• Jogging de la Rochette - 15/08/2009 [10,4 km]

    Jogging de la Rochette - 15/08/2009 [10,4 km]

    Roch_home

    Course sur chemins campagnards vallonnés, comptant pour le Challenge Elie Befays.

    Palmares 2008 :

    Messieurs :
    1. OUAHJOUJOU FADIL (33’08)
    2. TAYEB MERDJI  (33’11)
    3. NEMETH CHRISTIAN  (33’29)

    Dames :
    1. LALLEMAND CATHERINE (38’48)
    2. ADANT FRANCE (42’40)
    3. GEEROMS KRISTEL (45’21)

    Parcours :

    roch_google

    roch_ign

    Dénivelé :

    roch_ign_den

    Allure :

    roch_all

    roch_all_int

    Classement :

    Classement des 10,45 km : Cliquez ici

    Classement des 4,65 km : Cliquez ici

    Classement des jeunes foulées : Cliquez ici

    Résultat :

    Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
    10,450:47:2213,104:3412141729

    Commentaire :

    Tradition oblige, on se doit de participer au jogging de la Rochette organisé par les amis du club de Gerpinnes and CO. Grand soleil au RDV et grande foule, pour les courses du jour : les jeunes foulées, le 5 km et 10 km.

    Mais mon trail de la semaine dernière aura eu raison de moi … pas assez de temps de récupération … mon corps a dit STOP ! il n’en peut plus, et c’est tout raplapla que j’arrive sur place, pompe en main,  mais je tiens tout de même à garder le sourire…

    Après un petit échauffement de 10 secondes, je comprends vite ce qu’il m’arrive : mes jambes se vengent rapidement du traitement que je compte leurs infliger.. je retrouve des membres du club CPMV et on se retire gentiment à l’arrière du peloton, ce n’est pas aujourd’hui que l’on va faire pêter la baraque.

    Ca y est c’est parti ! Aspiré par la foule, je n’ai pas le choix, je mets un pied devant l’autre et … j’avance.  Les 5 premiers km étant principalement en descente, ça va relativement vite pour mes pauvres petites jambes qui crient à la damnation, et voilà qu’il faut tout remonter … Un premier palier vers Hymniée - ma foi, j’arrive encore à gérer - pour ensuite attaquer le Tournibus sur ce chemin campagnard … après mes cuisses atrophiées, voilà que mon genou droit refait des siennes, … c’est un Christophe caduque qui quitte ce bois, et tout déglingué je termine ce parcours … mais je tiens un point d’honneur à garder le sourire. Résultat plus de 5 minutes par rapport à 2008 ...

    Voilà ! Je sais maintenant ce qu’il me reste à faire … 2 semaines de vacances, plus de cap (avec tout de même un peu de vélo …)

    et la suite ? …

    >> A court terme le Trail de la côte d’Opale – 55 km : le 13 septembre : info ici
    >> A moyen terme ????
    >> A long terme … j’ai une petite idée derrière la tête

    Gerpinnes_bis

    >> je n'ai pas très fière allure ...

    Gerpinnes_189

    >> J'ai beau être matinal ... mais j'ai mal Pied de nez

    Galerie Photo :

    Galerie photo 1 (Jacques papy) : Cliquez ici

    Galerie photo 2 (la star du Jogging) : Cliquez ici

    Galerie photo 3 (Charles) : Partie 1, Partie 2 

    Vidéo :

    telesambre  Reportage Télésambre du 17/08/09 :

    Article de presse :

    verslavenir Le 18/08/2009

    Mehdi au-dessus de la mêlée !

    Énorme affluence samedi matin au jogging de la Rochette (530 coureurs). Lahbib a dompté tous ses concurrents mais aussi la chaleur.

    Vu le nombre de coureurs présents samedi matin sur le coup de 11 h 00 à la maison du village de Fromiée, le départ du jogging de la Rochette a été retardé de quelques minutes pour permettre à tout un chacun de se procurer son dossard. Beaucoup de monde donc (530 coureurs), mais bizarrement peu de grosses pointures. Où étaient passés les Merdji, Nemeth et Ouahjoujou qui constituaient le podium l'an dernier ? Si certains coureurs se réjouissaient de les voir absents et revoyaient du coup leur objectif à la hausse, d'autres le regrettaient, et pas seulement parmi les organisateurs. Mehdi Lahbib, le vainqueur de cette édition 2009, était le premier à déplorer leur absence, lui qui était venu pour la première fois à Fromiée dans le but de se frotter à plus rude concurrence qu'au challenge du Grand Couvin qu'il domine outrageusement depuis deux ans. Il ne lui a fallu que deux kilomètres pour prendre les devants et c'est à nouveau avec un boulevard d'avance qu'il a franchi la ligne d'arrivée.

