27/02/2010

Portelette & Translobbaine (Lobbes) - 27&28/02/2010 - [6 / 13 / 30 km]

Portelette & Translobbaine (Lobbes) - 27&28/02/2010 - [6 - 13 - 30 km]

lobbes_Home

Parcours :

>> 6 et 13 km :

lobbes_6_13_google

lobbes_6_13_IGN

>> Trail 30 km :

Lobbes_20_google

Lobbes_20_IGN

Dénivelé :

>> 6 km :

lobbes_6_IGN_den

>> 13 km :

lobbes_13_IGN_den

>> 30 km :

Lobbes_20_IGN_den

Allure :

>> 6 km :

Course à pied Lobbes 27-02-2010, Vitesse - Distance

Course à pied Lobbes 27-02-2010, Vitesse

>> 30 km :

Course à pied Lobbes 28-02-2010, Vitesse - Distance

Course à pied Lobbes 28-02-2010, Vitesse

Classement 2010 :

>> 6 km & 13 km : Cliquez ici

>> 30 km : Cliquez ici

Résultats : 

>> 6 km :

Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
60:23:0815,5603:56152426

>> 30 km :

Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
3002:39:1211,3105:23126916

Commentaire :

WE à Lobbes …

Je me suis inscrit à la Translobbaine qui a lieu le dimanche, mais la veille c’est la 31ème édition du circuit de la Portelette … je vais accompagner Madame qui s’est inscrite douloureusement au 13 km (et 300 mètres, me soufflera-t-elle, et non des moindre …). De mon côté, j’opterai pour la mini-Portelette de quoi en profiter pour faire quelques intervalles. Miraculeusement, le premier rayon de soleil de l’année sera l’invité surprise du jour et les joggeurs seront présents en nombre (près de 950 !) avec la victoire de Van den Broek devant El Hachimi et Nemeth revenu tout droit de vacances. La mini-Portelette sera remporté par Jérôme, qui fréquente notre club CPMV. Bravo !

Après cette belle journée, nous revenons le lendemain et en force avec Patrick et Renaud, qui prépare tous deux le marathon d’Annecy, Catherine, Jean-louis, Nicolas, Frédéric, Alain et moi-même. Le soleil de la veille a laissé place à une tempête … C’est qu’il en faut du courage pour sortir de la voiture … tant le vent souffle en rafale, laissant de temps à autre la place à une pluie nous mitraillant … on s’abritera vite sous le chapiteau : force de constater que nous ne serons pas trop nombreux, seul les téméraires étaient  présents, une petite soixantaine.

Les conditions climatiques sont dantesques, on va en baver …. Je me revois encore ressasser mes paroles de l'année passée: "ben le trail la translobbaine, je ne l'ai pas trouvé trop dur ..." Vous avez osé défier la puissance de Zeus ... tu dois être puni, et tu erreras désormais dans un monde inconnu", j'aurais mieux fait de faire profil bas !

D’autant plus que certains Vététistes ont ouvert le parcours et nous laisserons sans doute, boues, vasques et tutti quanti.

Ça y est nous partons, et commençons par la deuxième boucle de l’année passée. Tout de suite, nous formons un petit groupe avec Fabian alias l’Éthiopien blanc et Bruno. Nous resterons groupés jusqu’à l’arrivée ; juste derrière, Nicolas ne parviendra pas à faire la jonction.

Après avoir traversé la Sambre, nous entamons notre première côte dans la boue, pour nous retrouver vent de face violent, ensuite on attaque le bois de Biercée en passant à gué le Rau de Villers ; ensuite, il a fallu nous faire dévier du parcours prévu suite à la chute d’arbre(s). On retrouve une zone résidentielle et nous sommes quelques peu protégés par les habitations, On se dirige vers Thuin et nous emprunterons un moment la corrida de Thuin, et son fameux mur, ensuite dernière difficulté avant la première boucle, une longue ascension jusqu’à Lobbes. Voilà notre première boucle bouclée sans trop d’encombre. Et c’est reparti, pour la deuxième boucle en direction de Mont-Sainte-Geneviève, mais pas sans mal. Nous devons traverser des champs toujours avec ce vent violent et la pluie battante ; nous nous enlisons, dérapons, embourbons, ça fait vraiment mal, mais on s’encourage mutuellement. Et puis c’est le bois, il y a de la boue mais c’est beaucoup moins fatiguant que le champ. On traverse la nationale et on se dirige vers Leernes par sentier campagnard … C’est bien plat, mais on se retrouve de nouveau vent de face et rien pour l’atténuer dans les parages … heureusement, nous formons un très bon Trio, et nous avons le temps de discuter du bonheur que nous procurent les trails, nos prochains challenges etc… les km défileront rapidement .

Enfin le bois, on va pouvoir s’abriter … mais le vent a laissé place à un sol bien gras, et la traversée du bois de Fontaine, se fera non sans mal, tant les efforts pour rester en équilibre et éviter les branches seront importants. Je reconnaitrai un moment le parcours du jogging de Leernes dans son bois domanial, mais nous le quitterons pour une descente très dangereuse, pentue, boueuse, rocheuse et glissante… et je me lâcherai un peu. Soyons fous …

Nous retrouvons la Sambre sauvage et remontons le bois des Waibes … là nous n’aurons pas le choix, nous allons devoir marcher un peu, car c’est que ça glisse et ça monte … enfin un peu de Macadam , mais c’est pour retrouver le vent fripon, le vent maraud il nous avait manqué celui-là … un moment j’aurai cru qu’il allait m’emporté, mais je m’abriterai vite derrière mes deux acolytes. Nous croiserons quelques automobilistes (faudra pas compter sur les piétons), éberlués à se demander c'est qui ces toqués ????

