• Trail de la Vallée de l'Orneau (Gembloux) - 28/10/2012 - [22 - 48 km]

    trail, oreneau,

    Parcours :

    trail,orneau,gembloux

    trail, oreneau,

    Classement 2012 :

    >> Classement 22 km 

    >> Classement 48 km 

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    48  4:24:42  10,88  5:31  8  101  8

     

    Commentaire :

    Nous nous rendons à Bossière, avec Nathalie, ainsi qu’un ami et une amie qui vont s’initier avec le trail. Sur place je serai surpris par le nombre impressionnant de Trailers pour une première édition, chapeau …

    Ce trail inédit est organisé par le Gembloux Triathlon Club / le J3 / Le service des Sports de la Ville de Gembloux, avec le soutien de l’asbl Gembloux Omnisport.

    De mon côté, j’hésite entre le 22 et le 48 km, mais la deuxième boucle nous fera passer par le bois de Spy, région de mon enfance, et je basculerai nostalgiquement sur le 48 km, même si je ne suis pas spécifiquement préparé.

    Après un briefing, sous le soleil mais sous une température hivernale, et on nous annonce 50 km au lieu des 48, nous démarrons le périple avec une première boucle de 22 km. Il y a beaucoup de monde … plus de 500 trailers, c’est vraiment impressionnant. La principale difficulté pour moi, c’est de ne pas être attiré par les trailers du 22 qui sont à vive allure. Je m’efforce donc à me retenir …

    Après une longue descente, tout en douceur, on rejoint Mazy et son ancienne marbrerie, et on attaque au 3ème km un petit raidillon, suivi s’une traversée boueuse par les champs. C’est relativement éprouvant, la terre restant fixée à nos chaussures, notre progression est éprouvante. Au 5ème km on retrouve un sentier abordable de quoi alléger les chaussures, : je trouve enfin mon rythme de croisière que je m’efforcerai de tenir.    

    On se dirige vers Corroy-le-Château où l’on devra tout d’abord traverser un champ très spongieux, où on s’enfonce relativement facilement dans ce mélange de boue, d'herbes et d'eau glacée, pas très agréable comme sensation. Après en être arrivé à bout, on traverse le village, direction Grand-Manil sans difficulté majeure, où au 12ème km, notre premier ravitaillement bien garni nous attend.

    Après avoir fait le plein, on entre dans Gembloux, empruntons quelques rues en faux plat montant, pour retrouver nos chemins campagnards vallonnés , en passant près du château de Ferroz et de la chapelle Sainte-Anne.

    La fin de la première boucle s’approche, et les trailers du 22 accélèrent un tantinet, encore quelques routes de campagne et on voit les phares du terrain de football de Bossière. J’en ai donc fini  avec cette première boucle.

    Je me place sur le couloir de gauche réservé au long trail, on m’applaudit et on m’annonce 7ème … je m’arrête un instant et profite du ravitaillement, gaufre et banane pour moi. Et je repars gaiement pour la périlleuse seconde boucle. Après une première côte, on traverse une dangereuse nationale, avec l'aide des signaleurs. On traverse ensuite l’autoroute E42 via un pont et on se dirige vers le circuit à Spy.

    On nous fait visiter les petites rues et ruelles du village : il faudra être vigilant afin de ne pas perdre de vue le balisage, parfois caché par des voitures …

    On quitte les rues pour les sentiers, et je reconnais des tronçons d’une ancienne course « les crêtes de Spy » que nous allons emprunter en sens inverse.  Et c’est le départ des montagnes russes …. Une première descente facile, suivi de sa montée par les bois, une seconde descente plus technique sur un passage étroit, passage d’un ru, et nouvelle montée boisée. On se dirige tout doucement vers le bois des Golettes, où le 3ème ravitaillement est prévu. Nous sommes un petit groupe, et apparemment nous sommes les 3ème, 4ème, 5ème et 6ème. Le bénévole nous dit , « la 3ème place se joue ici », et ça sera sans moi, dès la reprise, les allures s’emballent, je resterai derrière …