    « Je vais finir par croire que je suis maudit, souffla-t-il légèrement dépité. En juin, j'avais aussi gagné facilement la corrida des ruelles à Thuin. J'étais persuadé qu'il y aurait plusieurs gros bras dans ces deux courses ! Bien sûr, c'est toujours agréable de gagner mais ce n'était pas mon but premier. J'aimerais tant me confronter à plus forte concurrence ! Ce samedi, mon seul adversaire était la chaleur. Malgré tout, je ne regrette pas d'être venu. Ce parcours-ci est beaucoup plus chouette que celui de la Corrida de Gerpinnes. » Thierry Cogniaux, qui aura 40 ans dans deux semaines, n'a pas cherché à accompagner le Baileusien. Il savait pertinemment bien qu'il risquait de se brûler. « Je suis resté dans un petit groupe et c'est au sprint que je suis parvenu à battre Brahim Oubouskour pour décrocher cette deuxième place. Vu la chaleur et vu la supériorité de Lahbib, je ne pouvais espérer mieux. J'ai souffert à partir du 6e km et ce jusqu'à la fin. » Comme Lahbib, le Carolo va maintenant se préparer pour les meetings sur piste, puis il prendra le cap vers les cross.

    Bultot médaillé en montagne

    Brahim, qui est en constants progrès depuis qu'il surveille son poids, était aussi un médaillé très heureux. « Thierry avait plus d'énergie à la fin, c'est ce qui lui a permis de passer devant. Moi, j'étais cuit. » Ses objectifs futurs se concentrent plutôt vers le Trophée du Pays de Charleroi, où, dans sa catégorie des seniors, il pourrait jouer un rôle en vue.

    La course avait aussi rassemblé les joggeurs du challenge Befays, dont le leader Christian Bultot, bien parti pour inscrire son nom au palmarès. Samedi Christian a couru avec le frein à main. Huit jours avant, il avait brillé lors du championnat de Belgique de course de montagne à Malmedy en y décrochant une 3e place dans sa catégorie des plus de 50 ans. « Il s'agissait de mon 4e titre dans ces championnats. À Gerpinnes, j'étais surtout présent pour les points de bonus délivrés à chaque participant. »

    Geoffroy BRUYR

  • 6ème Trail du Val d'heure - 09/08/2009 [55 km]

    6ème Trail du Val d'heure (Ham-sur-Heure) - 09/08/2009 [55 km]

    valheurehome

    Départ et arrivée dans le cadre du Château communal. Parcours vallonné en deux boucles sur sentiers boisés et chemins campagnards.

     
    3 distances vous seront proposées :

    >> 36 kms – 1020 D+  

    >> 20 kms -   460 D+  

    >> 56 kms – 1480 D+

    Parcours :

    valheur_google

    valheur_ign

    Dénivelé :

    tvh_den

    Allure :

    Allure jusqu'au 46èm km, car ensuite ma batterie est tombée en rade ...

    valheure_all

    valheure_all_km

    Classement :

    Classement 2009 (20 - 35 - 55 km) : Cliquez ici

    Résultats :

    Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
    55,006:07:419,006:24178520

    * 20 abandons pour les 55 km

    Commentaire :

    A l’heure de ma pré-inscription au trail du Val d’Heure, je ne savais pas encore que l’allais participer au triathlon de l’Alpe d’Huez une semaine avant. Et donc, c’est avec un gros état de fatigue générale que je vais me présenter à ce trail.

    Ayant boudé les longues distances les deux dernières éditions pour diverses raisons, cette année je m’étais dis : "je fais la longue distance ! donc je ne vais pas reculer".

    Le réveil est douloureux, juste une tasse de café et une tartine et puis direction le château d’Ham-sur-Heure. Je retire mon dossard, reçois un T-shirt. Beaucoup de participants de mon club CMPV seront représentés, nous taillerons une bavette car on ne s'est plus vu depuis les vacances. La pluparts d’entre eux, feront les 20 et 35 km … je serai le seul à m’élancer pour les 55.

