• Jogging de Leernes - 27/06/2010 [10 km]

    Jogging de Leernes - 27/06/2010 [10 km]

    le_home

    Vallonné au début et roulant sur la fin !
    Départ et arrivée au complexe sportif, au centre du village. Une seule boucle de 10,060 km (distance officielle pour le calcul de la moyenne) empruntant essentiellement les chemins campagnards dès la sortie du village, chemins forestiers ensuite à travers la Forêt domaniale de Leernes, pour terminer dans le village.
    Ravitaillement au 4ème km après la grosse difficulté du parcours.

    Parcours :

    le_goo

    le_ign

    Dénivelé :

    le_den

    Allure :

    le_vit

    le_int

    le_km

    Classement :

    Classement 2010 : Cliquez ici

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    10,06 0:43:00 14,00 04:18 28 357 8

    Commentaire :

    Petit jogging douloureux en perspective …je suis actuellement dans le creux de la vague, en pleine période de fatigue, c’est un moment difficile où j’ai besoin de récupérer mes forces et puis cette chaleur accablante…

    Bon je m’étais préinscrit vu les conditions solderesque à 1 euro … et après moult  réflexion, je me présente quand même à Leernes, c’est qu’il faut secouer le cocotier, je ne dois pas me laisser aller.

    Voilà que 5 minutes avant le départ, j’effectue un petit aller-retour en guise d’échauffement … aie je sens que je vais souffrir, je suis au ralenti et j’ai l’impression que je suis épuisé, à sec, plus de carburant … ce n’est donc pas aujourd’hui que je vais performer,  le message corporel est clair faudra se calmer mon coco.

    Et donc que je commence mon jogging calmement, essaye d’écouter mon corps et ralenti quand le besoin se fait sentir … et ça marche, les km défile et je tiens le coup

    Au troisième km, c’est la grosse côte du jour, je passe la première et monte régulièrement en prenant soin de bien respirer, la fatigue se fait légèrement oublier … et puis le ravitaillement bien mériter, j’en profite pour bien m’arroser .

    Puis c’est le bois, ça se rafraichit un tantinet, là les km défilent rapidement. A la sortie du bois, c’est la longue descente sur pavé vers le village … bon toujours le même problème récurrent, je n’arrive pas à allonger ma foulée sur les descentes, rendu, de plus, difficile par l’appui sur pavé… faudrait bien un jour que je me débarrasse des mes vestiges footballistiques.

    Enfin le dernier km, j’ai vraiment envie d’en terminer, chose qui sera faite après 43 minutes de course.

    Je suis content, vu mon état de forme d’avant course, de terminer dans un relatif bon état.

    Pour la suite, j’ai le trail de Chiny, mais j’opterai sans doute pour la petite distance (26 km), pour attaquer début août les 56 km du trail du val d’heure, toujours dans ma phase de préparation du CCC (27 août)

    le0IMG_7723

    >> 300 m après le départ

    leDSC05300

    >> 2ème km : ça monte légèrement

    le1IMG_7873

    >> 3ème km : ça grimpe sec dans "le grand Pachi"

    leDSC05507

    >> 8ème km : ça redescent vers le village

    le5IMG_8112

    >> juste avant le 10ème km : Dernier virage avant l'arrivée au complexe sportif

    Galerie Photo :

    Galerie Photo 1 : Cliquez Ici

    Galerie Photo 2 : Cliquez Ici

    Galerie Photo 3 : Cliquez Ici

     

  • Semi-Marathon Nature - La Roche en Ardenne - 13/06/2010 [21,1 km]

    Semi-Marathon Nature - La Roche en Ardenne - 13/06/2010 [21,1 km]

    lr_home

    La découverte de la beauté des paysages ardennais, de la vallée de l'Ourthe, des villages et des fermes pittoresques constitue le fil conducteur qui a déterminé la conception de l'itinéraire.

    Les coureurs emprunteront de petites routes goudronnées (29 %), des chemins de terre (60 %) et de sentiers (11 %). Mesurage des 21.100 mètres suivant les règles de l'IAAF.