On retourne alors gentiment à Lobbes et voilà notre périple terminé.

Le grand chapiteau réservé à l’accueil du public a dû être démonté, sur ordre des pompiers de Thuin. La remise des prix et la buvette ont donc dû s’improviser dans la salle de sport voisine. Quant au trail, baptisé la Translobbaine (environ 30 km), comme le dit l’un des organisateurs, Bernard Paulus : “on en reparlera encore dans dix ans !” Entre terrains sous eaux et vents infernaux !

Pour conclure, j’avais trouvé le trail de l’année passée un peu rapide … voilà que l’on nous a rendu la monnaie de sa pièce … (plus de 25 min par rapport à l’année dernière) … un bon trail que je n’oublierai pas d’aussitôt …. En tout cas super agréable en compagnie de Fabian et Bruno. Dommage que Nicolas n’ait pas pu nous rejoindre. Et physiquement, j’ai été agréablement surpris par mon état de forme … donc de bonne augure pour la suite.

 

lobbes_6

>> Arrivée de la mini-portelette

lobbes_32 lobbes_33 

lobbes_38 lobbes_39

lobbes_34 lobbes_40

lobbes_41 lobbes_42

lobbes_35 lobbes_36

lobbes_37

lobbes_30

>> arrivée du trail

Galerie Photo :

>> Photo Portelette 1 : Cliquez ici (Jacques papy)

>> Photo Portelette 2 : Cliquez ici (Jacques papy)

>> Photo Portelette 3 : Cliquez ici (Charles)

>> Photo Portelette 4 : Cliquez ici (running59)

>> Photo Portelette 5 : Cliquez ici (Ma photo de la course)

>> Photo Portelette 6 : Cliquez ici (sudpresse)

>> Photo Translobbaine 1 : Cliquez ici (Jacques papy)

>> Photo Translobbaine 2 : Cliquez ici (Ma photo de la course)

Reportage Telesambre :

telesambre5

>> Reportage sur la Portelette

>> Reportage sur la Translobbaine

 

| (2) | |  Facedebouc

13/02/2010

Trail des 3 Vallées de Couvin - 13/02/2010 - [33 km]

Trail des 3 Vallées de Couvin - 13/02/2010 - [33 km]

Home2

Parcours :

Course Couvin 13-02-2010_google

Course Couvin 13-02-2010, IGN

Dénivelé :

Course Couvin 13-02-2010, IGN_dev

Allure :

Course Couvin 13-02-2010, Vitesse - Distance

Course Couvin 13-02-2010, Vitesse

Classement 2010 :

>> 22 km : Cliquez ici

>> 33 km : Cliquez ici

Résultats : 

Distance (km) Temps Moyenne (km/h) Allure (min/km) Position Nbr Participant % position
33 3:03:52 10,74 05:34 22 72 30

Commentaire :

Voilà le retour des trails …. Et résultats mitigés après la trêve hivernale …

Afin de préparer correctement la Bouillonnante, ce n’est pas moins de 4 trails de préparations que j’ai concocté au programme, et le premier est celui de Couvin, qui sera suivi par la Translobainne , le trail de Chimay et pour terminer celui de Gougnies …

Nous voilà donc à Couvin, pour une première préparation, nous serons 4 du club, 3 pour le 33 km et 1 pour le 22. Il fait très très froid, et le paysage très très enneigé, je déciderai donc de courir avec mon manteau d’hiver …. Le départ se donne de l’autre côté de la N5 pour des raisons de sécurités. Nous nous rendons à pied, et nous voilà tous réunis (11,22 et 33 km ) sur un petit carrefour dans une zone résidentielle. Après les instructions, nous traversons quelques rues et entamons de suite le parcours boisé.

Après 3 km, le premier mur … et à la queue leu leu nous le grimpons, attention de ne pas glisser au risque de retourner à la case départ ….

On rejoint le premier ravitaillement au 8ème km, point de séparation également pour le 22 et le 33 km. Pour nous, ça sera à gauche après quelques morceaux de nougat au chocolat .. hmmm .

Le parcours devient plus sauvage …. Petit sentier, descende technique,  un grand mur, ornière forrestière, on zigzague en permanence afin d’éviter les plaques de verglas et les flaques d’eau qui nous attendent pernicieusement dessous …. Les appuis sont difficiles et donc on avance péniblement dans la neige, ornière, ronce et sentier non stabilisé … parfois on n’a pas le choix et on fait un peu d’hors piste, sinon c’est le bain glacé assuré …qu’à un moment, n’ayant pas d’autre choix,  j’expérimenterai … résultat : eau glacée jusqu’aux tibias  … glaglagla 

Nous retrouvons au 19ème km notre ravitaillement, et surprise je retrouve les morceaux de nougat et mon gant que j’avais perdu en téléphonant …

Nous rejoignons maintenant le parcours du 22 km, avec le tour du lac … bien plat et bien monotone sur près de 3 km, je n’aurai pas l’impression d’avancer …

Voilà que j’aimerai bien boire un p’tit coup, mais pas moyen le tuyau de mon camelbag est gelé … tant pis je ferai sans … 25ème km, on rejoint le bois, et petit coup de bigophone pour des nouvelles sportives de ma fille,  et toujours pas beaucoup de dénivelé. Arrivé au 29ème   j’ai vraiment trop soif, je m’arrêterai 3 min,  afin sortir ma poche d’eau et boire à la source, que cela fait du bien, mais l’eau est très fraîche, je repartirai et arriverai après plus de 3h03’ sur l’arrivée, où Jean-Louis  nous attendra patiemment dans le froid …

Après quelques minutes, l’équipe est au complet et nous partagerons chaleureusement le spaghetti offert.

phpThumb_generated_thumbnailjpg Photo Romain Forget

Trail+des+3+Vall%C3%A9e+010

Trail+des+3+Vall%C3%A9e+016

Galerie Photo 1 : Cliquez ici (Jacques Rifflart)

Galerie Photo 2 : Cliquez ici

Article de Presse :

348101 Le 18/02/2010

Deux grandes premières aux 3 Vallées

Rudy Depret et Jonathan Bailly ont remporté leur tout premier tr ail samedi à Couvin. Il y avait davantage de coureurs que l'an dernier.

