• Jogging de la Reine (Houyet) - 23/09/2012 - [5 - 15 km]

    jogging,reine,houyet

    Parcours 5,5 km :

    ho_05.png

    ho_05_den.png

    Parcours 15,5 km :

    ho_15.png

    ho_15_den.png

    Classement :

    >>  Classement 5 km

    >>  Classement 15 km 

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    5,5  00:23:08  14,28  00:04:12  17  98  16

     

    Commentaire :

    Après mon trail de la veille, et ma petite participation à la Walcourse, J'accompganerai Mon fils Ludo au jogging de la Reine sur la petite distance, mes jambes sont lourdes et celles de Ludo, du haut de ses 9 ans, sont légères ... c'est qu'il est en forme. Je pensais me dégourir les jambes et il en sera rien ... il atteindra les 14 km/h . Bravo!

    Nathalie quand à elle défiera les 15,5 km, relativement boisé et valonné.

    jogging,reine,houyet

    jogging,reine,houyet

    jogging,reine,houyet

    Galerie Photos :

    Galerie Photo 1 (Laetitia T)

    Article de Presse :

    jogging,reine,houyetFaveaux : cinquième victoire en 28 ans !

    HOUYET - Vainqueur de la première édition, il y a 28 ans, Thierry Faveaux a inscrit son nom pour la 5e fois au palmarès de la course de la Reine.

    jogging,reine,houyet

    Belle longévité sportive que celle de Thierry Faveaux (49 ans), qui a remporté une 5e fois le jogging de la Reine, organisé par le club de Houyet, sur un parcours légèrement modifié mais toujours bien accidenté et qui, dimanche matin, a rassemblé plus de 300 participants en comptant les enfants.

    Et, à l’image du vainqueur incontesté, qui s’est détaché après les premiers kilomètres emmenés par un autre vétéran (et ancien vainqueur de nombreuses épreuves dans le passé), Jean Lamour, coéquipier de club (Arch), le Cinacien a profité des sections moins «montagneuses» pour creuser un écart suffisant. Il n’a concédé que peu de terrain dans les grimpées et termina avec plus d’une minute d’avance. Lamour, en lutte pour le classement final du challenge Vals et Châteaux avec le Thudinien Rivez, a été rejoint sur la fin de parcours par un autre vétéran namurois, Perpète. Lequel est revenu très fort, mais est resté en sa compagnie jusqu’au bout.

    Très belle performance aussi de Magnée et de Tassiaux, ce dernier s’étant imposé la veille sur les 5 km d’Erpent. D’autres avaient également disputé une épreuve la veille, notamment au «Delhalle» de Jurbise. Comme Michel Degeimbre, qui a gagné la courte distance devant plusieurs jeunes (9 dans les 14 premiers), dont son fils Martin (12 ans), beau 9.

    Chez les dames, l’aînée Nathalie Deletrain a devancé une autre Nathalie, la Belgradoise Yang-Sanz, déjà 2e la veille à Erpent, tandis que Christine Rabeux, 3e , était première aînée 2.

    À noter que le RC Namur s’était déplacé en car et alignait près de quarante de ses membres.

  • La course du Terroir Walcourse (Walcourt) - 22/09/2012 - [5 - 10km]

    walcourt,walcourse

    Parcours 5 km :

    walcourse2012_05km.png

    walcourse2012_05km_den.png

    Parcours 10 km :

    walcourse2012_10km.png

    walcourse2012_10km_den.png

    Classement :

    >>  Classement 5,3 km

    >>  Classement 9,8 km 

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    9,8  00:54:56  10,70  00:05:56  91  129  69

     

    Commentaire :

    De retour du trail des Gaulois, couru le matin même, nous avions promis, avec Alain, de participer à la Walcourse organisé par nos amis. 

    La course a été endeuillé par un joggeur (Denis Lemaire, 50 ans et affilié au club de l’AC Frontière) ayant succombé à un malaise en plein jogging.

