• Le Grand Raid des Pyrénées - 24/08/2012 [160 km - 10000 m D+]

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    Parcours du 160 km :

    p_carte2.jpg

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Parcours : Animation 3D

     

    Dénivelé du 160 km :

    p_den_or.jpg

    Allure :

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    Classement :

    >> Classement 80 km 

    >> Classement 160 km 

    >> Classement détaillé du 160 km

    >> Classement détaillé du 160 km avec temps intermédiaire

    >> Nombre de Passage à chaque CP par tranche de 30 minutes

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    160,7  34:59:58  4,59    53  762  7

     

    Commentaire :

    N'ayant pas été tiré au sort pour participer a l'UTMB, Patrick nous convainc aisément à nous inscrire au Grand Raid des Pyrénées : la distance ainsi que le dénivelé sont équivalents au parcours des Alpes. Il avait déjà repéré ce trail il y a 2 ans. Son ambiance particulière, sa difficulté, son paysage magnifique, son organisation à taille humaine, le nombre de participants réduit rendront l'aventure unique. On sera vite isolé face à cette nature.

    On n'hésitera donc pas longtemps avec Frédéric pour rejoindre Patrick dans ce nouveau périple ...

    On basera notre préparation sur 12 semaines, que l'on débutera début juin sagement. Je me suis concocté un programme d'entraînement variant footing, côtes rapides, côtes longues, intervalles, farleck ainsi que de la rando-course en essayant le plus possible prendre du plaisir. C'est ainsi que je partagerai mes entraînements avec Fred et Patrick suivi d'after bien arrosés, et je profiterai de mes vacances en Ardèche pour mes rando-course. J'aurai également la chance de redécouvrir le Valais Suisse, 10 jours avant le départ, en compagnie de Samuel (Qui participe à la TDS), Frédéric et Jean-Louis notre moniteur. 3 jours de randonnées dans les alpes suisses qui ont été un pur bonheur.

    Nous voilà sur place, en famille, à Vielle-Aure mardi en soirée, ville départ du GRP. Nous avons trouvé une location à deux pas du départ, c'est vraiment pratique ... On retrouve de suite Patrick et Frédéric déjà sur place. On partagera joyeusement ces jours, avec une petite randonnée, et des repas festifs de quoi nous mettre à notre aise.

    La veille de la course, nous retirons nos dossards et rencontrons les trailers avertis du club voisin de l'ESM... en soirée nous assistons au briefing de la course. Pour résumé :

    - Météo chaude le vendredi, et grisaille, pluie et rafraîchissement le samedi

    - pas d'évacuation de confort et pas de rapatriement avant Villelongue (72ème km)

    - et surtout rafale de vent annoncé au pic du midi en matinée, ce qui va contraindre les organisateurs a retardé le départ de 2 heures, et une décision sera prise au dernier moment pour nous faire passer par le pic. On nous annonce également que le temps maximum sera réduit à 48 heures au lieu des 50 prévus, ce qui fera ronchonner une grosse partie de la salle.

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    Briefing d'avant course :

    On se retrouve le soir, pour un dernier repas, nous préparons nos sacs et il n'y a plus qu'à aller se coucher...

    Pour ce GRP, je vais tirer les enseignements de l'UTMB de l'an dernier : je ne me mets pas de pression, je vais partir sans chrono, juste un altimètre, je vais prendre chaque descente avec précaution et je vais prendre mon temps aux différents ravitaillements.

    Vendredi 6h30, on se donne RDV dans notre gîte, et on se rend ensemble au départ sur la petite place du village, c'est un peu la cohue ... on nous demande de nous faire "bagdger" ... et il y a une forêt de trailers qui attendent leur tour et le départ est dans 2 minutes .... cela se bouscule un peu et cela stresse, je perds Fred et Patrick, on me scanne de justesse et c'est le coup de feu, il est 7h00, Vielle-Aure s’éveille …

    >> Section 1 [8,9 km / 1159 D+] : Vielle-Aure (789 m) – Point 1950 (1950 m) [9 km / 1159 m D+ / 0 m D-]

    p01.jpg

    On quitte le village pour rejoindre celui de Vignec sous les acclamations du public : accompagnants, villageois, trailers du 80, nous ovationnent, cela nous mets du baume au cœur …

    Je repère ma petite famille, ils ont le sourire, pour eux aussi cela sera une aventure, ils ont prévus me suivre le long du parcours (Artigues, Col du Sencours au pied du pic de midi, Villelongue, Cauterets, Esquieze, Tournaboup et l’arrivée).