Le trail des 3 Vallées, après une première édition tonitruante (250 coureurs) et une seconde beaucoup moins fréquentée (130 coureurs), a amorcé un beau redressement ce samedi puisque 200 coureurs étaient présents devant le Couvidôme. Et parmi eux, de tous bons athlètes. Véritable référence dans la région de par ses performances en triathlon, Rudy Depret a remporté la longue distance (33 km). Sa première victoire dans une épreuve de ce genre, à sa 3e tentative. Le Chimacien a d'abord mené une course d'attente derrière Cédric Pasque mais, peu avant le 25e km, il est passé à l'offensive. « Vu le nombre de kilomètres et le dénivelé important, il valait mieux être prudent, relate-t-il. Je voulais courir les 20 premiers kilomètres à un bon rythme avant, si je me sentais bien, d'essayer de terminer en force. La victoire, que je n'avais pas spécialement envisagée au départ, a constitué un joli bonus. » Le parcours, enneigé, était fort glissant par endroits. « Je concevais avant tout cette épreuve comme une préparation pour la prochaine saison de triathlon et notamment pour l'Ironman de Nice que je disputerai fin juin avec une quinzaine d'autres athlètes des Sharks. Une épreuve telle que celle de ce samedi me permet de tester mon endurance, dans un cadre magnifique, près de chez moi et dans une ambiance sympa. Que des bonnes raisons pour y participer ! » Lorsque Rudy a franchi la ligne d'arrivée, Jonathan Bailly était déjà bien au chaud. Le coureur de Sivry avait remporté cinquante minutes plus tôt la course de 22 km. « Et dire que c'était le premier trail auquel je participais, s'exclama-t-il. C'était du pur bonheur de prendre part à cette épreuve magnifique. Je suis habitué à courir dans ces bois mais la neige leur a donné un aspect féérique en plus. » La victoire de Jonathan s'est dessinée dès le 3e km. « Je connaissais bien plusieurs portions du circuit et ai attaqué au bon endroit. Je me suis surpris à tenir de bout en bout car il y avait tout de même de fameux adversaires comme Michaël Groenne ou encore Stéphane Mouchet en toute grande forme actuellement. J'ai eu peur de craquer physiquement dans les derniers kilomètres mais heureusement j'avais de bonnes jambes. Avoir gagné fait un bien fou au moral, surtout après être complètement passé au travers du dernier championnat provincial de cross. » Objectif Grand Couvin L'épreuve rapportait des points de bonus aux coureurs du Grand Couvin. Un challenge qu'il ne déplairait pas à Bailly de remporter. « S'il se confirme que Mehdi Lahbib fait bien l'impasse, nous serons nombreux à souhaiter assurer la succession. Je pense pouvoir faire partie des prétendants mais Mouchet, Groenne et Cédric Pasque sont peut-être davantage armés que moi. Ca augure en tout cas de belles bagarres entre nous. » La petite distance, de 11 km, n'a pas attiré beaucoup plus de coureurs que l'année dernière. C'est Gary Seingier qui s'est montré le meilleur des sept coureurs inscrits.

G.B.

 

| (0) | |  Facedebouc

15/11/2009

Trail de la Hunelle - 15/11/2009 [15 km]

  • Trail de la Hunelle - 15/11/2009 [15 km]

trail_home

Parcours du 15 km :

trail_hunelle_google

trail_hunelle_ign

Parcours du 25 km :

trail_hunelle_google_30

trail_hunelle_ign_30

Dénivelé su 15 km :

trail_hunelle_ign_den

Dénivelé du 25 km :

trail_hunelle_ign_den_30

Allure du 15 km :

trail_lahunelles_all

trail_lahunelles_all_int

Classement 2009 :

>> Classement du 15 km : Cliquez ici

>> Classement du 25 km : Cliquez ici

Résultat du 15 km :

Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
16,901:18:5412,904:403595

Commentaire :

Me voilà enfin de retour sur la piste ! Et oui, ce mois d’octobre fut réservé exclusivement aux tournois de badminton : j’en ai enfilé 5 de suite et encore la veille du trail je me voyais en train de flirter avec les volants … 8 matchs en en journée cela laisse des traces …  Allez courage, il ne m’en reste plus qu’un la semaine prochaine.

En pleine préparation du marathon de Nathalie, il me fallait trouver une compétition de +- 20 km ce WE… et autant relier l’utile à l’agréable ... ça sera un trail du côté de Chièvres. Ayant participé, il y a quelques mois,  au triathlon promo de Chièvres, les organisateurs ont eu la bonne idée de nous inviter et ayant gardé un très bon souvenir, c’est la course idéale.

Nous arrivons sur place, et le temps est doux, mais il y a eu beaucoup de pluie ces derniers temps, on scrute le ciel et pour le moment ça à l’air de bonne augure.

Le profil ne semble pas trop difficile, la grosse difficulté du jour sera sans doute la gadoue et le vent qui semble souffler en rafale.