    Toutes mes condoléances à toute la famille de ce joggeur

    Article de Presse :

     walcourt,walcourse  Le challenge Guérit sous le choc

    WALCOURT - Les victoires de Marrionà la Wal’Course et de Delahaye dans le challenge Guérit ont été assombries par le décès d’un coureur, Denis Lemaire

    Stupeur à Walcourt : le coureur français Denis Lemaire est décédé samedi après-midi des suites d’un malaise cardiaque alors qu’il participait à la Wal’Course. Au 5e km, l’athlète de l’AC Frontières, âgé de seulement 50 ans, a traversé la route avant de s’effondrer sur le muret d’une habitation. Des joggeurs se sont alors immédiatement portés à son secours pendant que le propriétaire de la maison alertait les secours. Une joggeuse ayant des notions de premiers soins lui a pratiqué un massage cardiaque en attendant l’arrivée du SAMU mais malheureusement rien n’y a fait. C’était évidemment la consternation en fin d’après-midi lorsque la nouvelle s’est répandue sur le site d’arrivée. C’est le premier accident mortel de ce genre au challenge Guérit.

    Évidemment, avec un tel drame, l’aspect sportif est relégué au second plan. À son arrivée, Geoffrey Marrion, le vainqueur, n’était pas plus au courant que nous du drame qui venait de se produire. Le pistier du CABW disputait sa première compétition depuis la mi-juillet. «J’ai en effet été freiné par une sérieuse blessure au tendon d’Achille qui m’a forcée à mettre un terme prématurément à ma saison de piste, raconta-t-il. Cette course, je l’ai faite en entraînement, pour reprendre en douceur. Comme j’habite tout près, à Laneffe, je connaissais bien le parcours. J’ai été très prudent pour ne pas me reblesser. J’ai effectué beaucoup de changements de rythme et ai accéléré à trois kilomètres de l’arrivée.»

    À son programme automnal figurera des cross courts (il espère remonter sur le podium de la Cross Cup des cross courts) mais aussi, peut-être, des duathlons.

    En terminant deuxième, Aurélien Delahaye s’est assuré la victoire finale dans le challenge. «Geoffrey étant dix crans au-dessus de tout le monde, je voulais juste maintenir Guillaume Hautier à distance. C’est fait et je suis bien heureux, voire soulagé, d’avoir gagné le challenge. Il ne me reste plus qu’à participer au marathon-relais et ce sera dans la poche.»

    Hautier félicite Delahaye

    Guillaume était le premier à féliciter son jeune rival. «Il le mérite totalement car il est plus fort que moi. Ce doit être la 4e ou 5e fois que je termine vice-champion au Guérit… Je suis un peu le Poulidor de la course à pied!» Une étiquette qu’il a récemment décollée grâce à sa victoire dans le Mémorial Delobbe, le premier challenge qu’il a pu remporter.

    Cinquième derrière son équipier Simon Rifflart, Fabrice Pasque n’était pas au top. «Plutôt que de faire un entraînement axé sur la vitesse je suis venu ici en courant à 80 % de mes possibilités. Je n’ai nullement forcé car je prépare le championnat de Belgique de trail du 29 septembre.»

    Les autres coureurs sont ensuite arrivés au compte-gouttes. et très vite l’annonce du décès de Denis Lemaire s’est propagée et a totalement assombri la fin de l’après-midi.

    Geoffroy BRUYR

  • Trail des Gaulois (Evrehailles) - 22/09/2012 - [21 - 45km]

     trail,gaulois,evrehailles

    Parcours 20 km :

    trail,gaulois,evrehailles

    trail,gaulois,evrehailles

    Classement :

    >>  Classement 20 km

    >>  Classement 45 km (Bientôt)

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    20  1:33:04  12,89  04:39  3  18  16

     

    Commentaire :

    Après le trail « Hastrail » à Hastière dans la vallée de la Haute-Meuse, nous serons séduits, avec Alain, par le trail des Gaulois proposé du côté d’Yvoir à Evrehailles faisant partie du challenge Gauloise, où nous devrions crapahuter sur les versants de la Meuse et la vallée de la Molignée.