    De nouveau une descente technique et une nouvelle montée : on s’approche ainsi du Bois de Bètche aux Roches, terre d’entraînement de l’époque où je jouais au foot dans la région, et entrée du parcours vita de Spy passant près des grottes de spy … Je connais le coin par cœur, et je sais à quoi m’en tenir …

    Nous atteignons le pied du bois en longeant l’Orneau et au 39 ème km : surprise ! Un mur à franchir à l’aide d’une corde, on passe à côté de la grotte. C’est vraiment éprouvant … et je vois dans les hauteurs un photographe … j’essayerai d'avoir fière allure. Après cette nouvelle épreuve, on fait un petit tour dans le Bois de la Veuve pour retrouver l’Orneau, que nous allons longer pour trouver le village d’Onoz. C'est ici qu’une petite crampe au quadriceps fait son apparition, mais que je neutraliserai rapidement.

    On se dirige vers le haut du village, à côté du terrain de football d’Onoz que je connais bien, passe sous l’autoroute, et puis c’est parti pour 3 km de champ sauvage … On aboutit sur les terrains de Golf de Falnuee à Mazy. On aura droit à une petite visite guidée sous les regards de golfeurs éberlués et de jolis bolides.

    On remonte sur Mazy, on retrouve des champs boueux ascendants, et enfin le vllage de Bossière avec les phares du terrain de football, mais à quelques mètres de l’arrivée, nous aurons droit à un petit tour du village (que certains bouderont par inattention) et à un dernier ravitaillement surprise … thé ou vin chaud ? ça sera du thé pour moi, merci ….

    Encore quelques mètres et je vois mes deux amis et Nathalie qui m’attendent à l’arrivée …

    Je franchirai cette ligne tout joyeux … je termine officiellement 8ème mais j'étais encore 6ème au dernier ravitaillement et je ne me suis pas fais dépasser jusque l'arrivée ... trouvez l'erreur ....

    En tout cas, voilà une belle organisation pour une première édition  … chapeau … 

    trail,orneau,gembloux

    trail,orneau,gembloux

    trail,orneau,gembloux

    trail,orneau,gembloux

    trail,orneau,gembloux

    trail,orneau,gembloux

    trail,orneau,gembloux

    Galerie Photo :

    >> Galerie Photo 1 (reconnaissance partie 1)

    >> Galerie Photo 2 (reconnaissance partie 2)

    >> Galerie Photo 3 (Skinfit)

    >> Galerie Photo 4 (Chris.tof007)

    >> Galerie Photo 5 (Pierre)

    >> Galerie Photo 6 (Alain A.)

    >> Galerie Photo 7 (Michel M.)

    >> Galerie Photo 8 (Cécile)

    >> Galerie Photo 9 (trailsetcoursesnature.net)

    Aricle de Presse :

    trail,orneau,gembloux

    >> L'organisateur en parle sur CanalZoom

    trail,orneau,gembloux

    >> Reportage CanalZoom du 29 oct 2012

    trail,orneau,gembloux

    >> Article du Vers l'Avenir 

    trail,orneau,gembloux Le Grand-Leezien Brossard sans rival

    GEMBLOUX - Le premier trail de la Vallée de l’Orneau a enregistré un magistral succès de participation avec près d’un demi-millier de coureurs.

    Si Frédéric Lombart a mené une bonne partie de l’épreuve avant de, normalement, ressentir des jambes lourdes après son marathon d’Amsterdam, huit jours plus tôt, où il a réalisé son meilleur chrono (2h47), il a quand même décroché un podium. Éric Brossard sur les 48 km et, chez les féminines, Sabine Froment sur les 22 km ont inscrit leur nom au palmarès d’une épreuve fort bien organisée. Un fléchage répétitif à souhait, le choix de parcours campagnards ou boisés, de difficultés raisonnables sur la petite distance, de plus techniques comme par exemple le besoin de s’aider d’une corde pour accéder à la Grotte de l’Homme de Spy, et la succession de crêtes ont davantage sollicité les muscles de la centaine de concurrents qui avaient opté pour le long trail.