Nous opterons avec ma femme pour le 15 km qui se rapproche plus du 17 km, tant mieux pour la préparation. Nous serons plus de 160 au départ, et après le discours patriotique de l’échevin des sports, nous entamons notre chevauchée. Nathalie devra suivre des instructions précises, courir au cardio entre 160 et 165, et pour moi ça sera entre 165 et 170.

Après quelques hectomètres de macadam, nous empruntons un petit sentier et c’est comme la chanson de Bezu, c’est à la queue leu leu, que nous avançons festivement. Voilà un peu de macadam de quoi se replacer puis un passage improvisé dans parcelle boisée au bord de la route … et attention aux racines, trop tard pour le gars juste devant moi … mais rien de grave et on continue à la queue leu leu, on se croirait à une communion.

Après avoir traversé Beloeil à proximité du château, les choses sérieuses commencent, la gadoue faisant son apparition, on slalome, mais c’est gérable, rien avoir avec le trail de Gougnies, on patine un peu, c’est dur pour les cuisses, mais la plupart des trailers s’en sortent très bien. Après avoir longé le canal, nous avons droit à un petit tour de manège autour  de la forêt de Beloeil, les sentiers bien larges facilitent notre parcours.

Nous retrouvons le canal, avec un petit ravitaillement. Quelques mètres plus loin, il faudra traverser celui-ci en prenant une berge … je prends bien mon temps, histoire de ne pas boire comme un entonnoir … me voilà de l’autre côté et c’est de suite la séparation des 15 et 25 km.

Je prendrai donc à gauche, et me voilà esseulé, oups ça fait peur, car jusqu’à maintenant je suivais les trailers devant moi … va falloir redoubler de prudence.

Et c’est parti pour le retour le long du canal, c’est super agréable, quelques écluses, quelques pêcheurs, quelques vététistes, je retrouve des signaleurs ... je vois juste en point de mire à 300 m à autre trailer … ouf je me perdrai pas … je prends le temps de contempler le paysage et puis que vois-je de l’autre côté du canal … ma femme … oups … nous prenons le temps de faire un brin de  causette, et elle me raconte qu’elle s’est trompée, a loupé une balise et a fait 3 km supplémentaires , heureusement qu’elle court en compagnie d’une autre dame. Elles finiront par retrouver le chemin …

Je continue ensuite mon chemin, nous quittons un moment le canal, pour traverser un champ, une corde de rappel, un talus et des orties voilà la première difficulté, on retrouve plus loin le canal, en gravissant une petite échelle … sympathique.

Apparemment cela devait pas être évident pour tout le monde, car Nathalie aura tout bonnement embrassé les orties ….

Au km 16,5 Nous quittons le canal pour entrer gentiment à Huissignies, où le speaker tiendra en haleine les supporters … peut-être se prépare-t-il au tour de France qui passera prochainement à Chièvres …

Après une soupe, je rejoins les enfants qui nous aurons attendu patiemment, et leur dit que madame votre mère n’est pas prête d’arrivée … on ira la rejoindre sur le pont du canal et on terminera en famille. Elle aura parcouru 20 km en 2h30 avec un rythme cardiaque constant, ce qui est de bonne augure pour la suite …

Pour conclure, pour une première édition, ce fut une organisation remarquable !!!
Mais il reste sans doute des choses à améliorer :
 >> le balisage à certain endroit fort léger (exemple à la sortie du ravitaillement sur la canal)
 >> le débalisage rapide, les derniers trailers se sont perdus (dont ma femme)
 >> ajouter si possible du dénivelé, pour durcir la course
 >> placer les sentiers très étroits après quelques km, le temps de décanter la course

Sinon, ce fut impeccable, avec un repas très apprécié et bonne continuation aux organisateurs

Voilà dans deux semaines, direction La Rochelle et son marathon …

trail_ima1

trail_ima2

Reportage Vidéo :

notele Reportage No Tele : émission Biscotos du 16/11/2009

>> Cliquez ici  (à 18 minutes 08 secondes)

| (3) | |  Facedebouc

14/09/2009

Trail National Côte d'Opale (Marquise) - 13/09/09 [55 km]


Trail National Côte d'Opale (Marquise) - 13/09/09 [55 km]

Opale_Home

Trail en ligne de 55 km 1200 m D+, départ de Wissant arrivée à Marquise

Parcours :

Opale_parc

opale_carte

opale_google

Dénivelé :

opale_den

Allure :

opale_all

opale_all_int

Classement 2009 :

Classement 55 km : Cliquez ici

Classement 33 km : Cliquez ici

Classement 13 km : Cliquez ici 

Résultats :

Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
55,005:37:499,806:099241522

* 22 abandons pour les 55 km

Commentaire :

C’est toujours un plaisir de côtoyer la côte d’Opale … cette année-ci un petit WE en famille avec le Trail National de la Côte d’Opale comme apothéose.

Samedi, nous nous promènerons dans la ville de Calais, et terminerons la journée à Boulogne sur Mer et nous visiterons Nausicaa, un splendide Aquarium.

Dimanche, on déjeune assez tôt dans un charmant hôtel, c’est que le départ est à 9h15. Et puis direction Wissant où se donne le départ … nous arriverons vers 9H00, de quoi me préparer, ensuite RDV sur la plage où plus de 1500 Trailers attendent tous excités le coup de sifflet. Les 13, 33 et 55 km partent ensemble, je me mets donc derrière pour ne pas être emportés par les allures rapides.

