette sortie de 14 km me permettra d'aborder les 20 km de Bruxelles dans de bonnes dispositions. » Beaucoup de joggeurs avaient l'épreuve bruxelloise en ligne de mire. Ce n'était pas le cas de Catherine Lallemand, triple gagnante sur le macadam de la capitale, elle qui préfère maintenant se consacrer au triathlon. La Lobbaine a toutefois couru à Châtelet et fut la 1ère dame à franchir la ligne d'arrivée.

     
    Geoffroy BRUYR

  • Trail des Vallées du Chevalier (Marche-les-Dames) - 01/05/2009 [20 km]

    Trail des Vallées du Chevalier (Marche-les-Dames) - 01/05/2009 [20 km]

    marche_home

    Parcours :

    marche_google

    marche_ign

    Dénivelé :

    marche_ign_den

    Allure :

    Marche_all

    all_int

    Classement :

    Classement  2009 Mini-Trail 20 km : Cliquez ici

    Classement  2009 Trail 62 km : Cliquez ici

    Résultats :

    Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
    202:16:198,806:4798011

    Commentaire :

    Après une semaine au plus bas, je retourne à mon entrainement du club, pour un petit décrassage, de plus que le temps est au RDV. Et c’est au petit trot que nous arborons les route de Nalinnes , le temps de discuter avec Catherine, et elle me dit qu’elle compte participer demain à un trail inédit à Marche-les-dames avec deux distances au programme un 20 et un 60 km … elle sera partante pour le 20 et son mari pour le 60 … Elle arrive sans peine à me convaincre d’y participer. Je crois qu’après ma dure semaine, cela me faire un grand bien … Je terminerai la soirée … tardivement et réveille madame au milieu de la nuit pour ... mettre le réveil à 6h30 du matin. Quelques heures plus tard me voici debout, je ne sais même plus pourquoi … la tête dans le cake … une bonne tasse de café … je remets mes idées en place … Ha oui effectivement je compte participer à un trail à Marche-les-dames, c’est cela …oui. Il est déjà tard … j’enfile en vitesse un bermuda, un T-shirt mon camel-bag et suis parti presque en touriste.

    Le rdv et au camp d’entraînement des paras, je ne réalise pas encore ce que cela signifie … J’arrive dans une immense infrastructure, avec une organisation martiale. Tout est réglé dans le moindre détail … Catherine, un ami et son mari viennent me rejoindre et je suis assis sagement dans un fauteuil le départ. L’ambiance est bonne enfant.

    Ne voulant pas tenter le diable, je me suis inscrit sagement au mini-trail de 20 km. Je compte le faire cool et à la sensation. Je ne sais pas à quelle sauce je vais être mangé. Après le briefing on se rend tous au pied d’une côtelette pour le départ …

    Le début du parcours est bien sage, je suis dans les 50 premiers et on traverse un champ, puis quelques hectomètres dans les rues du village. Je cours à la sensation et remonte un peu dans les 10 premiers j’accompagnerai les premiers des 62 km. Après plus de 6 km on arrive dans les bois pour une descente de la mort … j’atteindrai même une vitesse record de 18 km/h dans les bois ….

    Au km 8, la première côte sérieuse fait son apparition, j’alterne sans encombre marche et course, je grappille encore quelques places. Toujours dans les bois et pour le bonheur ou malheur de tous nous voici dans la forêt de Marche aux abords du rocher du roi Albert … La première côte s’annonce avec une corde … je comprends vite son utilité … ensuite une descente rocailleuse avec un corde je re-comprends vite l’utilité, je me dis, ok c’est fini …. Et beh que nenni … pendant 4 km nous allons escalader, gravir se hisser le long de la Meuse, j’en profite pour dépasser quelques traileurs moins à l’aise … car ici plus questions de courir …. Faut s’accrocher aux racines, descendre sur son popotin, embrasser, enlacer les orties et ronces, tenir en équilibre, se hisser … Tout nos muscles sont à dure épreuve surtout les cuisses, c’est ludique mais très très très éprouvant … on n’est pas des paras … nous sommes de simple trailers … mais c’est tellement gai …

    Friand de bon jurons, j’en aurais ajouté une bonne dizaine à ma collection empruntés aux trailers… mais il faut rester concentré, et me voilà en train de palabrer avec un trailer … quelques minutes plus tard nous nous enfonçons dans le bois … plus de sentiers … plus de trailers … que des ronces … Y A QUELQU’UN ??? …. Personne toujours personnes … on ne trouve plus de balise ces petites pastilles jaunes accrochées aux arbres … après 5 bonnes minutes on décide de remonter et de faire marche arrière, on cherche telle la chasse aux trésors … Ca y est j’ai trouvé mon médaillon d’or … Nous aurons perdu une petite dizaine de minutes dans cette histoire … Allez encore quelques grimpettes à la corde … là je commence à avoir la technique … la corde entre les jambes et attention de ne pas trop tirer …. Je me retrouve dorénavant seul et vais terminer seul cette aventure …
    Les sentiers deviennent enfin « roulant » et après une bonne petite descente je me retrouve sur une route suspecte sans balise …. Bon encore une erreur de parcours … marche arrière et je repars dans la bonne direction (une petite minute de perdue). Nous remontons ensuite un ancien ru, avec les roches à cascade et tout et tout …