    Plus de trois cent cinquante pré-inscrits dont, quand même, une centaine d’absents, auxquels deux cents sont venus s’ajouter avant le départ, cela pose, en premier, le problème du parking : les environs du centre sportif de Bossière ont été largement occupés. Sabine Froment et Jean-François Degueldre ont été comme des privilégiés, eux dont le jardin voisine le centre sportif où s’est donné le départ et jugée l’arrivée avec un passage et ravito des 48 km. Aussi, les conditions de course étaient optimales : pas de vent, un ciel serein, un air sec avec quelques degrés. Cela a suffi pour ne pas trop transpirer et réaliser de belles performances. Lombart est donc parti rapidement, s’assurant une légère avance jusqu’à mi-parcours avant de payer la note de son dernier marathon et de ne pouvoir empêcher ni Burtomboy, ni le Cinacien Willem de le refouler à une ou deux minutes. Il conservait toutefois une place sur le podium des 22 km. Dans le top 10, Sabine Froment n’a pas faibli et, pendant les deux tiers de la course, elle a trouvé la compagnie de Mathot pour, comme elle aime le faire, parler abondamment : «mais, au ravitaillement, je suis repartie seule et n’ai plus eu personne à qui parler!» Elle termine avec dix minutes d’avance sur la seconde, la Louvaniste Anne Rahmé que l’on avait vue à son affaire à Évrehailles.

    Sur la plus longue distance, le Grand-Leezien Brossard a géré sa course et n’a jamais été en difficulté, refoulant ses deux proches rivaux à dix et vingt-deux minutes. Belle prestation de la Floreffoise Claudine Lainé, 23e et première féminine en 5h12. Tous louangeaient la beauté et l’excellente organisation malgré des passages en terre labourée ou marécageuse qui ont laissé des traces.

  • Jogging Val de Biesme (Roselies) - 27/10/2012 - [8,1 - 13,3 km]

    jogging,roselies

    Parcours 8 km :

    vb_08_car.png

    vb_08_alt.png

    Parcours 13 km :

    vb_12_car.png

    vb_12_alt.png

    Classement 2012 :

    >> Classement 8 km

    >> Classement 13 km (* plutôt un ordre d'arrivée qu'un clasement)

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    8,1  00:32:44  14,85  00:04:02  6  105  5

     

    Commentaire :

    Quelle belle journée, un peu frisquet toutefois afin d’aborder cette 11ème édition du jogging du val de Biesme au départ de SambrExpo à Roselies.

    Je compte participer au trail inédit de la vallée de L’Orneau  à Gembloux le lendemain, ce sera donc la petite distance pour moi.

    Sur Place, je croise Sam et son ami Olivier qui participent également à p’tite distance. Le parcours sera légèrement allongé de 950m , cet année, afin d’éviter des travaux.

    Le départ est donné et le ton est donné, un duo du Club de l’UAC se dégage rapidement et puis un trio derrière pour la 3ème place, et nous derrière …

    Après quelques petites rue on traverse la Biesme que l’on va devoir longer (les joggeurs de la grande distance feront un boucle de 4 km en abordant un mur dans les bois de Vaulelle et le Bois de Estache et en passant par Oignies).

    Au 3ème km, on traverse une partie boueuse et glissante, et entrons dans le Bois des Eulies avec un petit casse-patte. C’est ici que le petit groupe de trio qui était de devant me redépasse … apparemment ils ont fait une petite partie de la grande distance. Fort heureusement, ils retrouvent tous leurs places respectives …

    On se dirige vers les Etang des forges, pour aborder une nouvelle difficulté, c’est que cela grimpe avec une première partie sur sentier herbeux et une seconde sur route ….

    Nous voilà enfin au sommet, avec de nouveau un petit détour pour rejoindre l’arrivée après plus de 8,3 km …

    Les joggeurs de la grande distance, n'auront pas notre chance ... au bout de la première difficulté, le manque de balisages et de signaleurscaura créé une belle pagaille .... les joggeurs s'orientant au petit bonheur la chance ....

    ils auront effectué des distances entre 13 et 16 km pour cetains ...