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    On traverse le village et les choses sérieuses commencent, avec les premiers lacets sur une vielle route, on sort les bâtons et on prend son petit rythme. Avec l’excitation, certains trailers s’envolent déjà…. cela continue sagement à grimper, nous sommes salués au passage par un fermier aux abords d’une grange avec sa petite clochette. On arrive ainsi rapidement au village de Soulan à 1282 m d’altitude, on traverse une fougeraie et on continue notre ascension sans trop d’encombre en passant au Pla de Castillon, où l’on domine Saint Lary. 

    Départ de l'ultra :

     

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées


    >> Section 2 [16,6 km / 1808 D+] : Point 1950 (1950 m)  – Lac de Bastan (2197 m) [7,7 km / 449m D+ / 202m D-]

    p02.jpg

    On atteint doucement le col du Portet en empruntant le flanc de la Serre, notre première petite descente, par les pistes de ski pour atteindre le premier ravitaillement au km 13,6 au restaurant Merlans. Plus de 2 heures de courses et pas de soucis majeur, je profite rapidement du ravitaillement offert, pour m’attaquer à la suite avec un raidillon au pourcentage élevé afin d’atteindre le haut téléski Gentianes. Le peloton s’étire, et il est aisé de progresser à sa propre allure.

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 3 [21,8 km / 1918 D+] : Lac de Bastan (2197 m)  – Lac de Gréziolles (2125 m) [5,2 km / 310m D+ / 382m D-]

    p03.jpg

    On continue notre ascension vers le Col de Bastanet situé à 2507 m d’altitude, le sentier est bien changeant, jonché de caillasse. Cela me permet de profiter du paysage, on doit de temps à autres enlacer de grosses roches, et des portions très rudes sont de temps en temps à franchir.

    La température commence à grimper petit à petit ce qui rend les choses plus difficile … on atteint ainsi le col de Bastenet, On va pouvoir entamer notre première longue descente avec 400 m en alertant grosses roches et lacets piégeux. On atteint le Lac de Gréziolles sous les encouragements de quelques randonneurs.

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 4 [28,9 km / 1952 D+] : Lac de Gréziolles (2125 m) – Artigues (1190 m) [7,1 km / 34m D+ / 969m D-]

    p04.jpg

    Nous poursuivons la descente vers Artigues toujours avec des cailloux et des portions assez raides. J’aborde cette descente avec précaution et ralentis légèrement la cadence, afin de me préserver pour la suite de l’aventure. Je sais ma petite famille sur place à Artigues, et nous arrivons sous les applaudissements d’un nombreux public attendant patiemment leurs proches.

    Me voilà enfin à Artigues après 4h35 de course, pour le deuxième ravitaillement, je retrouve Ludo, Amandine et Nathalie heureux de me voir, on profite du ravitaillement sous un soleil radieux. Un plein d’essence effectué par Ludo, un peu de cola et une banane et me voilà requinqué pour aborder une partie laborieuse avec en point de mire le pic du Midi.

    On nous annonce que l’on pourra accéder à ce pic mythique (le vent s’étant calmé), j’ai hâte d’y arriver …

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 5 [43,2 km / 3638 D+] : Artigues (1190 m) – Col de Sencours (2378 m) – Pic du Midi (2876 m) – Col de Sencours (2378 m)  [14,3 km / 1686m D+ / 498m D-]

    p05.jpg

    Je quitte Artigues en embrassant ma famille et leur donnant RDV au Col de Sencours. On attaque les choses sérieuses directement à travers une zone boisée au pourcentage effrayant, je prends bien mon temps afin de ne pas me griller. Une fois la forêt quittée, le sentier devient abordable et on monte sans trop de difficulté dans un premier temps, mais au fil des kilomètres le pourcentage s’accentue à travers les derniers lacets rocailleux. Voilà, j’arrive au col de Sencours sous un vent violent … et ma famille est au RDV. Un petit ravitaillement bien mérité, et j’attaque le pic du midi avec Ludo qui m’accompagnera un cours instant …. Je croiserai une partie de la tête de la course qui en découd avec ce pic et quelques lamas peu farouches.

    Les premiers km sont aisés, mais suivis d’un sentier caillouteux en zig-zag avec parfois le vent dans le dos et parfois le vent de face. De nombreux randonneurs empruntent ce sentier.