    Cette édition sera un grand succès et nou serons plus de 300 toutes épreuves confondues ... record battu. Avec plein de nationalités représentées … c’est là que l’on voit le succès grandissant des trails .. et oui une fois que l’y on a gouté difficile de sans passer.

    Le départ aura un peu de retard et seul deux ravitaillements seront prévus, un premier au 17ème km et un second complet au 35 km, puis plus rien … donc : il faudra bien penser à remplir son camel bag … soit +- 3 kg à porter sur son dos en plus des km …

    Les 35 - 55 km partiront en premier et vers 9h15, nous entamons notre longue chevauchée. Direction Beignée. Le coin me semble familier et nous avons notre première côte au bout du 2ème km, de quoi nous mettre en jambe. Je sens de suite, que mes jambes sont lourdes et une petite douleur au genou commence à sortir le bout se son nez, je ferai donc ce trail « cool » et la plupart du parcours avec Nicolas C. du club qui fait les 35. Après avoir emprunté le Flaya mais par son côté obscure, on se dirige vers Marcinelle et son redoutable terril du bois du Cazier … mais en amuse-gueule, un plus petit terril nous sera proposé de quoi nous alerter.

    Le terril du Cazier s’offre ensuite à nous, mais au lieu de le monter par son petit sentier en colimaçon … le plus court chemin étant la ligne droite … les organisateurs n’ont pas fait dans la dentelle … résultat 75 mètres de dénivelés sur 170 mètres soit du 44% de pente. On aura droit ensuite au sentier pour la descente.

    valheure_boiscazier

    On se dirige ensuite vers le centre de Délassement de Marcinelle et au 17ème km le premier ravitaillement en eau. Je suis toujours en compagnie de Nicolas C. et juste devant nous la première dame, qui nous impressionne. Nous visiterons et revisiterons le bois du Prince, pour ensuite nous diriger vers Jamioux et son bois. C’est là que je vais laisser partir Nicolas car je ne tiendrai jamais comme cela les 55 km … le souffle c’est ok, la course c’est ok, mais lors des descentes, le genou droit me fait mal, difficile de plier la jambe. Alors, je suis obligé de ralentir dans les celles-ci …

    Au 25 ème km, la première dame du 35 me rejoins et je  terminerai cette première boucle en sa compagnie ainsi qu’un Vététiste, nous aurons l’occasion de discuter bien sympathiquement et les km défileront rapidement … on retourne vers Beignée, avec encore quelques difficultés, mais l’arrivée est dans 4 km donc pas de soucis. Nous arrivons enfin au château et je terminerai cette première boucle en 3h42.

    Je m’arrête un instant de quoi remplir mon CamelBag, et m’approvisionner en biscuit et banane. Quelques étirements … et puis il faut repartir …. Mais c’est très très dur pour le moral : beaucoup de gens au château … assis sur leur banc avec un verre à la main … l’odeur du Barbecue … l’ivresse des finishers …. Et moi je dois repartir pour plus de 2 heures … Faut pas que je traine trop ici … allez je reprends ma foulée vers les hauteurs … mais que ca fait mal au genou …. Je vais trainer la patte pendant 500 mètres, et puis retrouverai mon allure. On traverse le bois Jacques, que je commence à connaître par cœur, mais à chaque descente … douleur au genou, cela devient un calvaire à en préférer les côtes !!!

    Nous visiterons par la suite le bois de Baconval, là je me sens vraiment moins à l’aise, les sentiers sont rocailleux et irréguliers et ça fait vraiment mal aux pieds, vivement qu’on quitte ce bois … Mais, ça me semblera interminable et c’est là que ma montre me lâche au 46ème km …  je pensais que la deuxième partie serait plus facile … fatal error …. Des côtes, des côtes, des descentes, je traîne même un peu la patte, devient fainéant et puis une petite chute. Bon ! Christophe réveille toi un peu! … Enfin Cour-sur-Heure …. Je suis sauvé ! après la traversée du village nous foulerons un sentier campagnard, plein soleil à Gomerée … une longue ligne droite en faux plat montant … et le soleil pesant et le soleil pesant … Je vois quelques trailers au loin devant  mais je sais que l’on s’approche de l’arrivée. Nous descendons ensuite sur le château et puis la bannière d’arrivée sous le son du speaker. Plus de 6 heures 7 minutes d’effort et un GRAND OUF Rigolant.