    Les organisateurs annuleront logiquement le Classement "Homme", Seul l'ordre d'arrivée des "Dames" sera maintenu ..  

    jogging,roselie

    jogging,roselie

    Galerie Photo :

    >> Galerie photo 1 (Laetitia T.)

    >> Galerie photo 2 (Myriam V.)

    Reportage Telesambre :

    jogging,roselie

    jogging,roselie

  • Jogging de Floreffe - 20/10/2012 - [5 - 11 km]

    fl_home.png

    Parcours 11 km :

    fl_car.png

    fl_alt2.png

    Parcours 5 km :

    fl_ca05.png

    fl_alt2_05.png

    Allure 11 km :

    fl_vit_int.png

    Classement 2012 :

    >> Classement 11 km

    >> Classement 5 km 

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    11 0:43:43  15,10  03:58  18  226

     8

     

    Commentaire :

    Nous hésitons entre deux joggings, celui de Bonne Esperance dans le Hainaut avec une distance de 9 km au départ d’une abbaye et celui de Floreffe avec une distance de 11 km mais proposant également une courte distance. Mon fils Ludo, veut participer à un jogging, n’ayant pas de match de foot ce samedi, c’est donc en direction de Floreffe que notre choix de portera.

    Sur place, nous rencontrons quelques trailers et triathlètes, ainsi qu’une forte délégation du Running Club de Namur.

    Le départ a lieu au complexe sportif et le parcours est inédit pour moi. On passera apparemment du côté de Soye et Franière avec un savant mélange de bitume, bois, chemin de terre et ravel, le tout  vallonné …

    Après un petit échauffement familial, nous nous regroupons pour le départ commun. Après avoir traversé le pont de Sambre, nous attaquons une longue montée, et comme me le fait remarquer un joggeur, ce qui est fait maintenant n’est plus à faire …. Et après plus d’un km, c’est déjà la bifurcation des 5 et 11 km, à ce moment j’accompagnai la courte distance.

    Cela continue légèrement à monter, pour atteindre le sommet du village de Soye, et il n’y a plus qu’à redescendre jusqu’à atteindre un passage herbeux au 3ème km. Après avoir traversé le village, nous entrons dans une partie boisée, le bois de Soye, en faux plat montant sur un chemin praticable malgré les dernières pluies.

    On longera un moment le chemin de fer, jusqu’à retrouver la Sambre que l’on longera sur un chemin de terre, jusqu’à un nouveau pont que l’on traverse. On entre cette fois-ci dans le village de Franière, le traversons et passons près du John Martin’s Karting de Namur.

    On longera dangereusement  une route, forte heureusement, des signaleurs ralentissent les voitures …  et quittons cette route pour rejoindre le Ravel via un nouveau chemin de terre, où la progression est difficile.

    Une fois sur le halage, on voit au loin le complexe que l’on rejoint rapidement.

    Sur place, Ludo est là et m’attend sagement. Une fois de plus, il aura tracé du haut de ses 9 ans.

    Jogging très sympa et pas si facile à négocier ...

    jogging,floreffe

    jogging,floreffe

    Galerie Photo :

    >> Galerie Photo 1 (sudinfo.be)

    >> Galerie Photo2 (J. L.)

    Article de presse :

    jogging,floreffeBenjamin Lambert sur sa lancée de l’Ékiden

    FLOREFFE - Si Mathieu Piron a démontré au jogging de Flawinne, au lendemain de sa prestation à l’Ekiden de Bruxelles, qu’il était en forme, son équipier du Smac, Benjamin Lambert a fait de même huit jours plus tard au jogging de Floreffe. Celui-ci a mené toute la course avec un autre équipier, Alexandre Jacquerie, dans sa foulée pendant les deux tiers de la course.

    Mais ce dernier se faisait irrémédiablement distancer par le prof namurois à la foulée plus dynamique et devait même s’arrêter quelques instants pour un point de côté. Il allait en outre commettre une petite erreur de parcours dans la finale.