    Voilà j’atteins le pic. Le panorama offert est simplement magistral, cela en valait vraiment la peine. Un passage au poste de contrôle, et il n’y a plus qu’à redescendre en sens inverse, ce qui me permettra de croiser Patrick à fière allure et un peu plus bas Frédéric à Sencours. Il m’annonce qu’il a chuté lourdement, mais tiens le coup …

    Je re-profite du ravitaillement, et Ludo m’accompagne quelques centaines de mètres …. À tout à l’heure à Villelongue .

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 6 [50,6 km / 3901 D+] : Col de Sencours (2378 m) – Lac Vert (2051 m) [7,4 km / 263m D+ / 590m D-]

    p06.jpg

    La descente vers le Lac Vert se fera non sans mal … car deux cols sont à franchir … le premier, celui du col de la Bonida, le second celui du col d’Aoube avec une remontée raide sur quelques lacets uniquement. J’entends l’exaspération de quelques trailers, qui prennent leur mal en patience. Une fois au sommet, une descente tranquille sans trop de difficulté nous amène sur le lac vert.

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 7 [57,8 km / 4394 D+] : Lac Vert (2051 m) – Hourquette d’Ouscouaou (1872 m) [7,2 km / 493m D+ / 672m D-]

    p07.jpg

    Nous arrivons de suite sur le magnifique lac bleu, le décor posé est féérique, nous le contournons et traversons quelques cascades et sources de quoi se rafraîchir où de remplir les poches d’eau pour quelques-uns, car avec la chaleur du moment les réservoirs se vident rapidement. Une fois contourné, on accède au col de Bareilles : mais que c’est raide ! Je me sens très fatigué sur cette ascension en ligne droite. Je procède avec des petites pauses régulières, quitte à me faire dépasser par quelques trailers … ce col est vraiment éprouvant et je suis tout heureux d’atteindre le sommet. Mais cette joie sera de courte durée, car la descente qui suit est très raide avec des lacets piégeux … 500 mètres plus bas nous nous trouvons sur le vallon d’Ourrec, avec un paysage à couper le souffle, entouré de troupeaux sauvages et de chevaux pas très commodes, galopant à nos côtés.

    Une dernière grimpette permet d’atteindre le sommet d’Oucouaou … cela fait un petit temps que je n’ai plus d’eau … et je n’ai pas osé boire l’eau des cascades, un petit ravitaillement en eau aurait bien été utile. Au sommet, des randonneurs sont présents pour nous encourager, et ils me dépanneront avec une gorgée d’eau ce qui me permettra de tenir jusqu’au prochain ravitaillement. Je les remercie …

     

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 8 [66,6 km / 4394 D+] : Hourquette d’Ouscouaou (1872 m) – Point 1063 Hautacam (1063 m) [9 km / 0m D+ / 809m D-]

    p08.jpg

    Le brouillard fait son appariation, et l’air se rafraichît, je dois rester vigilant afin de ne pas perdre la trace des balisages, on slalome sur les crêtes d’Hautacam, on arrive sur des pentes herbeuses et on longe le téléski d’Isaby. J’entends quelques cris joyeux d’enfants pratiquant la luge, je sais le ravitaillement proche. Ouf … je vais pouvoir faire mon plein d’eau et profiter d’une bonne soupe aux asperges. Je ne m’attarderai pas trop longtemps et je poursuis ma descente sans trop de difficulté avec des parties goudronnées qui chauffent la plante des pieds …

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 9 [82,1 km / 5727 D+] : Point 1063 Hautacam (1063 m) – Turon de Bene (1549 m) [15,5 km / 1133m D+ / 647m D-]

    p09.jpg

    Nous poursuivons notre descente sur une partie sans trop de difficulté, pour atteindre une zone boisée où le sentier devient de plus en plus étroit et de plus en plus raide et chaotique : il faut rester vigilant afin de ne pas laisser trainer ses pieds sous des racines. Après cette longue et interminable descente nous entrons dans le village de Villelongue, où un gros ravitaillement est prévu. Un nombreux public y est présent et nous réconforte. Je vois ma petite famille qui m’attend sagement. Ils ont loué un gîte sur place et passeront la nuit à Villelongue. Ils m’accompagnent pour les derniers mètres.

    J’entre dans la salle, je suis un peu exténué, le moral un peu atteint, mais mes enfants me reboostent. Je n’arrive toutefois pas à m’alimenter, cela ne passe pas … hmmm  je suis un peu dépité que faire ….

    Je me change chaudement et m’apprête à passer la nuit . N’ayant rien avalé c’est avec une certaine appréhension que je repars. Nathalie me sentant un peu faiblard me propose de me rejoindre au ravitaillement de Cauterets (30 km plus loin), soit au beau milieu de la nuit. 