    Chapeau à tous les Trailers, et aux organisateurs pour cette remarquable édition. Et je ne me lasse pas de visiter cette magnifique région.

    DSC_0757

    >> arrivée de la première boucle, 35 km déjà parcouru

    DSC_0758

    >> rentrée au chateau

    DSC_0760

    >> une petite pause bien méritée, avant la deuxième boucle ... allez plus que 20km

    DSC_0784

    >> arrivée après plus de 55 km ... je retrouve le sourire

    DSC_0787

    >> même pas mal Langue tirée

    Galerie Photo :

    Galerie photo 1 : Cliquez ici

    Galerie photo 2 : Cliquez ici

    Article de presse :

    gazette_nav La nouvelle Gazette 12/08/09 : Cliquez ici

    Logo_Buttom_V Vers l'Avenir 13/08/09 : Cliquez ici

    telesambre Reportage du 28/08/09 :

    Vidéo :

    >> La montée du Terril du Bois du Cazier :

     

  • Triathlon Alpe d'Huez - 30/07/2009 [1200 m / 30 km / 7 km]

    Triathlon Alpe d'Huez - 30/07/2009 [1200 m / 30 km / 7 km]

    alpes_home

    "A Couper le souffle ! "

    En moins de 40 km d'effort, vous allez découvrir une large palette de paysages et passer par toutes les émotions.

    Au menu : les eaux pures du lac du Verney, situé à 700 m d'altitude et où se déroule la natation, en passant par le sommet de l'Alpe d'Huez, à plus de 1800 m. Il y en a pour tous les goûts.

    L'ascension des 21 virages mythiques de l'Alpe d'Huez constituera le plat de résistance de ce triathlon. C'est pour eux que 'on vient courir à l'Alpe d'Huez et ils ne vous décevront pas.

    Une fois l'ascension effectuée et digérée, il ne reste plus qu'une boucle de 7 km à parcourir sur le territoire de la station, en guise de dessert. Mais comme on est à 2000 m d'altitude, il faut encore s'accrocher pour aller au bout de ce triathlon qui est d'une beauté à vous ... couper le souffle ! Une courte distance dont on se souvient longtemps ... Si avec cela, vous n'avez pas l'eau à la bouche ...  

    Parcours :

    Nage (1200 m) :

    alpes_natation

    Velo (30 km) :

    alpes_google

    Course à pied (7 km) :

    cap_ah2.jpg
    Dénivelé CAP :
     
    cap_den_ah.jpg

    Allure (Vélo) :

    velo_alpes_vit

    alpes_velo_all_int

    Classement :

    Classement  2009 : Cliquez ici

    Résultats :

      Distance Temps Moyenne Allure Pos Nbr participants %
    Nage 1200 m 0:25:25 2,83 0:21:11 578   77
    Vélo 30 km 1:45:45 17,02 0:03:32 416   55
    Course à Pied 7 km 0:36:06 11,63 0:05:09 165   22
    Total 38,2 2:52:00     384 749 51

    Commentaire :

    Et voilà, mon premier triathlon (distance olympique) a été bouclé … et celui que j’avais choisi alliait à la fois le parfum de vacances, la montagne et le sport. L’Alpe d’Huez répondait à tous ces critères et autant que j’en prenne plein les yeux pour un premier.

    Ce triathlon ce composait tout d’abord de la natation avec un 1200 m sur  le lac du Verney dans une eau cristalline venant tout droit de la montagne et autant dire bien froide. Ensuite le vélo, avec 30 km dont la mythique ascension de l’Alpe d’Huez et ces 21 virages, et pour terminer une boucle de 7 km dans les alpes à plus de 1800 mètres d’altitude sur un chemin rocailleux.