    Ces deux équipiers avaient pris tellement d’avance que les poursuivants ne pouvaient plus les apercevoir et Sylvain Dijon qui venait de passer Benjamin Gourgue en troisième position prenait aussi une mauvaise direction, entraînant plusieurs poursuivants à la faute. C’était un chemin sans issue. Obligés de revenir en arrière, ces concurrents perdaient toutes chances d’un classement avantageux. Tel a été le cas notamment de Dijon et Gourgue mais encore de Perpète, Brossard, voire Demeure et autres Lonnoy, très déçus à l’arrivée.

    Et même le premier avec son pilote-ouvreur, a été envoyé dans une mauvaise direction à une centaine de mètres du but, effectuant donc un petit tour supplémentaire, heureusement sans conséquence pour son succès.

    Avec trois cents participants dont 72 sur la distance de 5 km laquelle permet aux débutants ou aux blessés de reprendre contact avec la course, cette cinquième édition a bénéficié d’excellentes conditions et peut satisfaire les organisateurs.

  • La course du Cazier (Marcinelle) - 13/10/2012 - [5 - 11 km]

    jogging,cazier,marcinelle

    Parcours:

    jogging,cazier,marcinelle

    cc_alt.png

    Allure 11 km :

    cc_vit_int.png

    Classement 2012 :

    >> Classement 11 km

    >> Classement 5 km

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    10,77 0:43:02  15,34  03:55  16 (*)  333  5

     

    (*) Apparemment je n’ai pas été repris dans le classement, je donne donc ma position théorique   

    Commentaire :

    Voilà une édition pluvieuse … et pour cause, les élections communales et provinciales obligeront les organisateurs (la Cellule Événements de la Ville de Charleroi en collaboration avec l’ESM),  à avancer la course le samedi après-midi, au lieu du traditionnel dimanche.

    Sur place, la pluie bat déjà son plein, et je procéderai à un petit échauffement en compagnie de Didier G. afin de ne pas se frigorifier, tant la pluie battante est frisquette. On se réfugiera sous la tante comme la plupart des joggeurs dans l’attente du départ.

    Bien sûr, nous aurons le droit de voir quelques personnalités politiques sur place pour donner le départ, en cette veille d’élections … 

    Le parcours sera légèrement modifié afin d’éviter des bouchons en début de parcours.

    Le départ est donné sous le portail du site minier, et direction le centre de délassement de Marcinelle après 2 km d’une descente en pavé glissante et un faux plat. Et c’est déjà la bifurcation des 5 et 11 km qui causera des soucis à certains joggeurs qui louperont, à leur grand désarroi, le panneau des 11 km. Pourtant de mon côté cela me paraissait bien clair ….

    Nous redescendons à hauteur des lacs  pour attaquer un tronçon relativement boueux et flaqueux agrémenté d’une pente douce sous les bois, et je me sens relativement bien sous ces éléments.

    Au 4ème km, nous longeons le « Borgnery », monument érigé sur le site en mémoire des victimes de la guerre, et attaquons la partie la plus compliquée de ce jogging : un petit mur bien boueux et glissant afin d’atteindre le point culminant « Au Noir Chien ». La fin du parcours sera plus aisée, pratiquement en descente via un petit sentier herbeux. 

    Cela fait un petit moment que j'accompagne un trailer de la région Luc V., et son allure me convient parfaitement.

    A l’approche du terril, un petit tour dans les rues nous conduit au pied d’un dernier petit mur sur route, de quoi départager les premiers, et on retrouve le domaine minier pour rejoindre l’arrivée.

    J’apprendrai, par la suite, que des problèmes ont eu lieu à la remise des prix. Certains se seraient trompés et auraient ansi écourté le parcours par inattention (et l’auraient reconnu de bonne foi) et auraient été soupçonné de tricherie en pleine remise des prix. Pas très diplômates tout cela …  bien dommage.

    jogging,cazier,marcinelle

    Galerie Photo :

    Galerie Photo 1 (Myriam V.)

