• Dodo Trail (Îles Maurice)- 07/07/2013 - [50 - 25 - 10 km]

    dt_home.jpg

    Parcours :

    dt_carte.png

    dt_carte_relief.png

    xdt2013_profile2.png

    dt_alt_2.png

    dt°alt_pente.png

    Classement 2013 :

    >> Classement 50 km

    >> Classement 25 km

    >> Classement 10 km

    Résultat (50 km):

    Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participants % position
     107  08:37:30  5,80  10:20  39  107  36

     

    Commentaire :

    Comment concilier vacances et préparation pour l’UTBM … Et bien c’est l’île Maurice et son Dodo Trail, qui en est à sa troisième édition, avec au programme pas moins de 50 km et 3500 mètres de dénivelés dans le sud-ouest de l’île, traversant une réserve naturelle et passant par le plus haut sommet de l’île : « le piton de la rivière noire »

    Il faut s’avoir que la plupart des sentiers sont privés, et que c’est une très bonne occasion de visiter une partie de l’île.

    Comment qualifier ce trail ? « une traversée d’enfer vers le paradis » comme le dit le slogan …  ce trail est aérien, technique, vertical montant et descendant, jungle track, dépaysement total, paysage et panorama somptueux, pourcentage effrayant … pas moins d’une vingtaine de cordes et chaînes pour aider notre progression…

    Avec un plateau international et des ténors du trail présents : Xavier Thevenard ( Team Asics France ), Frabrice Armand ( Team Salomon Réunion), Pascal Blanc ( Team Lafuma France ), René Paul Vitry ( du Cospi ), Deon Braun ( Team Go Multi ), Julia Bogtter ( Team Salomon Allemagne ), Helene Haegel, Sophie Blar, Laurence Goilot, Simon Desvaux,  Vishal Ittoo,  Jeni Smith, Thomas Desvaux, Philippe la Hausse …

    Voilà le décor est posé, il n’y a plus qu’à … Langue tirée

    Première mission : se rendre sur le point de départ sur la plage de Cambuse, dans l’extrême sud d’ouest de l’île. On va louer une voiture pour l’occasion, et ce sera folklorique … c’est que l’on roule à gauche ici … faut faire attention pour aborder les ronds-points et maitriser les clignotants ….

    Voilà il est 5h00 du matin et nous sommes sur place, un peu groggy car c’est tôt et puis nous n'avons débarqué sur l’île que la veille, après une longue journée de voyage …

    Nous serons une petite centaine à prendre le départ, prévu à 5h30 sous nos lampes frontales, ce qui rendra cette aventure encore plus authentique …

    On nous annonce un temps chaud et un taux d’humidité élevé, et que les organismes risquent de souffrir ….

    Après « The eye of the tiger », on part à l’assaut du paradis …. Et sous un feu d’artifices … Devant cela s’emballe déjà. De mon côté, je suis en mode préparation donc, je vais essayer de ne pas me griller et je pars sur un petit rythme ni trop lent, ni trop rapide, modéré quoi.

    Les premiers kilomètres sont roulants longeant la mer jusqu’au domaine de la Baie du Cap, de quoi s’échauffer pour attaquer notre premier piton, celui de la « Prairie » culminant à 550 mètres d’altitude. Nous avons ainsi l’occasion, avec l’aide du lever de soleil, d’admirer le Morne Brabant et les collines de Chamarel.

    S’en suit un passage technique, fait de montées et de descentes sur un single track étroit  avec quelques pics dont celui du Piton du Gouge à 600 m, où il faut régulièrement serpenter entre les différents pièges. Une première descente technique rocailleuse à souhait nous permet de rejoindre le premier ravitaillement au km 12. Jusque là, tout va bien et je repars de plus belle.