    Sur place, on trouve Sébastien L. qui s’engagera sur la longue distance. On tournera un bon moment dans le village afin de trouver le lieu du départ. Sur place on sera surpris par le faible nombre de participants. Seulement 4 trailers sur la longue distance de 45 km, et 18 sur la petite distance de 21 km. Peut-être avec un site internet et un peu de communication il y aurait plus de monde …. On prendra cela avec le sourire, et cela ne découragent pas les trailers et les organisateurs. L’ambiance est même très agréable et détendue ….

    Après la haie d’honneur pour les 4 aventuriers du long, on se place sur la ligne de départ. On quitte le village d’Evrehailles , pour attaquer une descente périlleuse dans les bois aux abords de la carrière d’Yvoir. On rejoint la Gayolle, et attaquons notre première côte sans difficulté majeure, où j’accompagne un français qui prépare un marathon et partageons nos expériences respectives. Après avoir traversé une ferme on redescend au village de Godinne, avec la bifurcation de la courte et longue distance. On traverse le village, passe sous un tunnel et trouvons la Meuse que nous allons longer jusqu’au pont de Rouillon. 

    Nous avons l’occasion d’admirer la Meuse mise au chômage, (opération qui a lieu tout les 3 ans) où celle-ci est ramenée à son cours d’eau naturel. On traverse le pont et allons continuer à longer sur le halage jusqu’à l'écluse de Hun, où un ravitaillement nous attend.

    Nous quittons la Meuse pour atteindre, dans les hauteurs, la campagne  et après une descente boisée, retrouve le Ravel que nous devrons emprunter sur plus de 3 km. J’hésiterai un moment sur le tracé car l’organisateur nous avait précisé que l’on devait rester sur celui-ci  jusqu’à un pont et je trouve des rubalises suspectes sur ma droite et une autre sorte de balisage sur le ravel. J’attendrai le trailer français afin de prendre la meilleure décision, On poursuit tout droit, et on quittera ensuite le ravel par les bois, on n’est pas trop sûr de notre coup, mais le ravel est à portée de main. 

    On traverse le village d’Anhée et on est rassuré lorsque l’on voit le fameux pont de chemin de fer qui traverse la Meuse. On arrive déjà sur la dernière difficulté, avec une montée assez longue et pentue dans les bois de Houx. Une fois le bois quitté, un faux plat montant nous amène au village d’Evrehailles que nous traversons pour retrouver l’arrivée dans la salle. Je constate que seul deux trailers sont arrivés, et donc le premier a du sans doute se perdre …

    J’attendrai quelques minutes Alain, une petite collation (Dagobert bien garni) sympa nous est offerte. Les participants arriveront au compte goutte avec le sourire, même s’ils auront fait quelques extras par rapport au parcours initial.

    Voilà donc un trail sympa qui mérite un peu plus de participant, et une suggestion pour l’organisateur, un petit site internet et ajouter un peu plus de dénivelé et parcours technique pour remplacer le ravel et le halage.

    Article de presse :

    trail,gaulois,evrehailles Brossard et les jeunes Petat et Clément

    EVREHAILLES - Huit jours après une organisation semblable du challenge Gauloise à Heer, qui avait connu son succès (120 concurrents), les trails d’Evrehailles n’ont pas répondu à l’attente. Très peu d’amateurs, en effet, pour parcourir ces longues distances (21 et 48 km) par monts et par vaux, sur les versants montagneux, voire accidentés, de la Meuse.

    trail,gaulois,evrehailles

    Plusieurs erreurs de parcours ont par ailleurs faussé les résultats. Difficile de savoir pourquoi : inattention des concurrents ou déficience du fléchage?