    Reportage Telesambre :

    jogging,cazier,marcinelle 15/10/2012

    jogging,cazier,marcinelle

    Article de Presse :

    jogging,cazier,marcinelle L’honnêteté est parfois mal payée

    MARCINELLE - Catherine Martensl’a appris à ses dépens à la course du Bois du Cazier. Ismaël Debjani s’est imposé sous la pluie et dans la boue.

    Si un beau soleil s’affichait lors de la précédente manche du Trophée du Pays de Charleroi au château de Monceau le 9 septembre, ce sont des véritables trombes d’eau qui se sont abattues samedi après-midi sur la course du Bois du Cazier. Le parcours était donc boueux et avait pris, à certains endroits, des allures d’un tracé de cross! Mais un joggeur court par tous les temps et ils étaient donc une nouvelle fois très nombreux (550) à se présenter à 14h30 devant le portail du site minier.

    Ismaël Debjani aura été le premier à le rallier, 37 minutes plus tard. Une petite surprise dans la mesure où l’on avait plutôt l’habitude de le voir se distinguer sur des distances plus courtes. «Mon entraîneur Christophe Dumont m’avait recommandé de faire une grosse sortie en entraînement. Plutôt que de courir seul, je me suis décidé à venir ici à Marcinelle.»

    Félicité par sa maman, sa sœur et sa grand-mère, Ismaël s’est montré à l’aise sur le circuit marcinellois. «J’ai calqué mon début de course sur Cédric Pasque mais comme l’écart avec les premiers s’agrandissait, je l’ai lâché après deux kilomètres.» Il a recollé sur le quatuor de tête avant de filer seul au 9e km.

    Le coureur qui l’a suivi sur la ligne d’arrivée fut en fait une dame! Mal aiguillée par un signaleur, Catherine Martens a en effet involontairement coupé au court. Par honnêteté, elle est allée trouver les organisateurs (la Cellule Événements de la Ville de Charleroi) pour leur indiquer qu’elle s’était trompée de chemin. À son grand étonnement, elle a ensuite constaté qu’on l’avait tout simplement retirée du classement! Pas très élégant tout cela… Une pénalité de quelques secondes ou minutes aurait été plus judicieuse, à notre avis. Enseignante à l’athénée royal Jules Destrée de Marcinelle, elle était venue avec plusieurs de ses élèves. Elle n’en a pas vraiment été récompensée…

    La Nalinnoise ne fut pas la seule à être mal orientée. À l’arrivée, les coureurs étaient nombreux à se plaindre de la passivité de certains signaleurs. Mais à leur décharge (même si ce n’est pas une excuse), il faut préciser que les conditions dans lesquelles ils devaient effectuer leur tâche (sous les fortes pluies) n’étaient vraiment pas évidentes.

    La bonne opérationpour Brahim

    Classé 5e, Brahim Oubouskour ne regrettait pas de s’être mouillé : il est passé en tête du classement général du Trophée. «Fabrice Pasque occupait le leadership mais comme il n’est pas venu, je fais la bonne opération. Avec lui dans la course, je ne me serais fait aucune illusion. Mais maintenant je compte bien faire à fond la Carolorida pour gagner ce challenge. Mon dernier rival sera Gérald Hansen avec qui j’ai couru ce samedi.»

    Sur la courte distance, Mohammed Kassa a confirmé sa belle victoire à Monceau. «C’est la première fois que je gagne ici en trois participations. Avec toute cette boue, cette course constituait une bonne préparation pour les cross!»

    Geoffroy BRUYR

  • Trail du Centre Sportif (Chimay) [23 km]

    tc_home.gif

    Parcours  :

    trail, chimay

    trail, chimay

    Classement :

    >>  Classement 23 km

    Résultat :

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
    23,5 2:09:59     43 67 64

     

    Commentaire :

    Une petite sortie dominicale était programmée ce dimanche avec les trailers du club, Et avec ce beau soleil même s’il fait frisquet, on a repéré un trail inédit à Chimay, organisé par le club de triathlon «Sharks triathlon Club».