    Comment aborder ce premier triathlon … tout d’abord, je me renseigne à gauche et à droite : quelques triathlètes de mon club de jogging m’aviseront et pas mal de littérature sur internet m’instruira. Bon par quoi commencer ? … et ben je ne savais pas nager …. Donc pas le choix … pendant un mois, piscine 3 fois par semaine. Au début, j’arrivais à faire à peine 25 mètres et puis au fil des séances  100, 200, 500 et à la fin 1000 mètres s’en m’arrêter, je nage pas vite mais je nage ! Mais on m’a prévenu, nager dans un lac et pendant un triathlon ce n’est pas du tout la même chose qu’en piscine !!!  Il n’y a pas de mur tout les 25 mètres pour se relancer, il n’y a pas de repère, il y a des vagues et surtout il y a plein de nageurs avec pleins de pieds et de bras et de remous dans tout les sens ….  Je profiterai de mes vacances dans le Verdon sur le plus beau lac de France pour nager en lac et avec une combinaison. 

    Pour le vélo, je m’offrirai tout d’abord un vélo de course (celui du papy n’étant pas top) et puis ferai 2 ou 3 sorties dans ma région. Mais je n’ai jamais fais de col en montagne et on me dira que même les voitures ont du mal à les grimper … je profiterai des vacances pour tester, mais ayant un petit gabarit et un profil de trailer, cela me fait pas peur.
    Et puis, pour la course à pied, j’en ai fait assez donc pas d’entraînement.

    Voici le jour J.

    La tactique du jour … terminer le triathlon et me faire plaisir !!!

    Le départ ce fait à côté de la centrale électrique sur le lac du verney. Ils arrêteront  exceptionnellement celle-ci le temps de la nage. Nous serons plus de 800 à participer à ce triathlon. Pour le départ, je me mettrais 20 mètres en retrait de la ligne derrière la horde … et puis le coup de feu … devant c’est impressionnant, moi j’attends sagement que tous ces  fous furieux prennent le large, et puis commence mes mouvements de crawl. Je prends soins de bien respirer, de nager calmement sans m’emballer et puis le premier bouchon … même en partant en retrait je serais enfermé, mais pas de panique quelques petits coup de pieds et de mains, un peu d’eau  … mais après 5 minutes je prends ma petite vitesse de croisière, et vérifie de temps à autre que je suis le bon cap.

    Après 500 mètres, c’est la première bouée à contourner  et la c’est le gros bouchon difficile de se créer un chemin, il n’y a rien à faire faudra s’imposer, 200 mètres plus loin c’est la deuxième bouée et puis retour, mais là je suis derrière un triathlète que je n’arrive pas à dépasser et il dérive vers la droite … je crois j’aurai allongé la distance de 100 mètres …. Mais bon, je reprends le bon cap et après 26 minutes je sors de l’eau. J’aurai quelques petits vertiges, mais je retrouve mon emplacement,  il ne reste plus beaucoup de vélo dans le parc.  Il me faudra 3 grosses minutes pour la transition, à savoir enlever la combinaison hyper moulante, enfiler les socquettes, les chaussures de vélo, les lunettes, le casques et puis le dossard. Je ferme mon sac, et c’est reparti pour la balade en vélo.

    On commence avec une petite côte, et puis 15 km de « plat » pour arriver à Bourg d’Oisans au pied de la montée. Ces premiers km je le ferai à mon aise, à une moyenne de 34 km/h, afin d’arriver frais au pied du col. Je me ferai dépasser par quelques bolides, mais je n’y prête guerre attention je produirai mon effort sur le col.

    Nous voilà vite arriver au pied, avec le km zéro … et c’est parti avec le petit plateau. Je croiserai, reconnaitrai  et saluerai Nathalie Simon qui participait également à ce triathlon, et bien sympathiquement me fera un petit coucou. Les 3 premiers km (virage 21 jusqu’au virage 17) seront terribles avec un pourcentage de 12% et, sans me mettre dans le rouge, je gravis mon ascension. Je commence à dépasser régulièrement les cyclistes qui commencent déjà à peiner dû à leur gabarit.