Dans une ambiance festive, nous démarrons au petit trop tant il y a du monde,  la marée est basse et nous allons fouler le sable pendant 5 km,  de temps à autre, nous n’avons pas le choix et devons courir sur les scories de marrée. Il y a un vent de face violent qui durcit inexorablement la course, ma foi le sable est encore dur par endroit et j’essaye de m’abriter dans la foule, mais c’est dur je cours à du 10 km/h et mon cardio s’emballe …

Nous quittons la plage pour rejoindre le Cap Blanc Nez . C’est là que l’on découvre le double sens de la côte d’Opale … ben oui c’est une côte mais aussi des côtes. D’ailleurs pour franchir celle-ci, c’est un peu l’embouteillage, il faut passer par un escalier et puis on grimpe, on grimpe à près de 150 mètres d’altitude. Un nombreux public soutient les traileurs, l’ascension dans la poche c’est le moment d’admirer la vue lointaine du large Anglais.

Nous traversons maintenant des sentiers de l’arrière pays, assez bosselés et passons par la Haute-Escale et le petit village du « Tap-Cul ». Après une dernière bosse sévère, on franchit la ligne d’arrivée des 13 km à Sombre … c’est très bien, il me reste maintenant encore un marathon Rigolant , bon faut pas trop y penser pour ne pas trop se décourager, et sous les applaudissements du public les 33 et 55 continuent l’aventure. Je surprendrais même des traileurs du 11, qui par la beauté du parcours décideront de continuer ….

Les chemins sont toujours campagnards et de temps à autres, ce vent de face violent avec la pluie qui fait sont apparition, pas très sympa … Nous arrivons au 21ème km avec le premier ravitaillement, il me reste assez d’eau, juste le temps d’enfiler quelques abricots secs et puis je repars. Au 23ème km c’est la séparation des 33 et 55, à gauche un amas de trailers et à droite cela se décantent sérieusement  pour les 55. Après avoir bifurqué, je serai d’après un supporter 132ème …

Nous rejoignons doucement la plage de Wissant, mais partons dans l’autre sens jusqu’au km 29, là nous avons  le vent dans le dos, mais nous avons en point de mire les premiers trailers au loin, et puis mon fameux genoux refait des siennes, je n’ai pas eu le temps de guérir et c’est parti pour une douleur persistance sur le côté du genou … Apparemment j’ai le syndrome de l’essuie-glace et je peux vous assurer que cela fait très mal surtout sur les descentes … mais je n’ai pas envie d’abandonner et donc c’est en mordant sur ma chic et en courant jambe tendue sur les descentes que je compte terminer ce trail.

Nous quittons de nouveau la plage et traversons des chemins de dunes, pour se diriger doucement vers le Cap Gris-Nez. Oh là là ! que cela est dur, nous nous enfoncons dans le sable mou et avons très difficile d’avancer,  on patine, on patine ! Il faut lever la jambe bien haute pour espérer se sortir de cette situation et enfin la récompense … le cap Gris-Nez. Et c’est là que ma petite famille m’attendait patiemment et dans le froid …  Nous passons devant le phare et nous longeons la côte sur les hauteurs, c’est magnifique, j’en oublie ma douleur au genou et j’avance jusqu’au km 34, où nous quittons la falaise pour passer par les chemins campagnards et même un petit tronçon boisé près du Musée du Mur de l’Altantique … C’est là que je croise les premiers malheureux trailers victimes des premières crampes, un petit mot d’encouragement au passage.

Nous arrivons au KM 38, au deuxième ravitaillement, accueillis chaleureusement par un speaker dans le village d’Audresselles. Ici je m’arrête le temps que l’on me remplisse gentiment mon CamelBag et quelques Abricots secs … difficile à passer : le sucre commence à me dégouter. Après quelques petites minutes nous repartons en direction de la plage, mais le sable fin a laissé la place aux galets denses et meubles ….
Aie aie aie ! le fait de m’arrêter, ma douleur au genou insoutenable et cette surface impraticable pour la course à pied, rendront cette partie du trail la plus hard !!! et même si j’ai l’impression de ne pas avancer, je ne me fais pas dépasser, autant dire que c’est dur pour tout le monde.
On arrive à Ambleteuse en passant près du Fort et j’espère que mon calvaire se termine …  que nenni après avoir traversé à gué une rivière très froide, l’eau arrivant au genou, nous devons traverser un champ de galets encore plus denses et plus meubles. Mes pieds qui s’enfoncent dans cette mer de cailloux, le vent de face et la pluie qui revient c’est vraiment galère.

Je m’accroche à un trailer qui traine le pied, puis un autre et ainsi de suite. On quitte le large pour l’arrière pays et nous retournons vers Marquise en passant au km 45 par Raventhun que je franchis à la 100 ème position. Ensuite, on entame une longue et interminable montée à travers la campagne. J’alterne marche et course à pied comme tous les trailers. Au KM 48 on rejoint le parcours du 33 et  après une descente qui fera hurler mon genou, on attaque une longue côte sur macadam, que je ferai à petit trop.

Les 5 derniers km seront une petite formalité et me voilà en train de franchir la ligne d’arrivée avec un temps de 5h37 et à la 92ème position.
Pour conclure :

  • Voilà un trail inédit pour moi, avec un nouveau terrain de chasse, à savoir le littoral avec son sable, ses galets, ses dunes et son vent piquant à négocier.
  • Une organisation professionnelle, balisage parfait ,  impossible de se tromper, sécurité 100%, des agents à chaque point dangereux, un nombreux public le long des sites remarquables, ravito en suffisance.
  • Un paysage à couper le souffle, si vous aimez la nature, le dépaysement et le sport ce trail est fait pour vous.