    Parcours :

    lr_eart

    lr_ign

    lr_google

    Dénivelé :

    lr_ign_den

    Allure :

     fl_vit

    lr_vit_km

    lr_km

    Classement 2010 :

    >> 21,1 km : Cliquez Ici

    >> 42,2 km : Cliquez Ici

    Résultats : 

    Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
    21,101:38:2612,8604:38184274

    Commentaire :

    Je devais participer à la première édition du Trail de la Roche, mais le devoir électoral familial en décidera autrement. Je m’organiserai donc autrement, un petit jogging le vendredi à Wangenies, pour faire un peu de vitesse et pour ce dimanche, j’aurai juste la possibilité de faire le semi-marathon  à La Roche en Ardenne.

    J’avais déjà participé à l’édition 2007 et le parcours annoncé semble être le même, sauf sur le final.
    J’en appelle donc à ma mémoire : un début  de semi rude, et un passage au 10ème km qui m’avait fait vraiment souffrir … voilà de quoi m’adapter.

    En raison des élections, le départ du semi a été reporté à 12h00 et J’arrive sur place vers 10h30, afin de m’inscrire. Après un petit tour dans le village , je fais un léger échauffement, mais le soleil et la fatigue aidant, j’ai la tête qui tourne, je me dirige vers une tente de la croix rouge, et demanderai un peu d’eau sucrée, me voilà retapé.

    À midi pile, c’est sous le son d’une cloche et sous un beau soleil que nous entamons ce semi.

    lr00029

    Je suis très très prudent car je sais que le premier raidillon est à 500 mètres, et nous y voici, je surprends certains joggeurs la monter à fond … je les laisse partir devant et à bientôt ….
    Nous entrons de suite dans le bois avec un deuxième raidillon mais bien plus raide ! et certains n’admettent pas que la marche est beaucoup plus efficace, et j’en vois certains en train de se brûler à petit feu et s’obstinent à courir … au 3ème km ça monte toujours, mais cela devient beaucoup plus acceptable et c’est reparti pour les foulées. Au 5ème km, nous arrivons au sommet, à 400 m d’altitude, et jusqu’ici, j’ai bien négocié.

    Je vais pouvoir me laisser glisser sur la longue descente qui suit, je suis bien heureux d’avoir chaussé mes chaussures de Trail, des petites roches et des chemins boueux sont à surmonter.

    Nous traversons au 8ème km, le petit village pittoresque de Maboge, avec les encouragements d’un petit public, et 3 personnages descendus tout droit du moyen-âge …

    lr1

    on traverse également l’Ourthe pour entamer un parcours plus compliqué.. ça commence à monter, et les organismes commencent à peiner, on rentre dans les bois et les pentes deviennent plus sérieuses, mais j’arrive à courir et puis je vois devant moi les deux premières dames, qui se tiennent de très près et je me rapproche de plus en plus, elle m’impressionne … et ça continue toujours à monter, on rejoint le macadam et à l’apogée à 419 m d’altitude, on sera accueilli par la lance des pompiers, hmm cela fait du bien.

    lr2

    Ensuite deux km de macadam, plein soleil, çà monte et descend légèrement et les dames reprennent le large, … on visite Hubermont, et petite originalité une petite ferme, sous l’air d’un petit groupe folklorique local « Monsieur météo » qui me trottera dans la tête pendant quelques km …

    lr3

    Au 15ème km c’est le dernier ravitaillement, je prends soins de boire un dernier verre d’eau, encore deux km de plat, et puis c’est la dernière longue descente régulière. Je laisse soin aux spécialistes de la discipline de prendre les arènes, ça va trop vite pour moi, et les dames sont hors de vue, je me dis qu’elles ont un petit moteur caché sous le cylindre, comme Cancellara …

    Nous voilà au pied de l’Ourthe encore un petit km … je lève légèrement le pied. Je vois l’arrivée de l’autre côté de l’Ourthe, et entend l’arrivée de la première femme … Bravo !

    Voilà je traverse le pont, sort le dossard de ma poche et franchis la ligne d’arrivée.  Je suis assez content de moi.

    Malheureusement,  je ne vais pas pouvoir rester très longtemps. Je prends le t-shirt offert et reçois un « diplôme » et suis surpris par mon classement ….