    Aller c’est reparti, on traverse le village et nous attaquons avec un sentier très raide, pour rejoindre une route et le village de Soulom sous le regard éberlué des automobilistes.

    Nous quittons le village et entamons les premiers lacets via une piste cyclable pour ensuite attaquer via la forêt alternant des passages en légère montée et des portions plus raides, pour atteindre à 1549 m la cabane du Turon de Bene.

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 10 [90,7 km / 6365 D+] : Turon de Bene (1549 m) – Col de Contente (2131 m) [8,6 km / 838m D+ / 256m D-]

    p10.jpg

    Il fait nuit et j’aperçois de temps à autres des loupiotes dans le ciel … je ne suis pas encore arrivé au sommet … après avoir traversé un chemin herbeux à bord de vallée, j’aperçois le ravitaillement. Je ne suis pas très frais cela fait plus de 4 heures que je n’ai plus mangé et me sens un peu faible. Au ravitaillement, j’ai toujours du mal à avaler quoi que ce soit …. On me propose de me reposer un instant sur une couchette. Je ferai ainsi une petite pause de 20 minutes. Je me sens un peu mieux mais toujours pas moyen de m’alimenter … bon je sers les dents et je repars, on verra au prochain ravitaillement où Nathalie devrait m’attendre. J’ai un peu froid  mais me réchaufferai rapidement avec la suite du col, où les pentes deviennent de plus en plus abruptes surtout sur la fin, c’est pénible …. Enfin le col de Contente est atteint avec ses 2334 mètres d’altitude.

    >> Section 11 [99,8 km / 6365 D+] : Col de Contente (2131 m) – Cauterets (925 m) [9,1 km / 0m D+ / 1206m D-]

    p11.jpg

    Nous voilà partis en pleine nuit sur longue descente monstrueuse de plus de 9 km … ca va grincer des cuisses …

    Avec une première partie de descente en lacet piégé dans un premier temps de pierres, et dans un second temps de mines de bouses de vaches …. Cette portion est interminable. On quitte le vallon par un bois, et on voit enfin au loin la ville de Cauterets, on atteint enfin l'entrée du village et on se dirige vers le centre pour le ravitaillement après 20h30 de course.

    Je ne suis pas très bien je n’ai plus rien avalé depuis plus de 8 heures …. Je rejoins Nathalie, je m’asseois, on fait causette… j’attends patiemment que mon corps accepte d’avaler quelque chose … et après 1 heure d’attente sur ma chaise, miracle j’arrive à avaler une soupe, puis deux, un peu de jambon … je me sens reboosté et repars pour les 60 derniers kilomètres.

     

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées


    >> Section 12 [114,7 km / 7385 D+] : Cauterets (925 m) – Sazos (836) [14,9 km / 1020m D+ / 1109m D-]

    p12.jpg

    On débute l’ascension via un sentier vtt au pourcentage abordable, je me sens bien et déroule les jambes à cadence régulière. On quitte ensuite le sentier pour une piste forestière avec des pentes plus élevées, une fois sortis du bois, on se retrouve au pied du col de Riou d'où l’on voit aisément les trailers au sommet de celui-ci via leur lampes frontales … c’est impressionnant et il reste encore du chemin … mais je ne bronche pas et suis mon bon petit rythme. Les lacets sont abordables mais bien longs. Je franchis le col et entame la descente via un sentier d’alpage en bon état me permettant de dérouler les jambes et j'arrive rapidement à la station de Luz Ardiden à Aulian où un ravitaillement nous attend. La station est étrangement vide, un seul trailer est assis sur une table, et les bénévoles sont bien là et très sympas, mais un peu groggy. Il est presque 7 heures du matin, je fais le plein avec une souplette, un petit biscuit au chocolat et un peu de jambon.

    Je repars et suis accueilli par le levé du soleil. Je continue ma descente via un ravin raide et encore humide par la rosée du matin qui rend glissante cette portion. Je retrouve une portion semblable aux chemins belges, je me sens à l’aise et me lâche jusqu’au village de Sazos

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 13 [122,5 km / 7726 D+] : Sazos (836 m) – Viey (975 m)[7,8 km / 341m D+ / 202m D-]

    p13.jpg

    On descend encore 200 mètres de dénivelé pour atteindre Saligos, à partir de ce moment, on retrouve des routes goudronnées que je partagerai avec un trailer français, on traverse tout le village pour arriver enfin à la salle des fêtes d’Esquièze-Sère pour un gros ravitaillement après moins de 26 heures de course. Je téléphone à Nathalie pour la prévenir de mon arrivée et elle est encore sur la route et ne tardera pas à arriver.