    Pour une première édition, l’organisateur, ne prendra pas trop de risque et choisira une distance abordable ainsi qu’un léger dénivelé à travers les bois de la région. Nous serons 67 à tenter l’expérience, avec quelques triathlètes et dualthètes, ce qui est pas mal du tout.

    Le départ se tient au complexe chalon, avec un tour de stade pour rejoindre rapidement les bois et prairie. Le parcours étant relativement « plat » les allures devant s’affolent et je me croirais un instant à un semi marathon … Nous passons par le village de Virelles, et partons une portion de ravel avant d’entrer de manière définitive dans les bois avec quelques légères montagnes russes avant d’atteindre au 14ème km le ravitaillement.

    J’attendrai Frédéric et Alain pour terminer ensemble les 10 derniers kilomètres sur un bon petit rythme. Didier qui inaugurait son premier trail, s’en sortira avec les gloires et il y a des chances qu’il continue sur sa lancée ... encore un nouvel adepte …

    Article de Presse :

    trail,chimay

    Van Liefferinge s’inflige une punition !

    CHIMAY - Déçu de sa course melletoise, le professeur d’éducation physique s’est rendu le lendemain au trail du centre sportif chimacien. Sans regret!

    Après la noctambule du mois de février et l’épreuve du Télévie en mars, Chimay était à nouveau le cadre d’un trail dimanche matin. On le devait cette fois au centre sportif chimacien. Soixante-sept participants se sont présentés aux tables d’inscription. «Pour une première, nous pouvons nous montrer satisfaits, souffle l’un des organisateurs Rudy Depret. Sans réelle publicité, ce chiffre de 67 est tout de même pas mal. La journée s’est très bien déroulée avec un soleil radieux de début d’automne. Le retour des coureurs sur le parcours, la difficulté, le fléchage et l’organisation dans son ensemble est très positif. Ce qui nous conforte dans l’idée de persévérer en 2013, avec plus de pub, l’espoir de voir grandir notre épreuve et avec une date de course similaire si nous bénéficions toujours des autorisations. C’est le genre d’activité qui fait connaître un peu plus notre infrastructure sportive et ses différentes disciplines.»

    Ce sont deux athlètes du coin qui l’ont emporté, Marie-Christine Foulon chez les dames et l’inévitable Axel Van Liefferinge chez les hommes. On a plus souvent vu ce dernier dans des duathlons (il est champion francophone 2011) et joggings qu’en trail mais ses qualités intrinsèques font de lui un coureur tous terrains! Très déçu de sa prestation au jogging des carottes melletoises (il avait craqué au 5e km et avait terminé en roue libre), il s’est bien rattrapé le lendemain matin en Principauté. «En quelque sorte, je me suis puni de ma piètre prestation de la veille mais j’ai vraiment bien fait de venir car non seulement j’ai gagné mais en plus j’ai eu de beaux lots!», relevait le Virellois.

    Il est parti plutôt calmement à l’assaut des 23,5 km. «Je suis resté avec quatre autres coureurs jusqu’au 7e km puis j’ai essayé de suivre Jean-Pierre Touzeau lorsqu’il a accéléré. Je suis resté longtemps à 100m puis, vers le 16e km, je l’ai rejoint et j’ai attaqué dans une côte à Virelles, juste à côté de chez moi!»

    Ansiaux mis à l’honneur

    Touzeau s’est accroché jusqu’au bout et ce n’est qu’avec 50m d’avance que Van Liefferinge l’a emporté. «J’avais envie de m’arracher vu ma non-course de Mellet, même si évidement le niveau de la course était plus relevé samedi.»

    Comme beaucoup, le SpeedX-man a apprécié cette première édition. «C’était un chouette parcours, très bien tracé, pas très difficile en dénivelé mais agréable car on a été dans une partie qu’aucune autre course de la région n’emprunte. Cela change!»

    À noter qu’un prix spécial a été attribué à l’aîné de la journée qui était Karl Ansiaux, 68 ans.

    Geoffroy BRUYR