    P1010707

    Galerie Photo :

    Galerie photo 1 : Cliquez Ici

    Galerie photo 2 : Cliquez Ici

    Galerie photo 3 : Cliquez Ici

     

  • Jogging du Bois de Soleimont - 11/06/2010 [6,9 km - 11,6 km]

    Jogging du Bois de Soleimont - 11/06/2010 [6,9 km - 11,6 km]

    sol

    Parcours :

    fl_ign

    Dénivelé :

    fl_ign_dev

    Allure :

    fl_all

    fl_vit

    fl_km

    Classement 2010 :

    >> 6,9 km : Cliquez Ici

    >> 11,6 km : Cliquez Ici

    Résultats : 

    Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
    6,90:29:2814,0904:166986

  • Le Passe-Montagne (Nismes) - 06/06/2010 [35 km]

    Le Passe-Montagne (Nismes - Viroinval) - 06/06/2010 [35 km]

    logo

    Parcours :

    pm_google

    pm_ign

    pm_ign_geo

    Dénivelé :

    pm_ign_den

    Allure :

    pm_vit

    pm_vit_km

    pm_km

    Classement 2010 :

    Classement 25 km : Cliquez Ici

    Classement 35 km : Cliquez Ici

    Résultats :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    32 3:16:50 9,75 06:09 8 93 9

    Commentaire :

    Voici une belle revanche sur l’édition 2009, tant au niveau du nombre de participants que des tracés proposés. Cette fois-ci, les débaliseurs écervelés  n’ont pu agir, et il est vrai que les balises blanches et rouges ont laissés place aux blanches et bleues de la Police … ouhhh ça a dû certainement impressionner ces jobards qui auront dû rebrousser chemin.

    Et voilà, ma frustration est belle et bien entérée, et concentrons-nous donc sur cette édition 2010. Notre club est bien représenté : Catherine, Martine, Cécile, Didier, Yvan, Alain, Fréderic et moi-même, que du beau monde! Je viendrai également avec un ami du Foot, Manu venu s’expérimenter au trail, ça sera une première pour lui, et espérons qu’il aura récupéré de notre petit barbecue footballistique de la veille…

    Cette année, le 25 km a été rendu « moins exigeant », qu’ils disent … 12 km roulant et le reste enfer et damnation … Le 35 km sera plus technique, quelques côtes en plus, et en regardant le parcours, on nous fera contourner le village cocardier d’Olloy-sur-Viroin, ne froissons pas leurs terres, on nous méprise du haut de leur rempart, et ça sera très bien ainsi.

    Après le briefing rituel, c’est parti pour la traversée du parc, toujours aussi magnifiquement entretenu, nous sommes au petit trot, et admirons nénuphars, fontaines, verdure, point d’eau, oh les jolis petits canards … On se croit en vacances, hmmm il fait vraiment bon vivre ici. A la sortie du parc, c’est déjà la séparation des 25 et 35, et les 25 n’auront pas la « chance » de se délecter avec la montée de la Tannerie … un coin de montagne à deux pas … On m’a toujours dit : sur les pentes >18% il est plus efficace de marcher … c’est bien beau la théorie mais que fait-on quand on s’approche des 90% …

    Au 5ème km, nous arrivons à Dourbes en direction de la Haute-Roche … heuu pourquoi la Haute-Roche … et à votre avis ? La descente sera tout aussi périlleuse et parfois malgré  les cordes des rappels …, à quatre pattes !

    On traverse tranquillement le village de Vierges par les hauteurs et nous reprenons, un moment, un bout de chemin du 25 km, j’en dépasse mêmes quelques-uns et puis c’est le village de Treignes au 14ème km, et quelques Barbecues le long du Viroin, hmm c’est alléchant, ne trainons pas ici …

    Nous allons longer un moment le cours d’eau avec quelques petites côtelettes, rien de bien méchant. Et c’est là que fleur à la bouche, un trailer me dépasse. Cela me surprend un tantinet, et je lui demande d’où vient ce rite bien étrange … il m’explique que c’est multifonctionnel : cela permet d’éviter d’avaler les mouchettes, et deuxièmement, me-dit-il, tant que j’ai la fleur en bouche, c’est que je ne suis pas dans le rouge et ça permet de gérer plus facilement l’effort … et moi j’ajouterai un troisième point : oh que c’est mignon ….