    Ainsi, si la victoire d’Éric Brossard, un bon spécialiste, sur les 48 km, ne souffre aucune contestation, pour Sébastien Leduc, qui visait le premier accessit, ce fut la désillusion, tant il termina loin.

    Le phénomène se reproduisit sur le petit parcours, avec Fabrice Lonnoy, qui s’était résolument porté à l’attaque dès l’entame. Une erreur lui fit également perdre tout le bénéfice de ses efforts et ce sont deux jeunes qui s’offrirent ainsi les premières places : Tristan Petat et Bastien Clément, qui ont eu plus de chances en restant ensemble. Les sœurs Rahme, venues spécialement de Louvain, n’avaient pas d’adversaires féminines et, dans ces conditions, ont décidé d’emmener leurs chiens et de rester ensemble. Elles se sont fourvoyées plusieurs fois sur le tracé. Heureusement, le temps était beau. Elles ont donc pu profiter de la nature.

  • L'Hastrail (Hastière) - 15/09/2012 - [27 km / 52 km]

    ht_home.jpg

    Parcours 27 km :

    ht_27_b640.png

    ht_27_den2.png

    Parcours 52 km :

    ht_54b.png

    ht_52_den2.png

    Allure :

    ht_vit.png

    ht_vit_int.png

    Classement :

    >>  Classement 27 km

    >>  Classement 52 km 

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    27  2:17:24  11,80  05:05  4  79  5

     

    Commentaire :

    Nous nous rendons régulièrement dans la vallée de l’Hermeton, avec nos amis du club pour nous entraîner, et nous avons été agréablement surpris d’apprendre qu’un trail allait s’y organiser. Et c’est sans peine que je convaincs Véronique, Patrick et Frédéric de me rejoindre pour ce trail inédit. Et si on avait pu s’inscrire le jour même je pense que l’on aurait pris dans notre panier 2 à 3 trailers de plus …

    Nous voilà sur place, dans un coin de verdure à bord de Meuse, et nous nous rendons compte de la très bonne organisation réglée de main de maître par l’ASBL latitude 3. Nous assistons au départ des 50 km à 9h00, avec une trentaine de trailers, qui emprunterons une bonne partie du 27 km.

    9h30, c’est à notre tour. Vincent du club voisin de Walcourt est présent également, et s’entraîne petit à petit pour Les Templiers.

    Après le briefing, la clochette donne le départ. Nous longeons la Meuse sur plus de 3 km, la traversons via une écluse et entrons dans le village de Hermeton-sur-Meuse.  Jusqu’ici le parcours est extrêmement roulant et j’ai un peu de mal à suivre les hautes allures. Mais les choses sérieuses débutent au 4ème km avec la côte du bois de Bréjoul et après une petite descente, nous traversons un sentier forestier boueux, où il est difficile de progresser et rattrapons les derniers de 50 km. Nous retrouvons les hauteurs, traversons un champ, un petit coucou à l’organisateur nous encourageant, et nous retrouvons les bois avec une descente rocailleuse et glissante … attention à la chute. Il y a une petite séparation entre les 27 km et 52 km, mais nous allons retrouver le parcours commun au village de Gochenée après en avoir décousu avec une nouvelle côte.

    Après avoir traversé le village, aidés par de nombreux signaleurs, nous rejoignons un des plus beaux villages de Wallonie : Soulme , non sans mal, car une descente rapide et sa montée ….

    On arrive rapidement sur la vallée de l’Hermeton, où on va devoir longer le cours d’eau sur plus de 11 km. Pour nous aider, un ravitaillement avec des bénévoles très sympas a été prévu. Je m’y arrête un cours instant pour boire un petit cola et un morceau de banane et j’attaque de suite la vallée. Le parcours devient de plus en plus technique, un peu de boue, de rocailles, des roches, des souches, un single track, un peu d’escalade et de désescalade,  je suis ici dans mon élément et m’en donne à cœur joie, ce qui me permet de grignoter quelques petites places. 