    Je m’installe confortablement et déguste une soupe avec des pâtes du fromage râpé, cela me parrait bon, et c’est un bon signe pour la suite de l’aventure. Je vois Ludo et Amandine avec le sourire et heureux de me voir plus en forme que la veille. Je partage ma nuit avec ma famille, et leur donne RDV au Tournaboup, allez plus qu’un marathon nature à me farcir ….

    On quitte Esquièze-Sère et traverse la route qu’emprunte le tour de France pour le Col du Tourmalet et je rejoins le village de Viey sans trop de soucis.

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 14 [131,2 km / 8231 D+] : Viey (975 m) – Tournaboup (1436 m)[8,7 km / 505m D+ / 44m D-]

    p14.jpg

    Cela démarre sec et nous arrivons rapidement à Sers, je trouve une petite fontaine sur le passage où l’eau y est excellente. Je suis en compagnie d’un trailer marseillais. Nous allons faire une gros bout du chemin ensemble. Il a déjà participé au GRP il y a deux ans, et me décrit ce qui nous attend …

    On domine le village de Barèges sur la droite et j'aperçois la route du Tourmalet. Les derniers mètres se feront sur cette route pour une arrivée sur le parking de Tournaboup à 1450 m d’altitude.

    Ma famille est bien là, j’entre dans la tente, et me fais applaudir par les bénévoles, vraiment très sympa ! Je refais mon plein pendant que le deuxième du 80 km passe le point de contrôle, Dawa Sherpa aura passé 15 minutes avant et je l’aurai raté de peu …

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 15 [139,3 km / 9264 D+] : Tournaboup (1436 m) – Col de Barèges (2469 m) [8,1 km / 1033m D+ / 0m D-]

    p15.jpg

    Je reprends la route direction le col du Barèges, où de nombreux randonneurs partagent ces sentiers. Le marseillais me prévient, c’est une partie facile au début, une mer de cailloux et de roches au milieu et un mur à la fin …

    Et effectivement après une bonne mise en jambes le parcours devient chaotique et improbable, la progression y est rendue difficile. On atteint lentement la cabane d’Aygues-Cluses, où quelques randonneurs et des bouteilles d’eau nous attendent. J'aperçois un mur sur ma droite, je lève la tête : la pente terminale du col est en ligne droite, pas besoin de lacet … ouf ti ! Je vais affronter doucement mais surement le passage du col, on passe un point de contrôle à côté d’une tente, c’est surréaliste.

     

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 16 [144,3 km / 9264 D+] : Col de Barèges (2469 m) – Lac de l’Oule (1818 m) [5 km / 0m D+ / 651m D-]

    p16.jpg

    Le marseillais m'avait dit qu'on allait descendre jusqu’au lac, et j’en vois un en bas de la vallée. Cette descente est assez technique mais gérable, alors je me laisse aller … j’atteins ce lac, puis me rend compte que l’on continue à descendre et j'aperçois un deuxième lac plus bas alors re-belote je repars de plus belle. Arrivé sur celui-ci, cela continue à descendre et on entre dans une pinède. Pas moyen de visualiser quoi que ce soit. Le sentier serpente entre les sapins, entre les roches et les racines. Cette descente est vraiment éprouvante, je me prends les pieds sur de nombreuses roches. Je ralentis la cadence, car cela exige beaucoup d’énergie nerveusement et je veux garder mon potentiel pour la dernière descente. Je me fais dépasser régulièrement par les premiers trailers du 80 km qui ne se posent pas trop de questions et déroulent sur cette partie extrêmement technique. Je prends mon mal en patience et progresse lentement jusqu’à atteindre (enfin) le lac de l’Oule …

     

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées


    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 17 [153,4 km / 9661 D+] : Lac de l’Oule (1818 m) – Espiaube (1589 m)[9,1 km / 394m D+ / 626m D-]

    p17.jpg

    L’ascension vers le col du Portet se fait aisément en deux parties. Une première longeant le lac de l’Oule que l’on aperçoit sur notre droite, le petit sentier est à flanc sans difficulté, et on rejoint assez rapidement le restaurant Merlans pour le dernier ravitaillement. Je m’y arrête et profite pour faire une dernière fois le plein, et discute gaiement avec les bénévoles et supporters … l’ambiance y est détendue, ça sent bon …. Après un petit quart d’heure je repars pour la dernière ligne droite et ses 13 derniers km, avec un premier raidillon pour atteindre le col du Portet, que je ferai à mon aise en compagnie d’une accompagnatrice. Voilà il n’y a plus qu’à descendre …. On descend via des pistes de ski. Je suis au taquet , je passe à la vitesse supérieure et dévale rapidement ces kilomètres, sur cette piste sans trop de difficulté. J’aurai droit à un coup de fil de Jean-Louis, notre moniteur, pendant la descente pour me féliciter …. Et canaillou ! je n’ai pas encore franchis la ligne …. Le temps est changeant, et une brume humide s’installe, on débarque à Espiaube