    18ème km et notre première grosse montée : de la marche et quand le terrain le permet un peu de yogging … nous voilà sur les hauteurs à près de 320 m d’altitude, le paysage et bien changeant et sommes dans une forêt bien sombre …. Et ensuite la descente … et malgré mes entraînements spécifiques de descentes, ce n’est toujours pas ça ! J’essaye d’appliquer la théorie : se pencher en avant, détendre les muscles, bien respirer, se relâcher, fait des petits pas rapides … mais j’ai vraiment du mal et c’est toujours en me crispant que j’atterri  tout en bas … va falloir retravailler tout cela …

    Au 22ème km, on entame de suite la deuxième longue montée, toujours un peu de marche, et puis je scrute le ciel, ouf ti, le ciel s’assombri pernicieusement … et on s’enténèbre dans ce bois des plus denses … un petit frisson en moi, se fait ressentir …   Heureusement un peu plus loin c’est le ravitaillement, et à peine mon morceau de banane en bouche, le ciel décide de corser notre épreuve et se déchaine, un vrai tonnerre de Brest, des trombes d’eau , un vent tourbillonnant, des feux d’artifices  … Dans ces moments là, faut trouver un point positif, auquel on peut se rattacher, et ça y est, je l’ai trouvé : hmm que cela me fait du bien, me dis-je, cela tombe bien, j’avais besoin d’un rafraîchissement …

    Cette fois-ci la descente, est beaucoup plus marrante, on peut courir sur ce torrent improvisé, splash, splash et on ne fait pas dans la dentelle, on retrouve entre-temps les derniers trailers du 25 km, qui se demandent ce qu’ils font au beau milieu de la forêt, en plein déluge.

    Au 25ème km, me voici au pied de la dernière grosse montée, et nous apercevons des malheureux essayant vainement de pique-niquer. J’attaque la côte, avec un bon pourcentage, l’ascension est rendue difficile, car la terre a laissé place à de la boue : difficile de tenir ses appuis dans ces conditions, et puis, je me dis que c’est vraiment fun, et j’arrive au point culminant grand sourire aux lèvres. La dernière grosse descente qui suit, me fera moins rire, ça glisse, ça dérape … le trailer, juste devant moi, en fera les frais, mais heureusement pas de bobos.

    Au 28ème km, le temps s’adoucit quelques peu, et nous traversons la nationale, faut faire attention ici, on retrouve la civilisation, avec des grosses voitures qui vont très très vite … quittons au plus vite cette route pour rentrer dans ce site remarquable : « la roche trouée ».  Un moment nous devions descendre au pied du « Fondry des chiens » pour ensuite escalader ces roches … mais les conditions climatiques rendent l’ascension trop périlleuse, et on sera dévié sur le parcours du 25 km.

    Une dernière montée pour la forme, pas bien méchante, et on se retrouve au dessus château, y a plus qu’à se laisser glisser et me voilà en train de franchir la ligne d’arrivée, plus de 3h16 d’effort et 32 km au compteur. J’ai bien géré la course, me semble-t-il, me voilà donc très satisfait, sans bobos, sans douleurs, sans traumatisme …

    Je retrouve ma petite famille, qui m’attendait patiemment au pied du « Fondry des chiens », et qui comme l’année passée, ne m’aura pas vu passer, elle aura eu droit aussi aux trombes d’eau et n’aura pas pu s’abriter, les pauvres. Nous retrouvons ensuite, au compte goutte, tous nos amis, ils seront tous heureux de leur prestation du jour. Manu aura terminé ce Trail dans de bonnes conditions, et aura apprécié ce type de course, malgré la difficulté, et je suis heureux d'avoir fait un nouvel adepte. 

    Malgré l’ambiance un peu militarisée, impulsée sans doute par les organisateurs, nous avons passé une excellente journée dans une des plus belle région de Wallonie. 

    DSC_0163

    DSC_0170

    DSC_0171

    DSC_0174

    DSC_0178

    DSC_0185

    DSC_0197

    pm_c

    Galerie Photo :

    Galerie photo 1 : Cliquez Ici

    Galerie photo 2 : Cliquez Ici

    Vidéo :