    Nous arrivons doucement au 13 km et suis surpris à traverser une étable avec comme spectateurs des vaches ébaubies … et un ravitaillement en eau constitué d’un arrosoir avec été prévu … mais je préfère mon eau de ma claire fontaine …

    Au km 14 c’est la bifurcation des 62 et 20 km …. Là je fais bien attention de ne pas me tromper … on rentre alors doucement vers Marche-les-Dames avec une dernière petite difficulté … des marches pour 60 mètres de dénivelé. Sachant l’arrivée juste derrière, ce ne fut pas un problème … me voilà franchissant la ligne d’arrivée sans problème … Quelques trailers que j’avais dépassé sont surpris de me voir arriver derrière eux … je leur explique que c’est une tradition chez moi de me tromper …

    Je suis super heureux, le parcours était magnifique, le temps excellent, je ne me suis pas pris la tête et super bien amusé … le seul petit regret c’est de m’être trompé et avoir perdu 10 minutes, mais rien de grave et cela fait partie du jeu, à moi de faire attention …

    J’attendrai l’arrivé de Catherine et son ami qui franchiront après 3h15 les 20 km main dans la main … Bravo

    Pour conclure, je suis très heureux d’avoir participé, cela m’a fait un bien fou et suis requinqué après la Bouillonnante. Je suis fin prêt pour mon prochain trail et sans doute RDV à l'année prochaine pour les 60 km.

    md2

    Prochain programme :

    • 14/06/2009 : Le trail Passe-Montagne  : 35 km
    • 28/06/2009 : Le jogging de Leernes : 10 km
    • 04/07/2009 : Trail de Chiny : 50 km
    • 09/08/2009 : Trail du Val d'heure : 56 km
    • + 3 tournois de Badminton

    photo_marche

    photo_marche1

    photo_marche2

    photo_marche3

    Galerie Photos :

    Galerie Photo 1 : Cliquez ici

    Galerie Photo 2 : Cliquez ici

    Galerie Photo 3 : Cliquez ici

    Galerie Photo 4 : Cliquez ici

    Galerie Photo 5 : Cliquez ici

    Galerie Photo 6 : Cliquez ici

     

  • Trail La Bouillonnante - 26/04/2009 [50 km]

    Trail La Bouillonnante - 26/04/2009 [50 km]

    bouillon_home

    Parcours :

    bouillon_google

    bouillon_IGN

    Dénivelé :

    bouillon_IGN_den

    Allure :

    bouillon_all

    Classement :

    Classement 50 km : Cliquez Ici

    Classement 24 km : Cliquez Ici

    Résultats :

    Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
    50,0DNF

    Commentaire :

    C’est avec appréhension que nous partons en direction de Bouillon, et c’est une grande première pour Madame, qui va participer pour la première fois à un trail, et quel Trail … la Mythique Bouillonnante édition 2009. Certaines mauvaises langues diront que je voulais me débarrasser de ma femme !!!! Mais que nenni ! bande de fripons, je la veux tout simplement  courageuse et compréhensive !

    Au programme du jour au choix 24 ou 50 km, dois-je encore hésiter ?  Le temps est grisatre, maussade et une fine pluie vient perturber notre bon moral. L’horizon brumeux, où l’on voit à peine les cimes me rend furibond. Le temps pour moi de visiter les latrines de fortune faisant honneur à celles du château.

    Je ne me pose presque plus de question, et me dirige dans la cour médiévale du château attendant patiemment le départ et ma montre GPS qui semble être déboussolée. Ayant contracté une vilaine petite blessure au mollet il y a à peine 3 semaines, moi le bravache qui me croyait invulnérable, commence à douter et si et si …

    Ca y est ! je vois une masse s’engouffrer dans les couloirs obscurs du château, le départ a bien été donné. Je m’agglutine et suis aspiré dans ce tunnel. Après quelques minutes je vois enfin une lumière blanche tout au bout et ensuite un public soutenu sur l’esplanade.

    Le parcours se fait dans l’autre sens par rapport à 2008, Fréderic E. me dit que ça sera plus facile … bien sûr me dis-je. On longe donc la Semois, c’est bien plat et je remonte petit à petit quelques traileuses et traileurs , je m’essouffle un peu, mais ça devrait rentrer très certainement dans l’ordre bientôt.

