• La Bouillonnante - 21/04/2012 - [19 km / 24 km/ 52 km]

    bo_home.png

    Grand rendez-vous des amoureux du trail dans le cadre exceptionnel de la Semois et de ses somptueux méandres…

    Un parcours exigeant mais superbe, une équipe enthousiaste et dynamique, un accueil de la Ville de Bouillon à la mesure de vos espérances !

    Les circuits passent par les grands sites de la région (Tombeau du Géant, Frahan, Rochehaut, Mouzaive…) et empruntent des chemins que seule la nature a domptés !

    Sur les 2 parcours, certaines parties sont très techniques (échelles, dalles de schiste…). Nous y assurons votre sécurité, mais restez extrêmement prudents !

    Parcours :

    bouillonnante,bouillon,trail

    Dénivelé :

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    Allure :

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    Classement 2012 :

    >> Classement 53 km : Cliquez Ici, (détail)

    >> Classement 24 km : Cliquez Ici, (détail)

    >> Classement 19 km : Cliquez Ici

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participants % position
    53  6:19:18  8,4  00:07:11  48  405  12

     

    Commentaire :

    bouillonnante,bouillon,trail

    Une grosse délégation Carolo était présente pour le trail Belge de l’année ; un trail qui s’annonce difficile, vu les conditions climatiques improbables, cela devrait assurer le spectacle.

    Cette année pas de passage à gué, mais le retour des fameuses échelles pour le meilleur ou pour le pire …

    Nous arrivons sur place le matin même en petite  délégation, le temps de se dégourdir les jambes gentiment. Nous entrons dans le château et attendons sagement le départ après le traditionnel briefing sous une fine pluie.

    Je me place vers la 100ème place et nous démarrons l’aventure sous la bonne humeur et les nombreux trailers du 24 qui nous applaudissent.

    On rejoint rapidement la Semois, que l’on longe pendant 2 km pour entamer la première difficulté, « Le Rocher du pendu », 50 m de D+ à aborder avec précaution c’est qu’il reste encore 50 km ….

    « La légende du Pendu » raconte que ce pendu serait un paysan de Corbion, parti de bon matin vendre son bétail au marché de Bouillon. Le marché terminé, notre homme se serait attardé plus que de raison et aurait dépensé tout son argent récolté. N'osant affronter les remontrances de sa femme, il se serait pendu au rocher en remontant de Bouillon.

    Après une petite descente en lacet sans trop de difficulté, une longue côte gérable nous amène au village de Corbion que nous traversons pour attaquer une portion technique à travers les bois comme je les aime et je prends mon pied.

    On se dirige vers les crêtes de Frahan, une portion qui me paraîtra plus simple que les éditions précédentes. On arrive rapidement au Premier Ravitaillement à Frahan. 11,5 km et 1h08

    Un peu de Coca, un morceau de banane et c’est reparti, on traverse la Semois, un petit coucou au passage au célèbre shooteur  « Jacques Papy ».

    On bifurque à gauche, pour le tracé réservé au 50 km, avec un passage inédit pour moi le long de la Semois sur un sentier très étroit et exotique, quelques passerelles rouillées et trouées, assez sympa avant l’arrivée de la grêle … s’ensuit une petite montée négociable.

    On rejoint la Semois avec la possibilité de se dégourdir les jambes. Une fois la Semois atteinte, on attaque la plus longue et plus haute montée, 3km et 227 m D+, où je serai confronté, un moment, à un tracteur descendant qui ne se soucie guère des trailers. S’en suit une longue partie vallonnée sur les sommets, un peu ennuyeux par moment, c’est que c’est relativement roulant …

    On passera ainsi par les villages de Vivy et Gros-Fays, où on sera pointé. Enfin ! Une belle descente technique comme je les apprécie : je ferai une petite infidélité au petit groupe que j’accompagnais depuis un moment et on arrive ainsi à Mouzaive. On traverse la Semois, un petit ravitaillement en eau, mais je ferai l’impasse, et on reprend les choses sérieuses, avec une côte au pourcentage sévère pour rentrer dans une partie boisée vallonnée, mais où il est possible de courir en général.

    On retourne ainsi sur Frahan. Les sensations jusqu’à maintenant me paraissaient très bonne, mais au 39ème km, une violente crampe au quadriceps vient mettre le brin … hmmm, j’espère qu’il ne s’agit pas d’un remake de l’édition 2009 …

    Je m’arrête un instant, essaye quelques étirements, la deuxième dame passe et m’encourage chaleureusement, je repars tant bien que mal, je sais le ravitaillement proche, reprend la course en titubant et rejoins le ravitaillement à Frahan. Je m’arrête, bois du coca, mange quelques biscuits salés. Et je vais devoir m’adapter et dompter mes crampes … je vais devoir réduire mon allure.

    On attaque de suite avec le grand prix de la montagne … qui sera chronométré …  mais je prendrai bien mon temps, j’accompagne un Chimacien le temps de la montée … voilà une de faite …

    On arrive directement sur le « parcours des échelles » hmm, le passage des trailers du 24 a rendu cette partie ultra glissante … j’aime les parties techniques … mais là je suis au pas sous peine de trépas … je glisserai trois fois, sans autres solutions, les quelques échelles, le terrain déversant, les rochers auront raison de moi .. 3 km/h de moyenne, pas très fier …

    Voilà un marathon de fait …

    On rejoint dans les hauteurs le dernier ravitaillement à Botassart, avec comme récompense un Aquarius. Le panorama classé sur « le tombeau du géant » est remarquable, malheureusement il va falloir retrouver la Semois avec une descente rendu périlleuse, tant la descente est vertigineuse et boueuse …

    Cédric alias Crapahut me rejoint au bord de la Semois, on partage un petit moment ensemble. Cette année pas de passage à gué et on contourne le « Tombeau du Géant ».