     

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    >> Section 18 [160,7 km / 9661 D+] : Espiaube (1589 m) Vielle-Aure (791 m) [7,3 km / 0m D+ / 798m D-]

    p18.jpg

    On retrouve une piste forestière, légèrement glissante avec la brume qui s'est installée. Je me ferai dépasser par la première dame du 80 km qui est à fond … on retrouve les chemins empruntés lors du départ, que je parcours sans difficulté et à toute vitesse. Voilà déjà le village, on retrouve le goudron et le plat. Je déroule, vois à moins d’un kilomètre l’église de Vielle-Aure. Une haie de supporters nous attend et nous acclame. Ma famille et Patrick m’attendent à l’entrée du village, je ferai les derniers mètres avec Ludo et Amandine, ça y est ! Je franchis cette ligne d’arrivée en moins de 35 heures…. Et je ne réalise pas encore ce qui m’est arrivé. Tout est un peu confus dans ma tête …. Je reçois les félicitions de Nathalie, Ludo, Amandine et Patrick.

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    Je prends des nouvelles de mes deux acolytes : Patrick a abandonné à Villelongue suite à des problèmes digestifs et Frédéric est toujours en course (entre Serre et Tournaboup). Je me relâche enfin et reçois mon t-shirt de finisher. Je peux enfin aller déguster avec mes compagnons une bonne bière qui me paraîtra excellente.  

    Nous retrouvons sagement notre gîte, et nous partagerons un repas graisseux tous ensemble, et nous attendons des nouvelles de Frédéric qui devrait arriver entre minuit et 2 heures du matin.

    On apprendra, qu’il aura été meurtri aux pieds, plus moyen de les poser à terre, et il s’arrêtera au restaurant Merlans après avoir atteint héroïquement celui-ci …seulement à 13 km de l’arrivée.

    Ce n’est que partie remise.

    Le lendemain, je ferai en famille et avec Patrick une randonnée de 2 heures de décrassage et on se retrouvera pour débriefer de la course dans un charmant restaurant à Saint-Lary Soulan.

     

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

    On comparera ce parcours à celui de l’UTMB. Et ce GRP n’a rien à envier en terme de beauté et difficulté. Il n’y a pas photos, ce GRP nous paraîtra plus exigeant au vu des montées et descentes plus longues et de la nature du terrain plus caillouteuse.

    A noter qu'il y a eu plus de 54% d'abandons !!! ce qui est énorme. Sans doute du à la chaleur, la natur du terrain et le décalage du départ.

    Lors de ce périple, j’ai reçu d'innombrable messages d’encouragement sur mon GSM. Que je lisais régulièrement dans les moments plus délicats. Merci à tous ceux qui m'ont envoyé ces messages qui m’ont permis de tenir le coup et de me rebooster.  

    Merci donc à Jean-louis et Véronique qui n'ont pas décollé de leur PC pendant les 35 heures de mon périple … Merci à Samuel qui va vivre un moment similaire avec la TDS, à mes amis du club : Romain alias le Poulain qui nous suivait à distance de Newcastle, Dominique, Stéphane, John, Michel, Christopher, Didier et j’en oublie certainement d’autres …

    Et puis un tout grand merci à Amandine, Ludo et Nathalie, qui ont eu la patience de me suivre, de supporter mes sautes d’humeur et m’ont permis de temporisé lors des moments difficiles.

    Et merci bien sûr aux organisateurs et aux 250 bénévoles qui nous concocté une aventure inoubliable, un balisage parfait, qui avaient toujours le sourire aux points de ravitaillement et qui ont toujours été très attentionnés pour les trailers.

    Voilà une aventure qui se termine : je suis très satisfait de ma gestion de course, je pense avoir fait une très bonne préparation. Physiquement, mis à part deux ongles cassés (ils vont bientôt tombés), pas de bobos à déplorer. Je me sens relativement frais et pas fatigué.

    Galerie Photo/vidéo :

    >> Reportage Vidéo MVPRO


    >> vidéo posté par ticabri63


    >> diaporama proposé par Arnaud Begay.