    On rejoint ainsi un nouveau pic, celui du Canot à 550 m, avec de temps à autre des pourcentages impressionnants, et de nouveaux panoramas en guise de récompense … 

    Nous redescendons sèchement vers Chamarel, point du deuxième ravitaillement, où je profite des vivres sur place. Voilà, prêt à l’attaque du point culminant de l’île, le Piton de la Rivière Noire et ses 828 m, la montée au début progressivement, devient très raide sur la fin … On y domine l’île, c’est somptueux. Nous traversons la réserve sur les crêtes montagneuses rendues glissantes par la boue, pour entamer la plus longue descente du jour, qui  aura raison de beaucoup de trailers … Des parties extrêmement techniques sont à se farcir… et le terme aérien, prend ici tout son sens dans ces portions … la fin de la descente se fera dans les sous-bois … cette descente laisse des traces … on arrive au 3ème ravito, de quoi faire le plein. Je verrai Xavier Thevenard assis, tout penaud, victime de crampes (après sa troisième place la semaine dernière au marathon du Mont Blanc) et contraint à l’abandon, je le laisserai tranquille  … 

    Je repars de plus belle, avec une nouvelle ascension pour rejoindre le plateau de Maccabe, avec une petite boucle, de quoi croiser les premiers de la course en pleine descente. J’aurai à peine le temps de les saluer, de même que quelques trailers du 25 km, partis des Gorges de la Rivière Noire et empruntant les mêmes dernières portions. A l’apogée, on y trouve suspendu le PK 4. De quoi profiter du panorama avant de dérouler sur une nouvelle descente abrupte racineuse de Zepol à bien négocier.

    Voilà enfin  un peu de plat, de quoi dégourdir les cuisses qui ont été très sollicitées … mais bon cela sera assez court car une nouvelle ascension se présente à nous, un petit sentier bien raide « Brise fer », pour ne pas changer et nous quittons le parc national, nous redescendons vers Matala.

    Le paysage est bien changeant, nous sommes dans la steppe mauricienne ; herbe jaunie, arbres épineux, c’est bien aride par ici, le soleil tapant, renforce le dépaysement.

    Arrivés à Matala, nous sommes accueillis par les bénévoles souriants afin de se ressourcer, et il va en falloir des forces afin de déjouer la dernière entrave, la redoutable et redoutée ascension de la Tourelle de Tamarin et sa descente vertigineuse …. On la voit au loin , allez c’est reparti avec une côte douce de quoi nous acclimater  et puis une bute qui ressemble à celle de Waterloo, de quoi nous mettre en jambe jusque 250 mètre d’attitude. Et après l’avoir redescendue, c’est parti pour la Tourelle … 

    Un point de ravitaillement a été pertinemment placé au milieu de l’ascension, c’est que nous sommes à la merci du soleil  et la progression est lente. Les pourcentages deviennent de plus en plus abrupts  pour devenir techniques sur la fin. Mais nous serons récompensés avec une nouvelle vue splendide de l’île ; l’océan indien nous est offert ainsi que le plateau du Morne Brabant, la Baie de Tamarin, la Baie de la Rivière Noire et le terrain de chasse de Yemen.

    Il n’y a plus qu’à tout redescendre et retrouver le niveau de la mer … mais pour ce faire, la descente sera très périlleuse, avec de la rocaille, des parties glissantes, des parties cordées, des roches, une descente verticale en somme …  voilà on retrouve une partie tolérable  pour terminer notre aventure du jour et retrouver le centre sportif de Riveland sur Tamarin et franchir glorieusement la ligne d’arrivée après plus de 8h30 d’effort.

    Même si je l’ai fait en mode "entraînement", je suis assez exténué  et il me faudra une petite heure pour me remettre en place.

    Voilà un superbe trail qui mérite à être connu, avec une organisation remarquable, plus d’une centaine de bénévoles, assurant la logistique, la sécurité, les point de ravitaillement et accueillant toujours avec le sourire. Le parcours proposé et un savant mélange d’exigences physiques, de paysages magnifiques, de dépaysement et de technicité. Que demander de plus ….

    dt_02.jpg

    a01.jpg

    a02.jpg

    a03.jpg

    a04.jpg

    a05.jpg

    a06.jpg

    a07.jpg

    a08.jpg

    dt_05.jpg

    a09.jpg

    a10.jpg

    a11.jpg

    a12.jpg

    a13.jpg

    a14.jpg

    a15.jpg

    a16.jpg

    a17.jpg

    a18.jpg

    a19.jpg

    a20.jpg

    dt_046jpg.jpg

    dt_01.jpg

    dt_04.jpg

    dt_03.jpg

    Galerie Vidéo :

    >> Vidéo du départ du XDT (50 km)