• Trail des Lucioles Soironnaises - 22/01/2011 [22 km]

    Trail Nocture de 22 km

    Parcours :

    tl_googole.png

    Carte :

    tl_ign.png

    Dénivelé :

    tl_ign_den.png

    Allure :

    tl_vit.png

    tl_vit_int.png

    Classement 2010 :

    Classement : Cliquez Ici

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    22,00 3:44:29  5,88  00:10:12  313  407  77

    Commentaire :

    La tête dans les étoiles … ça y est ! J’ai mon sésame, j’ai été tiré au sort et participerai bien à l’UTMB édition 2011 … je suis encore un peu sous l’émotion, quand Didier me propose de participer au trail des Lucioles. Il a eu un excellent écho des dernières éditions. Toutes les conditions sont réunies pour passer un « agréable » moment … le froid, la nuit, la parcours technique, le dénivelé et les paysages d’un des plus beau village de Belgique …. Il nous manquera juste la neige …

    Sur place, j’accompagnerai Didier sur ce trail, il vient juste de reprendre … quel idée de choisir ce trail comme reprise …. Mais c’est l’esprit Trail.
    Nous nous plaçons en fin de peloton, et sommes surpris par le nombre de participants. On commence sagement par un tour de village, pour traverser un champ, et la couleur est annoncée … ça glisse terriblement, ensuite quelques km sans trop de difficulté … c’est l’occasion de croiser pas mal de connaissance, dont l’ATTC venu en force, puis des trailers de ma région.

    Vers le 4ème km, nous descendons, ou plutôt slalomons une piste de ski, devons passer un tourniquet à vache … il faudra prendre patience …  suivi des quelques single trace, où on se suit à la queue leu leu

    Après avoir passé sous un pont et longé une petite rivière, une montée sympa nous fait traverser l’ancien fort de Trancrémon. Sur les cimes, la brume fait son apparition et les balises fluorescences se font plus discrètes. Didier ne voit plus très bien sous ses lunettes embuées et me demande de passer devant. Après une révérence, voilà chose faite, et une belle descente est devant moi, je me laisse aller, je me retourne de tant à autre, Didier est bien là, suivi de petites loupiotes serpentées …  mais plus on s’enfonce dans la forêt et plus je recherche une balise …  après 1 km de descente, faut se rendre à l’évidence on s’est trompé,  tout les trailers s’arrêtent, on tergiverse, puis marche arrière, à la recherche de balises ….

    En hauteur on retrouve des loupiotes , et on les suit, mais on hésite sur le parcours … on explorera les alentours pendant 5 minutes, avant de retrouver le bon chemin … on ne m’y reprendra pas, me dis-je et je resterai extrêmement vigilant pour la suite.

    On traverse ensuite le bois de Fraipont, en passant par des endroits extrêmement boueux et avec une belle montée en guise de récompense. Pour me racheter, je remettrai sur le droit chemin quelques trailers qui s’égaraient dans la forêt …

    Didier commence à avoir quelques difficultés, les descentes étant dangereuses et éprouvantes, et il ne voit pas très bien … et maudit ses lunettes ….

    Nous retrouvons le macadam, pour le bonheur de Didier de quoi se débarrasser de la boue collante … et au 16ème km (au 18ème à notre compteur suite à notre erreur) nous traversons la Vesdre, qui était en crue, il y a encore à peine quelques semaines. Nous longeons une nationale, sommes encouragés par les signaleurs qui nous signalent : « plus que 5 km » et attaquons une première côte sans trop de difficulté. Par contre, la descente qui suit me rappelle méchamment les descentes dangereuses, abruptes et glissantes du Costa Rica, sans les épines aux arbres … voilà du pur technique et me laisse aller, c’est le pied. Je glisse d’arbre en arbre, me mets sur le cul , fais de petits bons … me voilà déjà en bas … et j’attends Didier pour la dernière ascension … et quel ascension !!!! Pente abrupte + terrain boueux = sacrebleu ! …. Faut s’accrocher si possible aux racines, branches pour espérer de pas retourner à la case départ ….
    Les trailers peinent et maudissent ces terres le temps de la grimpette .

    Nous voilà  sur les hauteurs de Olnes et retournons sagement jusqu’à l’arrivée, sans compter le passage par les champs encore rendus boueux.
    Pour résumer, malgré ces 21 km, c’est un parcours très ludique et très technique, où l’on peut s’éclater (au premier ou au second degré : à vous de juger).

    >> Notre petite erreur  (en bleu parcours normal, en rouge notre erreur de parcours ):

    tl_erreur.png

    Galerie image : 

    Galerie Photo 1 : Cliquez Ici

    Tracé GPS/GPX :

    >> Parcours  du 22 km : Cliquez Ici