    >> vidéo posté par venus491

    >> arrivée de Yamamoto

    >> le GRP vu de l'intéririeur par ded31 (partie 1)

    >> le GRP vu de l'intéririeur par ded31 (partie 2) 

    >> vidéo vue de l'intérieur par stefcad29

    >> vidéo vue de l'intérieur par coursforest38

    >> Vidéo offerte par pedibusgrp

    >> le GRP160 2012 par ticabri63



    >> Galerie Photo 1

    >> Galerie Photo2 (Pedibuspyrénées)

    >> Affiche GRP 2013 :

    trail,pyrénées,grp,grand raid pyrénées

  • Trail du Val d'Heure - 05/08/2012 [20- 35 - 55 km]

    tvh_home.png

    Départ et arrivée dans le cadre du Château communal d'Ham-sur-Heure. Parcours vallonné en deux boucles sur sentiers boisés et chemins campagnards.

    3 distances vous seront proposées :

    >> 35 kms – 1020 D+

    >> 20 kms - 460 D+

    >> 55 kms – 1480 D+

    Parcours du 20 km :

    tvh20.png

    Parcours du 35 km :

    tvh_carte_den.png

    Dénivelé du 20 km :

    trail, val d'heure, ham-sur-heure

    Dénivelé du 35 km :

    tvh_alt.png

    tvh_pente.png

    Allure :

    tvh_vit.png

    tvh_vit_int.png

    Classement :

    >> Classement 20 km

    >> Classement 36 km

    >> Classement 56 km

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    35 3:12:44 11,2 05:21 2  125  2

     

    Commentaire :

    Dernière ligne droite avant le Grand Raid des Pyrénées et ses 160 km et 10.000 mètres de dénivelé … et dernier gros entrainement avec ce trail du Val d’Heure. Il était temps car je suis sur ma semaine d’affutage et j’ai accumulé de grosses charges d’entrainement sur ces 3 dernières semaines et mes jambes me réclament du repos.

    Me voici donc au départ pour ma 5ème participation chez notre club voisin d’Ham-sur-Heure. Un trail que je commence à connaitre sur le bout des doigts. Fréderic et Patrick qui participent également au GRP seront présents, afin de finaliser leur préparation. On y retrouvera également de nombreux membres de notre Club CPMV (les deux Luc, Thomas, Christopher, etc ..)

    Le départ conjoint des 36 et 55 est donné à 9h00 précises. Après avoir quitté le château d’Ham-sur-Heure, nous nous dirigeons vers Beignée avec une première petite difficulté, pour rejoindre l’Eau d’Heure et la redoutable côte du Claquedent. On rejoint ensuite les hauteurs de Beignée via l’Amérique et on se dirige doucement vers la côte du Flaya à Jamioulx, bien connue par les traileurs et vététistes de la région.

    On rejoint Marcinelle pour affronter le premier terril au pourcentage sévère et sa descente vertigineuse, mais pour le moment tout va bien et j’accompagne depuis un petit temps le « Yeti » : son allure actuelle me convient parfaitement. Direction le Cazier où ma petite famille m’attend en haut de l’observatoire sur le sommet du terril. J’ai eu « la chance » de gravir cette côte au moins 20 fois ce dernier mois  … Cette montée sera donc une petite formalité, un petit coucou à la famille pour rejoindre le bois du Prince et le centre de délassement, avec le ravitaillement au 17ème km et je suis tout heureux de voir qu’il y a du cola …. Me voilà reparti, pour une visite du bois du Prince que nous quittons vers le 23ème km, pour une balade à Jamioulx, avec une visite de la prison et ensuite des petits sentiers boisés assez vallonnés.

    On retrouve Nalinnes Haies avec une longue ligne droite interminable. Fort heureusement, on quitte ce sentier pour un vallon comme je les aime, une petite grimpette, pour retrouver l’Eau d’Heure que nous longeons, et le Claquedent, que l’on va devoir se refarcir dans le sens inverse cette fois-ci. Voilà chose faite.

    Cela faisait un petit temps que j’étais esseulé, mais je vois devant moi le deuxième de la course et le rejoins sur la dernière difficulté, la côte du Pont Jérôme. Sur les hauteurs une belle descente roulante nous amène rapidement vers le château, je me laisse aller, et passe sous l’arche tout heureux et surpris de ma deuxième place, juste derrière l'indétronable et multirécidiviste Fabrice Pasque.