    Après quelques km, nous quittons la Semois, avec sa première côte, de quoi nous donner un avant-goût de notre journée. Les premières marches et les cuisses qui tirent qui tirent qui tirent … OH HISSE! Nous nous rendons vers les hauteurs à Corbion à près de 400 m d’altitude de quoi faire un petit coucou aux villageois empalés sur leur clocher. Cela rebooste mes batteries et nous nous dirigeons vers les crêtes de Frahan. C’est vraiment magnifique ! Le paysage et le parcours est rutilant, je prends mon pied et suis de mieux en mieux … Au km 12 nous arrivons à la bifurcation des 24 et 50 km. Pas d’hésitation à droite juste un trailer pour le 24 , à gauche un petit groupe, je suis reparti pour encore 38 km … avec une montée interminable vers le point culminant du parcours à 420 m d’altitude, de quoi nous faire regretter notre choix ??? Au contraire, je commence à grappiller petit à petit quelques places.

    Je passe au Checkpoint « Chronorace » 34ème avec un temps de 2h07 et me sens toujours de mieux en mieux. Nous voici à Cornimont toujours dans les hauteurs. Le parcours devient changeant, et ressemble à s’y méprendre à celui de Gougnies … de la terre bien grasse et qui fait patiner  …. Je n’y prête guerre attention et continue mon ascension  … je dois être maintenant vers la 23ème place et suis en compagnie d’un bon trailer vétéran hollandais. On a dépassé la moitié de la distance et me dit que je vais garder cette allure qui me convient très bien et nous passons Mouzaive pour entamer les montagnes russes …

    C’est alors qu’au km 31, que je suis surpris par une effroyable crampe au quadriceps. Le bougre, il n’avait même pas pris la peine de m’en avertir !! me voilà pétrifié en plein milieu de la forêt ; immobile pendant 2 minutes je procède à des étirements … je ne vois toujours personne passer et chantonne la ronde des jurons. J’essaye de repartir, mais je dois me rendre à l’évidence, je suis meurtri … je sais qu’il y a un ravito au 38 km, alors je vais essayé de l’atteindre …. Ouh que cela fait mal … j’avance d’un pas chancelant, je titube, je flageole … Mon rythme s’est drastiquement  affaibli et au désarroi pour mon moral, je vois les premiers trailers me dépasser … aller encore 5 km, aller encore 4 km .. quel chemin de croix même sur les descentes j’avance plus, j’ai trop mal et peine, peine, peine 3 – 2 – 1 ça y est je revois Frahan pour mon plus grand bonheur …. Je vais essayer de me ressourcer, je suis pour le moment à la 27ème position avec moins de 4 heures de courses … et décide de rester 5 bonnes minutes sur place en comptant sur un petit miracle … je m’étire, m’hydrate, m’alimente, me masse, discute gaiement avec les organisateurs qui m’encouragent, j’en ai tant besoin …. Le temps d’un instant je me sens euphorique, je vais le terminer ce trail …. Et je repars d’un pas débonnaire à la 31ème place, traverse le pont avec les applaudissements du public et puis j’arrive devant ce mur,  160 mètres de côte avec une pente vertigineuse à faire pâlir un mort. Là je doute sérieusement et entame une enjambée …. Oulala que ça fait mal … j’attends un peu et discute avec un badaud de quoi me redonner du courage … bon je réessaye …. Aie… Je sens que ça craque …..

    Je tourne en rond, c’est pas possible, pas moi …. Moi qui ne connais pas l’abandon … je vais rester là pantois pendant 30 minutes à voir défiler les trailers et les entendre maudire ciel et terre devant cette crête ….

    Ce badaud, qui n’avait pas pu s’inscrire cette année, me propose, voyant mon désarroi, de me raccompagner gentiment à Bouillon …  Chose que j’accepterai, j’essaye de tourner la page et pense dorénavant à Madame …

    Me voilà amorphe à Bouillon au pied de l’esplanade que je monte et rend ma côte de présence au bord des larmes …. J’essaye de me convaincre que ma décision est la plus sage. Après plus de 30 minutes, je retourne à pied dans l’autre sens rejoindre mon épouse et la vois enfin toute fière, je terminerai avec elle son périple – plus de 5 heures de bonheur ….
     
    Pour conclure, les crampes auront eu raison de moi … mon moral en aura pris un grand coup et je suis bien attristé de n’avoir pas pu badiner avec les échelles et faire frémir le géant. J’aurai connus toute les sensations et je félicite Nathalie pour son premier trail.

    bouillon_photo1

    Galerie Photos :

    Galerie Photo 1 : Cliquez ici