Il est temps de me reposer, mes tournois de badminton pointent  du nez pour le mois d’octobre.  Et puis peut-être un marathon d’ici la fin de l’année si mon genou se rétablit.

 

>> Vidéo du départ de Wissant

DSC_0803

>> Juste avant le départ

DSC_0805

DSC_0806

DSC_0808

>> Km 0 : Sur la plage de Wissant

plageWissantdepart

>> Les premiers kilomètres sur la plage de Wissant

plageWissantdepart2

capblanc

>> KM 5 : Première côte vers le Cap Blanc Nez

capblanc2

capblanc4

capblanc3

DSC_0823

DSC_0829

>> Une vue splendide sur le Cap Blanc Nez

DSC_0831

DSC_0832

>> KM 29,5 : à l'approche du Cap Griz-Nez

DSC_0834

DSC_0836

>> Et voilà, mes fidèles supporters en point de mire ... ma petite famille venue m'encourager ... allez papa

DSC_0837

DSC_0838

DSC_0839

DSC_0840

DSC_0841

DSC_0844

DSC_0821

>> KM 31 : Le Cap Griz-Nez 

andellejpg

>> au 38ème KM à Audresselles, à la sortie du 2ème ravitaillement, et c'est parti pour la plage de galets. Por moi ça sera la partie la plus dure de ce Trail ... En pleurs

fort_ambleteuse

>> KM 41 : le Fort d'Ambleteuse

ambleteuse_riviere

>> KM 41,1 : Ambleuteuse, petite rivière à franchir à gué, ça rafraîchit et puis ça fixe le sable dans les godasses ... faut positiver ... Clin d'oeil

ambleteuse_riviere2

>> et toujours cette mer de galets ...

DSC_0853

>> KM 54,8 : tout proche de l'arrivée, encore quelques mètres

DSC_0852

DSC_0854

>> Allez Ludo, un petit Sprint ?

s7305099

>> 54,9 km : L'arrivée marquée à Marquise.

Galerie Photo :

Galerie Photo 1 : Cliquez ici

Vidéo :

Vidéo Officielle de l'édition 2008 :

 

| (1) | |  Facedebouc

10/08/2009

6ème Trail du Val d'heure - 09/08/2009 [55 km]

6ème Trail du Val d'heure (Ham-sur-Heure) - 09/08/2009 [55 km]

valheurehome

Départ et arrivée dans le cadre du Château communal. Parcours vallonné en deux boucles sur sentiers boisés et chemins campagnards.

 
3 distances vous seront proposées :

>> 36 kms – 1020 D+  

>> 20 kms -   460 D+  

>> 56 kms – 1480 D+

Parcours :

valheur_google

valheur_ign

Dénivelé :

tvh_den

Allure :

Allure jusqu'au 46èm km, car ensuite ma batterie est tombée en rade ...

valheure_all

valheure_all_km

Classement :

Classement 2009 (20 - 35 - 55 km) : Cliquez ici

Résultats :

Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
55,006:07:419,006:24178520

* 20 abandons pour les 55 km

Commentaire :

A l’heure de ma pré-inscription au trail du Val d’Heure, je ne savais pas encore que l’allais participer au triathlon de l’Alpe d’Huez une semaine avant. Et donc, c’est avec un gros état de fatigue générale que je vais me présenter à ce trail.

Ayant boudé les longues distances les deux dernières éditions pour diverses raisons, cette année je m’étais dis : "je fais la longue distance ! donc je ne vais pas reculer".

Le réveil est douloureux, juste une tasse de café et une tartine et puis direction le château d’Ham-sur-Heure. Je retire mon dossard, reçois un T-shirt. Beaucoup de participants de mon club CMPV seront représentés, nous taillerons une bavette car on ne s'est plus vu depuis les vacances. La pluparts d’entre eux, feront les 20 et 35 km … je serai le seul à m’élancer pour les 55.

Cette édition sera un grand succès et nou serons plus de 300 toutes épreuves confondues ... record battu. Avec plein de nationalités représentées … c’est là que l’on voit le succès grandissant des trails .. et oui une fois que l’y on a gouté difficile de sans passer.

Le départ aura un peu de retard et seul deux ravitaillements seront prévus, un premier au 17ème km et un second complet au 35 km, puis plus rien … donc : il faudra bien penser à remplir son camel bag … soit +- 3 kg à porter sur son dos en plus des km …

Les 35 - 55 km partiront en premier et vers 9h15, nous entamons notre longue chevauchée. Direction Beignée. Le coin me semble familier et nous avons notre première côte au bout du 2ème km, de quoi nous mettre en jambe. Je sens de suite, que mes jambes sont lourdes et une petite douleur au genou commence à sortir le bout se son nez, je ferai donc ce trail « cool » et la plupart du parcours avec Nicolas C. du club qui fait les 35. Après avoir emprunté le Flaya mais par son côté obscure, on se dirige vers Marcinelle et son redoutable terril du bois du Cazier … mais en amuse-gueule, un plus petit terril nous sera proposé de quoi nous alerter.