    Nous retrouvons le village d’Hermeton et quittons la vallée pour le halage de la Meuse, et les 4 premiers km que l’on fera en sens inverse.

    Voilà je franchis gaiement et heureux la ligne d’arrivée après 2h17. Patrick, Véronique et Frédéric arrivent dans les minutes suivantes, et une deuxième place féminine pour Véro ….Bravo pour son premier trail officiel ! Va falloir lui trouver un nouveau Challenge.

    Nous profiterons ensemble d’un bon spaghetti prévu avec l’inscription et d’une bonne Orval.

    Merci aux organisateurs et bénévoles, et en tout cas chapeau pour une première.

    a01.jpg

    a02.jpg

    a05.jpg

    a06.jpg

    a07.jpg Photo @Hastrail

    trail 028.jpg

    DSC_4302.JPG

    DSC_4321.JPG

    DSC_4337.JPG

    DSC_4383 (1).JPG

    DSC_4396.JPG

    IMG_1397.JPG

    IMG_1410.JPG

    IMG_1418.JPG

    IMG_1439.JPG

    IMG_1440.JPG

    IMG_1445.JPG

    b01.jpg

    Galerie Photo :

    >> Galerie Photo 1 (latitude 3 asbl)

    >> Galerie Photo 2 (latitude 3 asbl)

    >> Galerie Photo 3 (Vincent S.)

    >> Galerie Photo 4 (Vincent S.)

    Articles de Presse :

    vajpg.3.jpg L’Hastrail : beau succès pour une première

    HEER - Stéphane Mouchet et David Fox inaugurent le palmarès d’une nouvelle épreuve disputée au départ d’Heer-sur-Meuse (Hastière).

    Le premier Hastrail a connu son petit succès, grâce d’abord au courage opiniâtre des promoteurs et en particulier de Vincent Scaillet et son épouse qui ont consacré des heures, voire des journées à chercher et à baliser deux parcours répondant aux attentes des fans de ce sport pédestre qu’est le trail. La collaboration d’une soixantaine de bénévoles dont de très jeunes de l’Entente agimontoise qui ont rempli leur tâche avec beaucoup d’application, a permis le succès de cette première.

    Le trail réside en une course en terrain naturel avec une succession de grimpées et en autonomie sur un parcours balisé et sur des distances plus ou moins longues. À Heer-sur-Meuse, pour cette première édition de l’Hastrail de la Haute-Meuse, les adeptes avaient le choix entre une distance de 52 km avec une dénivellation positive de 1600 m ou une distance de 27 km avec 600 m répartis en quatre belles côtes en grande partie sur des sentiers boisés, des chemins caillouteux et surtout en bordure de la rivière Hermeton. Très jolis parcours en somme mais rendus glissants par de récentes averses. Heureusement, le jour de cette course, le soleil a vite dispersé les nuages de brouillard accrochés aux cimes des arbres et les concurrents, une trentaine s’élançant sur les 52 km, près de cent sur les 27 km, ont profité de ces bonnes conditions. En outre, cette dernière distance comptait pour le challenge Gauloise dont la prochaine manche consistera de nouveau en un trail, samedi à Évrehailles avec 15 km et 42 km au programme.

    Courir, voir marcher lorsque ça monte ou lorsque le sentier n’offre pas toutes les sécurités, c’est au goût du concurrent. Partis du Castel des Sorbiers sur la colline de Heer-sur-Meuse, les coureurs ont traversé le fleuve, sont allés jusqu’au beau village de Soulme, avant de revenir vers Hastière et d’aborder le toboggan de Waulsort et de longer l’Hermeton.