    Voilà encore une superbe édition et avec le soleil ! On se retrouvera tous quelques minutes plus tard affalés sur le parc et tous heureux de nos résultats respectifs, car pas facile de digérer ce trail et ses 17 côtes répertoriées.

    >> Vidéo : Départ du 36 et 55 km

    DSC_0722.JPG

    DSCN0663.JPG

    DSCN0664.JPG

    DSCN0666.JPG

    DSCN0670.JPG

    DSCN0673.JPG

    DSCN0676.JPG

    DSCN0679.JPG

    DSCN0681.JPG

    DSCN0690.JPG

    DSCN0697.JPG

    DSCN0708.JPG

    Galerie Photo :

    >> Galerie 1 (J. Papy)

    >> Galerie 2 (Frederic D.)

    >> Galerie 3  (Luc V.) 

    >> Galerie 4  (Michel L.) 

     

    Article de presse :

    vajpg.3.jpg

    Deux Bourquis et un Couilletois

    HAM-SUR-HEURE - Les grands spécialistes que sont Luc Van de Velde, Fabrice Pasque et Patrice Mathot ont à nouveau gagné le trail du Val d’Heure.

    Avec ses quelque 330 participants, le trail du Val d’Heure maintient le bon cap. Au fil des ans, l’épreuve du J.-C. Ham-sur-Heure a gardé toute son aura auprès des spécialistes de la discipline. C’est la plus petite des trois distances proposées, le 20 km, qui a recueilli le plus grand nombre d’inscriptions. Patrice Mathot, le premier arrivé, en a d’autant plus de mérites. Il est un grand spécialiste de la discipline puisqu’il s’était déjà imposé dans le trail de son club sur la longue distance en 2006 (ex-æquo avec Luc Van de Velde) et 2 007. Revenu de blessure, il avait préféré opter pour la prudence et donc le plus petit des circuits.

    Sur la distance intermédiaire (36 km) c’est un autre ancien vainqueur, Fabrice Pasque, qui s’est imposé. «J’ai couru en tête du début à la fin, raconte le Couilletois. J’avais de bonnes sensations. Je ne me suis pas livré à fond car j’ai de suite creusé l’écart sur les autres participants. Et puis j’ai d’autres grosses échéances à venir et notamment les prochains championnats de Belgique de trail. Je ne voulais donc pas me griller.» Il y a une semaine, Fabrice avait terminé 5e du championnat national par équipe avec Jérôme Van Reusel. «Je m’étais déjà imposé l’an dernier ici même mais mon chrono avait été meilleur, 2h47 pour 2h54 ce dimanche. Toutefois le parcours était plus gras et légèrement différent cette fois-ci.»

    Deuxième, Christophe Traina en était à sa 5e participation à l’épreuve. Il s’est défoncé dans la dernière côte, celle du Pont Jérôme, pour dépasser Frédéric Renard. «Je me suis laissé aller sur la fin et lorsque je suis passé sous l’arche d’arrivée j’ai été tout heureux et surpris d’être classé 2e derrière Fabrice.»

    Sur la longue distance, c’est l’endurant Luc Van de Velde qui l’a une nouvelle fois emporté. Le Bourquis a pris la bonne habitude de s’imposer tous les deux ans puisqu’il avait déjà gagné cette longue distance en 2006, 2 008 et 2 010! «C’est le seul trail auquel j’essaie de prendre part chaque année quand j’ai le temps. En tant qu’habitant d’Ham-sur-Heure, cette épreuve me tient à cœur. Le reste de l’année, je cours des joggings de 10 ou 12 km à la carte. Le dernier trail que j’avais fait, c’était justement ce Val d’Heure en 2010.»

    Avec des Français et Néerlandais

    À noter que le deuxième coureur à avoir franchi l’arrivée a été déclassé à sa demande : Wouter Hamelinck a déclaré s’être trompé de circuit et avoir coupé au court et estimait de ce fait ne pas mériter d’être deuxième. Fair-play…

    De nombreux spécialistes français et néerlandais avaient fait le déplacement jusqu’au château communal. En effet, l’épreuve, qui s’est déroulée sous un beau soleil, délivrait des points nécessaires pour se qualifier pour d’autres trails plus prestigieux encore, comme celui du Mont-Blanc. Signalons que certains coureurs auront regretté l’absence de ravitaillement sur le parcours du 20 km. C’est le seul petit point négatif. Au sinon, les circuits, magnifiques, ont fait l’unanimité.

    pm.jpg

    Patrice Mathot a signé un retour remarqué dans un trail qui lui tient à cœur et qu’il avait déjà remporté à deux reprises

    Geoffroy Bruyr