Le terril du Cazier s’offre ensuite à nous, mais au lieu de le monter par son petit sentier en colimaçon … le plus court chemin étant la ligne droite … les organisateurs n’ont pas fait dans la dentelle … résultat 75 mètres de dénivelés sur 170 mètres soit du 44% de pente. On aura droit ensuite au sentier pour la descente.

valheure_boiscazier

On se dirige ensuite vers le centre de Délassement de Marcinelle et au 17ème km le premier ravitaillement en eau. Je suis toujours en compagnie de Nicolas C. et juste devant nous la première dame, qui nous impressionne. Nous visiterons et revisiterons le bois du Prince, pour ensuite nous diriger vers Jamioux et son bois. C’est là que je vais laisser partir Nicolas car je ne tiendrai jamais comme cela les 55 km … le souffle c’est ok, la course c’est ok, mais lors des descentes, le genou droit me fait mal, difficile de plier la jambe. Alors, je suis obligé de ralentir dans les celles-ci …

Au 25 ème km, la première dame du 35 me rejoins et je  terminerai cette première boucle en sa compagnie ainsi qu’un Vététiste, nous aurons l’occasion de discuter bien sympathiquement et les km défileront rapidement … on retourne vers Beignée, avec encore quelques difficultés, mais l’arrivée est dans 4 km donc pas de soucis. Nous arrivons enfin au château et je terminerai cette première boucle en 3h42.

Je m’arrête un instant de quoi remplir mon CamelBag, et m’approvisionner en biscuit et banane. Quelques étirements … et puis il faut repartir …. Mais c’est très très dur pour le moral : beaucoup de gens au château … assis sur leur banc avec un verre à la main … l’odeur du Barbecue … l’ivresse des finishers …. Et moi je dois repartir pour plus de 2 heures … Faut pas que je traine trop ici … allez je reprends ma foulée vers les hauteurs … mais que ca fait mal au genou …. Je vais trainer la patte pendant 500 mètres, et puis retrouverai mon allure. On traverse le bois Jacques, que je commence à connaître par cœur, mais à chaque descente … douleur au genou, cela devient un calvaire à en préférer les côtes !!!

Nous visiterons par la suite le bois de Baconval, là je me sens vraiment moins à l’aise, les sentiers sont rocailleux et irréguliers et ça fait vraiment mal aux pieds, vivement qu’on quitte ce bois … Mais, ça me semblera interminable et c’est là que ma montre me lâche au 46ème km …  je pensais que la deuxième partie serait plus facile … fatal error …. Des côtes, des côtes, des descentes, je traîne même un peu la patte, devient fainéant et puis une petite chute. Bon ! Christophe réveille toi un peu! … Enfin Cour-sur-Heure …. Je suis sauvé ! après la traversée du village nous foulerons un sentier campagnard, plein soleil à Gomerée … une longue ligne droite en faux plat montant … et le soleil pesant et le soleil pesant … Je vois quelques trailers au loin devant  mais je sais que l’on s’approche de l’arrivée. Nous descendons ensuite sur le château et puis la bannière d’arrivée sous le son du speaker. Plus de 6 heures 7 minutes d’effort et un GRAND OUF Rigolant.

Chapeau à tous les Trailers, et aux organisateurs pour cette remarquable édition. Et je ne me lasse pas de visiter cette magnifique région.

DSC_0757

>> arrivée de la première boucle, 35 km déjà parcouru

DSC_0758

>> rentrée au chateau

DSC_0760

>> une petite pause bien méritée, avant la deuxième boucle ... allez plus que 20km

DSC_0784

>> arrivée après plus de 55 km ... je retrouve le sourire

DSC_0787

>> même pas mal Langue tirée

Galerie Photo :

Galerie photo 1 : Cliquez ici

Galerie photo 2 : Cliquez ici

Article de presse :

gazette_nav La nouvelle Gazette 12/08/09 : Cliquez ici

Logo_Buttom_V Vers l'Avenir 13/08/09 : Cliquez ici

telesambre Reportage du 28/08/09 :

Vidéo :

>> La montée du Terril du Bois du Cazier :

 

| (3) | |  Facedebouc

05/07/2009

Trail de Chiny - 04/07/2009 [50 km]

Trail de Chiny - 04/07/2009 [50 km]

chiny_home

Un parcours en plein nature sous un soleil gaumais, voilà ce qui nous attend samedi.
Vous crapahuterez dans les méandres de la vallée de la Semois.

Parcours :

chiny_google

chiny

Dénivelé :

chiny_ing_den

Allure :

chiny_all

chiny_all_int

Classement :

Classement : 2009 : Cliquez ici

Résultats :

Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
50,005:26:539,206:32248229

Commentaire :

Il y a deux ans, j'avais eu l’occasion de participer à ce trail qui s’appelait à l’époque «  allure libre de Jamoigne » avec une distance commune de 27 km. J’en avais gardé un très bon souvenir et un super WE. Ayant reçu récemment une invitation pour l’édition 2009, je n’ai pas hésité longtemps pour m’inscrire … le seul dilemme étant le choix cette fois-ci entre le 26 ou 50 km … A l’heure de l’inscription, je ne savais pas encore que j’allais participer à mon premier quart de triathlon, et c’est avec une certaine fatigue générale que je me présente pour les 50 km.

Le temps est caniculaire, mais fort heureusement la plupart du parcours sera ombragé et donc normalement supportable. L’organisateur nous annonce joyeusement :
>>   un petit allongement d’un km accueilli avec taquinerie par les traileurs
>>   4 ravitaillements dus aux conditions climatiques, rafraîchissant les traileurs
>>   et un passage à gué aux environs du 38ème km, inquiétant les traileurs

Nous serons moins d’une centaine sur le départ, et je reconnais les premiers tronçons du parcours semblable à celui de l’édition 2007. Et c’est avec un petit rythme que nous entamons ce trail, et cela monte très légèrement (de quoi se calibrer) et après avoir emprunté une route nous redescendons vers Chiny. Au 5ème km nous croisons les kayakistes et longeons la plage, c’est à peine si nous foulons les nappes de piqueniques … nous sommes dévisagés, tel des créatures de foires, par les touristes ..  c’est quoi ces malheureux qui courent avec à sac sur le dos ???