    Nous arrivons à la « Garde », avec le premier ravitaillement en eau  et le pourcentage est un peu plus « raisonnable », j’en profite pour retirer une dent. Je me sens bien, mes jambes tournent bien et je vais continuer à dépasser régulièrement les cyclistes. Beaucoup de monde le long du parcours et dans  les voitures fenêtres ouvertes, nous encouragent chaleureusement, le prénom des triathlètes étant inscrit sur les dossards, nous avons droit à des encouragements personnels, ça fait du bien et cela nous aide. Les virages se succèdent  15, 14, 13, 12 … et puis le deuxième ravitaillement au « Panorama », nous aurons droit à du gel et de l’eau fraîche.  Je repars de plus belle, et je vois au loin l’Alpe d’Huez. Nous sommes à 1300 mètres d’altitude, plus que 500 mètres me dis-je …  les pourcentages deviennent plus secs de temps à autres, mais je garde un bon petit rythme sans faiblir. … allez plus que 5 km et une portion de 50 mètres un peu plus plate de quoi récupérer un tantinet et puis ça remonte … 4 km de l’arrivée , on prend tout droit , par l’itinéraire du tour de France, encore 3 km … les pentes redeviennent beaucoup plus hard, mais on s’approche de l’arrivée alors on ne faiblit pas.  Virage 2 …. Virage 1 …. Dernière pente, on longe les appartements, et on se rend compte que la pente est vertigineuse …. Et puis j’arrive enfin à la fontaine, où ma petite famille m’attend patiemment, un petit sourire pour la photo, un petit coucou et ça fait du bien au moral… il ne reste plus qu’un km en légère montée, mais pas de soucis et j’arrive au deuxième parc. Je suis assez content de mon ascension et ne suis pas trop éprouvé.

    Je dépose mon vélo, enfile mes baskets, mon bandana et c’est parti pour 7 km… les premières foulées sont difficiles, les jambes sont lourdes, et à 1800 mètres d’altitude, l’oxygène se fait plus rare. Il me faudra 2 km pour m’acclimater, et ensuite je prendrai ma vitesse de course. Les foulées s’allongent et je continue à dépasser les triathlètes. Le parcours est rocailleux et puis après 3 km, une côte d’un km aux abords des pistes de ski, je prends ma foulée de trail et grimpe sans problème, puis au redescend vers l’arrivée, j’allonge ma foulée en guise d’étirement, je me sens toujours bien.  Encore 1 km, on repasse près de l’arrivée, mais un petit tour nous surprend, avec une bosse bien raide, qui en décourage quelques uns, mais pas moi, si près du but, j’en remets une couche, re-dépasse quelques  coureurs, et puis longe le parc à vélo puis l’arrivée avec un petit sprint pour le folklore …

    Ca y est je l’ai fait … plus de 2 heures 52 minutes d’effort, et puis les félicitations de  la famille … Je suis super content, pour un premier essai. Je l’ai fait dans de très bonnes conditions, je l’ai terminé sans problème et sens qu’il me restait encore des réserves. C’est donc de bon augure pour un prochain triathlon ?

    Je retournerai au camping à vélo en guise de décrassage.

    Pour conclure, ce fut une merveilleuse expérience, tout s’est très bien déroulé, le cadre montagneux est magnifique, et cela m’incite à aller encore un peu plus loin…


    Ce qui est à améliorer :

    • Avec ma première expérience en nage, je vais pouvoir me mettre un peu plus devant, frotter un peu, et nager un peu plus rapidement pour être dans la moyenne de quoi gagner quelques petites minutes et améliorer encore ma technique de nage.
    • En vélo : améliorer ma vitesse sur le plat
    • En course à pied : gérer un peu mieux la transition vélo – cap


    Ce qui est encourageant :

    • J’avais vraiment peur de la nage sur lac, mais tout s’est bien passé, et je suis vraiment heureux !!! Mon appréhension de la nage est désormais derrière moi.
    • J’ai pu gérer mon effort ! Je  suis arrivé relativement frais après chaque effort, et je ne me suis jamais mis dans le rouge. En comparaison avec un trail, je terminé ce triathlon avec beaucoup moins de traumatisme.
    • Mon premier col en montagne hors catégorie, s’est déroulé sans problème et je sentais qu’il m’en restait encore sous la pédale.
    • Ayant terminé ce triathlon relativement frais, je me sens capable d’attaquer un triathlon plus long.

     

    DSC_0311

    DSC_0313

    xalpe_nage

    xalpe_velo2

    xalpe_velo1

    breton5

    breton6

     

    breton7

    DSC_0458

    DSC_0460

    breton3

    breton4

    xalpe_cap

    a_1

    DSC_0461

    breton2

    breton1

    DSC_0464

    DSC_0467

    Vidéo :