    Souvent en isolé, parfois en duo, les concurrents ont assimilé les difficultés proposées avec philosophie : ce sont des sportifs rompus à cette discipline qui exige autant de qualités morales que physiques et qui a consacré Stéphane Mouchet sur la petite distance et David Fox sur les 52 km, tous deux ayant pris la tête de leur épreuve dès le début. C’est aussi avec détermination et audace que la Cinacienne Christine Blaise signe une belle performance, tenant la quinzième place de bout en bout des 52 km.

  • La porte des Ardennes (Seraing) - 09/09/2012 - [33 km]

    pa_home.jpg

    Parcours :

    trail,seraing,porte des ardennes

    trail,seraing,porte des ardennes

    trail,seraing,porte des ardennes

    trail,seraing,porte des ardennes

    Allure :

    trail,seraing,porte des ardennes

    trail,seraing,porte des ardennes

    Classement :

    >>  Classement 33 km

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    33  03:25:20      15  82  18

     

    Commentaire :

    J’accompagnerai Frédéric qui a déjà participé 3 fois à ce trail, malgré le grand raid de Pyrénées il y a deux semaines.

    On se présente ensemble à Seraing au Bois de l’Abbaye dans les hauteurs. L’ambiance y est très détendue, comme les organisateurs ….

    Après un petit quart d’heure de retard, le départ est donné. Le parcours est relativement plat : des petites côtes pas très méchantes sont à affronter. Nous courrons essentiellement dans les bois. Après 7 km, on retrouve le départ avec un petit ravitaillement en eau, et on est parti pour une deuxième boucle. Au km 8, c’est la bifurcation des 10 km et du 33 km. Et on m’annonce 3ème de la course …. Je sens toutefois mon trail des Pyrénées dans les jambes et garde mon allure actuelle qui me convient.

    Et les bois, toujours les bois, de temps à autres on traverse des routes aidé par des signaleurs.

    Vers le 15ème km deux trailers à l’allure marathon me déposent, ce qui ne m’empêchera pas de garder ma petite allure.

    Après un petit mur dans les bois on retrouve vite le ravitaillement, uniquement de l’eau, sirop, banane et tuc … et je repars. 

    Au km 22, on entre dans une partie privée et puis des longues lignes droites interminables sur un terrain fraichement fauché. Rien de tel pour y perdre des plumes ….

    On retrouve les bois et après un deuxième petit mur on aborde une section technique à partir du 30ème km. Une belle descente et puis une belle montée où je trouve le deuxième de la course qui a en plein les pieds car il s’est trompé : il me laisse passer et  me voilà de nouveau 3ème ….  Arrivé en haut du mur, il y a un dilemme ….. vers la droite on aperçoit des flèches et des balises et tout droits des flèches dans le sens inverse ….. un trailer nous rejoint et fort logiquement on suit les flèches se trouvant dans le bon sens, On discute ensemble, il a fait la TDS il y a une semaine et moi le GRP il y a deux semaines, on décide de terminer ensemble, nous sommes 3ème …. Quelques montagnes russes …. Un long faux plats….. une descente …. Et on se retrouve de nouveau face au mur que l’on a emprunté il y a 3 km …. !!!!! 

    ZUT ZUT et RE-ZUT un peu frustré ! Des trailers arrivent logiquement …. Je me re-farci ce mur en ronchonnant … en haut du mur je m’arrête à la bifurcation et j’attends, d’autres trailers arrivent et je leur dis, que je suis passé à droite et j’ai fais un tour gratuit … on attend un peu et puis un vététiste arrive à notre secours et nous dis que l’arrivée est à 400 mètres … faut continuer tout droit ….

    Et je termine ce trail toujours en ronchonnant encore un peu plus, j’étais si près de l’arrivée … avec 25 minutes en plus …..  à la xième place …  et près de 37 km au compteur  …. 

    Bon c’est la vie …  c’est le trail ….