Quelques grands sourires et nous arrivons au pied de la première difficulté du jour « Les Ainsances » au 6 ème km … Suivant les conseils de notre moniteur du club, je vais éviter de grimper sur la pointe des pieds, mais plutôt sur les talons afin de prévenir de crampes aux mollets. Sagement je grimpe les 110 m de dénivelé sans problème pour arriver tout en haut et contempler la vue splendide qui s’offre à nous. Nous attaquons de suite une descende vertigineuse à travers les herbes hautes, celle-ci me paraîtra plus éprouvante que la montée …

Nous réattaquons une nouvelle grimpette après avoir traversé le Rau du Prévot, et toujours pas de problème, et nous arrivons doucement vers le premier ravitaillement au km 11. Je me rafraîchis légèrement et je repars gentiment  vers « les Etang des Epioux ». Après avoir croisé un groupe folklorique jouant du cor de chasse, on se dirige vers un pont en arche surplombant la Semois, la vue est magnifique, nous en prendrons un autre un plus bas , et ensuite longerons la Semois.  J’aurai l’occasion de voir au haut des trailers sur ce pont, telle une jolie carte postale.

Au 25ème km, nous nous trouvons devant la plus grosse difficulté du jour. C’est là qu’un flash survient : j’ai en mémoire le 38ème km de la bouillonnante avec une côte à faire pâlir un mort ….  C’est sa côte jumelle alias « Les Maulsûs »  qui est devant moi, mais je suis dans de meilleures conditions et sans trop de problème je pratique mon ascension de 160 m …
Nous avons à peine l’occasion de récupérer sur la descente qui suit, qu’une nouvelle côte s’offre à nous, mais avec un pourcentage un peu plus acceptable, c’est là que je rejoins un trailer, moi qui était esseulé depuis plusieurs kilomètres. Après partager un petit ru en cascade, nous rejoignons le bord de la Semois.  Et au km 32, contemplant le paysage, je ne vois pas la trace de chaux au sol, nous indiquant le changement de direction … et je vais continuer mon petit chemin tout droit pendant 1,5 km, pour arriver sur une impasse …. Je regarde à gauche à droite .. rien … pas possible je me suis encore trompé …. Je n’ai pas le choix je dois faire demi-tour … et je retrouve un groupe de trailer et le bon chemin … j’aurais perdu 20 min dans cette aventure … Mais ce qui me tracasse le plus, c’est qu’il y avait un trailer juste à 20 mètres derrière moi, et qu'il m’a pas fait le nécessaire pour m’avertir de ma fausse route … J’irai d’ailleurs le retrouver juste après la course, et il me dira … « ha oui … il y a quelqu’un qui s’est trompé …  ha c’était toi … j’ai crié mais tu ne m’as pas entendu » …. Bon c’est pas très fair-play et pas trop dans l’esprit trail …. Il aura gagné une place mais pas mon estime.

Me voilà, le moral à plat, revenu au 32ème km … j’ai plus de force dans la tête et plus rien dans les jambes … je marche un peu, et je cours en peu … Fort heureusement deux trailers qui ont décidé de courir ensemble me soutiennent … nous arrivons sur le ravitaillement du 38ème km, là je fais le plein en eau et nourriture. C'est aussi le moment qu’a choisi la première dame pour nous dépasser …. Et puis devant nous, la Semois que nous traverseons à gué, fort heureusement l’eau arrive au genou et le courant est modéré, quelques Kayakistes sont éberlués par le spectacle qui leur est offert ….

Il me faudra encore deux km, pour retrouvé enfin le moral … je prendrai alors une vitesse de croisière qui me permettra terminer dans de bonnes conditions la course …
Nous rejoignons le parcours de 26 km … et retrouvons le village de Chiny avec le dernier ravitaillement près d’une chapelle (au cas où), sur une descende technique rejoignant la plage. Je commence à rattraper les derniers trailers du 26 km.

Je reconnais le parcours d’il y a deux ans : nous remontons en traversant les bois « La Foulerie », longeons le barrage de la Vierre et deux dernières côtelettes en prime pour la forme. Encore trois km à plat dans les bois le long de la Vierre et puis les deux trailers qui m’ont soutenu tout à l’heure reviennent à ma hauteur, on terminera ensemble ce périple. Avec plus de 5h et 26 min.

J’avais comme ambition de le faire en 5h00, mais mon erreur de parcours en aura décidé autrement ….
 
Pour information, nous passerons la nuit à l’hôtel et le lendemain, ma bonnedame d’épouse et ma fille Amandine participeront au mini-trail de 7 km.
 
Pour conclure, encore une journée magnifique, une région bucolique, avec un trail bien harmonieux (beaucoup moins éprouvant que la bouillonnante) on en a encore pris plein les yeux et après deux jours de courbature me revoici opérationnel.

DSC_0055

>> un peu de repos avant le départ

DSC_0056

DSC_0058

DSC_0060

DSC_0061

DSC_0062

DSC_0064

DSC_0100

DSC_0123

DSC_0126

DSC_0127

DSC_0128

DSC_0129

DSC_0130

DSC_0131

DSC_0132

DSC_0134 

>> Me voilà tout heureux, en train de franchir la ligne d'arrivée

chiny_erreur

>> En vert : Ma petite erreur de parcours ... qui m'a allongé le parcours de 3 km

>> En rouge, le parcours normal

Galerie Photo :

>> Galerie photo 1 : Cliquez ici (Patrick F.)

Blog Trailer :

>> Blog espace-marathon88

>> Blog Scalnet-Run

| (5) | |  Facedebouc