    On attaque l’avant-dernière difficulté : la montée jusqu’au Belvédère. Je retrouve un petit rythme de croisière d’un ultra qui me convient parfaitement. Voilà, je suis accueilli par les tam-tams. Je jette un petit coup d’œil sur la ville de Bouillon … ya plus qu’à descendre … ça glisse un peu mais c’est gérable et ludique.

    Après avoir traversé la Semois, me voilà au pied du château, pour la dernière difficulté qui sera une formalité avec les encouragements du public.

    Je franchis ainsi la ligne d’arrivée, relativement content de moi. Pas de fatigue flagrante, mais un tout petit peu déçu, j’aurai pu terminer un peu plus vite sans ces crampes à gérer, mais bon ça fait partie du jeu …

    Concernant les compatriotes … chapeau à tout le monde. Nous avons tous terminer et dompter  honorablement cette Bouillonnante !

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    bouillonnante,bouillon,trail

    Galerie Photos :

    Galerie photo 1 : Cliquez Ici (Luc V.H.)

    Galerie photo 2 : Cliquez Ici (Jacques Papy)

     

    Quelques Vidéos :

    >> vidéo par PaulBoslooper

    >> vidéo par jrmycroate

    >> vidéo par snelleloper

    >> vidéo par vinRouxh

  • Night Trail Frameries - 07/04/2012 - [21 km]

    frameries,trail,night

    Parcours  :

    frameries,trail,night

    Dénivelé  :

    frameries,trail,night

    frameries,trail,night

    Allure :

    frameries,trail,night

    frameries,trail,night

    Classement 2012:

    >> Classement du 21 km

    >> Classement du 14 km

    >> Classement du 6 km

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participants % position
    21  1:53:43  11,1  00:05:25  9 145  6

     

    Commentaire :

    Nous voilà sur la dernière ligne droite avant la bouillonnante : un trail de 20 km sera parfait pour parfaire notre entrainement. Je serai accompagné par Frédéric qui se sent de mieux en mieux.

    Côté parcours, sur le papier cela a l’air aisé, « juste 3 terrils à franchir…. Langue tirée» on verra sur place. On nous annonce 170 partants pour la distance des 21 km. 20h30 : on démarre en trombe, les allures sont élevées pour un trail, mais je me prends au jeu. Nous longeons le Pass pour attaquer ensuite la première difficulté : le terril du « Crachet » qui se résume en une pente sévère que l’on peut gravir en s’appuyant sur une corde et une descente qui n’a rien à envier à la montée. Voilà de quoi calmer les ardeurs des trailers.

    S’ensuit un long chemin campagnard pour rejoindre le prochain terril. Au 5ème km c’est la bifurcation 14/21 km qui épargnera aux Trailers du 14 le terrible terril de « l’Héribu », sans doute un paradis pour les entrainements des trailers du coin. Nous l’attaquons au 8ème km, avec une longue ascension en ligne droite et en récompense nous aurons droit à un magnifique panorama sur la ville étoilée. On en aura pour notre argent en nous faisant visiter et revisiter ce terril dans tous les sens, chaque cm² y sera exploré et ce sur 3 km de souffrances où il faudra être vigilant afin de ne pas perdre de vue les rubalises et éviter ce chemin piègeux. 

    Ouf ti … on retrouve la civilisation, et du macadam, et une partie cyclable, de quoi dégourdir les jambes. On rejoint le parcours commun du 14 km, en entrant dans un bois et un petit raidillon fait de chaux, l’ascension y est rendue difficile, mais heureusement qu’il fait sec sous peine de trépas …

    J’entends de la musique festive, nous atteignons le ravitaillement, où je fais connaissance avec les trailers du 14. Je m’y arrête un petit instant et repars de plus belle, direction le dernier terril, celui du « Titan du Levant » on atteint le sommet par le plus court des chemins, pour le malheur de certains trailers, qui jurent sur ce bassin minier … la descente qui suit est plutôt ludique, par des chemins non conventionnels, où je ferai la connaissance de ronces …. On traverse de suite le terril Saint Joseph, sans  la gravir. Une dernière petite difficulté nous attend, un petit raidillon qui devra être vaincu grâce à une corde … j’aiderai quelques trailers qui auront quelques difficultés …

    Voilà il n’y a plus qu’à rejoindre la ligne d’arrivée, Frédéric arrivera quelques minutes plus tard.

    Chouette ambiance d’après course, où les trailers auront mérité un repas festif à l’immense  complexe sportif de Frameries, dont nous profiterons avec les trailers de la région Carolorégienne.

    L’organisation était au top, seul le balisage non phosphorescent dans la nuit pouvait parfois porter à confusion dans les endroits obscurs et boisés des terrils, mais avec de la vigilance cela le faisait.

    J’ai eu l’occasion de croiser également Cédric alias Crapahut qui fait partie de l’organisation et à passer son après-midi à baliser et rebaliser et il est encore plus sympa en réel que sur son blog, bon M**** pour la bouillonnante.

    frameries,trail,night

    frameries,trail,night

    frameries,trail,night

    frameries,trail,night

    frameries,trail,night

    frameries,trail,night

    frameries,trail,night

    frameries,trail,night

    Galerie Photos:

    Galerie photo 1 : Cliquez Ici

     (Madres ASBL)

     

     

     

     

    Vidéos :

     

    >> reportage vidéo par Cyberbubu :

    >> reportage vidéo par SebPowerFull