    Fred arrivera quelques minutes plus tard, éprouvé par son trail des pyrénées 

    >> Mon erreur de parcours :

    trail,seraing,porte des ardennes

    Galerie Photo :

    >> Galerie photo 1

    trail,seraing,porte des ardennes

    trail,seraing,porte des ardennes

    trail,seraing,porte des ardennes

    trail,seraing,porte des ardennes

  • Jogging de Malonne - 02/09/2012 - [11,2 km - 5,7 km]

    ma_home.png

    Parcours du 11,2 km :

    malonne,jogging

    ma_alt_11.png

    Parcours du 5,7 km :

    ma_ca_05.png

    ma_alt.png

    Classement :

    >> Classement 5,7 km

    >> Classement 11,2 km

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    5,7  00:21:52  15,64  03:50  4  104  4

     

    Commentaire :

    357361233.JPG

    496829235.JPG

    1643914984.JPG

    2018552307.JPG

    2157109829.JPG

    Photos :

    Galerie Photo 1

    Reportage Vidéo :

    malonne,jogging(Canal C : 04/09/2012)

    malonne,jogging

    Article de Presse :

    malonne,jogging Une bonne préparation avant Namur

    MALONNE - Près de cinq cents participants dont une centaine de jeunesont rallié Malonne :un effort de trente ans est ainsi récompensé.

    Ils en sont fiers : «Tous nos joggings ont servi à soutenir des mouvements caritatifs et l’esprit d’équipe trouve sa récompense dans une belle participation.» En effet, celle-ci s’est élevée notamment à une centaine de jeunes, due en majorité aux efforts de Mme  Mingeot, la prof de gym de l’école, mais qui déborde sur d’autres horizons puisque le premier de la course des moins de huit ans, Thibaud Solbreux, vient de Nivelles, et celui des neuf-douze ans, Martin Degeimbre d’Awagne (Dinant). Cependant, les autres épreuves de onze et cinq kilomètres ont, elles aussi, été bien fournies.

    La plus courte distance, organisée en mémoire de Cristina Lejeune-Fernandez, membre active de l’organisation, a été dominée comme l’an dernier, par le Wavrien Adrien Stoufs qui a retardé spécialement son départ en vacances pour faire plaisir à son équipier du «Ronvau» Yves Vanderbeck, organisateur malonnois et deuxième la veille, comme il y a deux ans, derrière Denis Galerin dans le Brabant wallon. Celui-ci «s’est senti encore mieux en jambes, aujourd’hui à Malonne, et très heureux d’avoir fait plaisir à un ami.»

    En effet, dès le départ, imprimant son propre rythme, l’athlète de Louvain-la-Neuve a emmené dans son sillage Alexandre Jacquerie et Olivier Mleczko jusqu’au premier faux plat. «J’étais en surrégime et j’ai préféré ralentir mon allure car je manque d’entraînement», confie le Fossois d’origine, juste rentré de vacances avant de reprendre ses stages dans les hôpitaux.

    Sabine Froment isolée « à son grand regret »

    Olivier Mleczko, lui aussi, a décroché en pensant déjà à la semaine suivante, et au jogging de la Ville. Et revenant de loin après un début de course très sage, comme il en a pris l’habitude, c’est le vétéran Gembloutois Frédéric Lombart qui s’est emparé du premier accessit, mais à bonne distance du vainqueur.

    Chez les dames, nullement marquée par son trail en haute montagne, Sabine Froment a survolé l’épreuve courue isolément «à mon grand regret», jamais mise en difficulté tandis que sur cinq kilomètres, la jeune Namuroise Aurélie Comps s’est révélée une nouvelle et future concurrente à tenir à l’œil.

    Pas de classement par catégorie dans cette course au contraire des onze kilomètres où, en plus de Galerin, Lombart et Sabine Froment, ont fini premier Jacky Perpète en V 2, Jacques Mamère en V 3, Françoise Jouniaux en A 1, Ingrid Van Der Linden en espoirs filles, Nathan Decroix en espoirs garçon, Philippe Baudouin en V 4 et Anne Tournay en A 2.