elie

  • Jogging du Flaya (Durnal) - 23/05/2009 [9,8 km]

    Jogging du Flaya (Durnal) - 23/05/2009 [9,8 km]

    5ème épreuve du Challenge Ellie Befays

    durnal_home

    Parcours :

    durnal_google

    Dénivelé :

    durnal_ing_dev

    Allure :

    durnal_all

    durnal_all_int

    durnal_int

    Classement :

    Classement  2009 : Cliquez ici

    Résultats :

    Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
    9,80:44:5813,0804:363218517

    Commentaire :

    Avec les quelques Trails à venir, j’ai besoin de refaire des km et des côtes, c’est l’occasion de participer au jogging des Flaya, qui plus est, fait partie du challenge Elie Befays.

    Ce parcours est idéal pour un entrainement aux trails : Chemin boisé et accidenté et de belles côtes bien longues … il n’en fallait pas plus pour prendre ma voiture et me rendre à Durnal.

    J’arrive sur place, le temps de faire causette avec Dominique et puis une vieille retrouvaille Julien, le givré, venu en vélo jusqu’ici. Il me racontera qu’il est blessé au genou depuis une certaine course à Vedrin, et ne sait plus courir.. et attend, attend … Je me rend compte  également que nous partageons les mêmes avis sur les kinés …

    Bon c’est déjà l’heure de courir … je m’apprête … Aujourd’hui je ne vise pas un chrono, que nenni … mais compte grimper les côtes à une bonne petite allure et sans faiblir.

    Le premier Km est plat et nous traversons le quartier résidentiel, on attaque de suite les bois, avec une première descende de 2 km, où je me laisserai aller sans forcer. Ensuite deux petites côtes pas bien méchantes que je franchis à petits trots et nous continuons notre descente jusqu’aux abysses des carrières … nous nous trouvons 130 mètres plus bas.

    Et après un petit km, le long d’un petit ru, va falloir tout gravir. La première côte décourage même les plus téméraires, et moi comme prévu, je vais essayer de garder ma petite allure et c’est sur la pointe des pieds que commence mon ascension. Pendant 1 km le pourcentage sera élevé et ensuite nous avons l’occasion de récupérer un peu, car c’est deux km de montée mesquine qui va faire craquer quelques joggeurs.

    On retrouve le quartier résidentiel au km 8, mais il restera une dernière difficulté, on nous fera descendre des petites rues, afin de nous  faire profiter de la côte du Flaya … j’aurai l’occasion de ramasser quelques morceaux de poumons …. 

    Pour conclure, Ce jogging malgré le fait qu’il ne fait que 9,8 km, est un des plus durs du challenge Elie Befays, il suffit de voir les moyennes de chacun pour  s’en convaincre, et pour moi ce fut un très bon entraînement.

    Durnal_pic

    Galerie Photo :

    Galerie Photo 1 : Cliquez ici

  • La Molignée - 01/05/2008 [12,2 km]

    La Molignée - 01/05/2008 [12,2 km]

    molignee_home

    Comme l’an dernier, le parcours traverse la belle région de la Molignée, donc, on peut s’attendre à des côtes, des faux plats, des descentes, des sentiers dans les bois et à travers champs, des routes agricoles et traversées de villages. 

    Le parcours est composé de deux tiers chemin et un tiers route avec comme particularité les deux derniers km sur le Ravel entre Maredret et Ermeton. 

    Deux ravitaillements seront prévus

    Palmarès 2007 : 193 arrivées

    Messieurs :
    1. HARDY, Eric (42’32)
    2. CREMONT, Romuald (44’00)
    3. DOS SANTOS NEIVA, Sergio (46’21)

    Dames :
    1. GEEROMS, Kristel (53’33)
    2. FREDERICH, Dominique (54’47)
    3. YAGUE SANZ, Nathalie (56’03)

    Parcours :

    molignee_google

    Carte :

    molignee_ign

    Dénivellé :

    molignee_ign_den

    Allure :

    molignee_allure

    Allure Intermédiaire :

    molignée_allur_int

    Classement 2008 : Cliquez ici

    Résultat :

    Distance (km)TempsMoyenne (km/h)Allure (min/km)PositionNbr Participant% position
    12,2000:52:0114,0700:04:162917616


    Commentaire :

    Nous débarquons au village charmant et pittoresque de Ermeton-sur-biert, nous sommes agréablement accueillis par les organisateurs avec un petit colis cadeau, de quoi nous mettre de bonne humeur.

    Les enfants participeront à la course des jeunes foulées qui devront faire respectivement un, deux ou trois tours du terrain de foot suivant les catégories vert, jaune et bleu. Les sœurs Oubouskour se feront, comme à l’accoutumé, remarquer. Tous les enfants seront gâtés et recevront  un petit paquet de bonnes friandises.


    Je pars ensuite m’échauffer en compagnie de Sébastien. Il retrouve la forme progressivement, mais n’a pas encore atteint son excellent état de forme d’il y a un an. De mon côté c’est l’inconnu, j’ai encore dans les jambes mon trail la bouillonnante, d’il y a 10 jours, et c’est avec précaution que je vais prendre le départ. On se place avec Sébastien au milieu du peloton, et c’est parti.

    Le premier km consistera essentiellement à remonter doucement le peloton pour me positionner. Dès l’entame du deuxième kilomètre, le pourcentage s’accentue et avec 4 joggeurs nous nous détachons. Nous redescendons ensuite de nouveau au centre d’Ermeton au 4ème kilomètre, où ma femme nous immortalisera.

    C’est parti sur 2 km de montée, mais le chemin devient boueux et j’aurai fait une erreur tactique, en courant avec mes chaussures de route : en effet je vais perdre beaucoup d’énergie afin de tenir en équilibre sur cette portion… Je suis toujours en compagnie de Sébastien, mais celui-ci en fin d’ascension va devoir réduire un peu sa cadence afin de ne pas se brûler. 

    Au 9ème kilomètre nous passons devant l’imposante abbaye de Maredret, pour entamer une grande descente, mais  là, je ne sais rien faire et je me  laisse distancer par les spécialistes en descente.
    Nous arrivons sur le Ravel, en faux plat montant, mais je regrette de nouveau le choix de mes chaussures, le sol est herbeux et rocailleux. Nous quittons le Ravel pour entrer dans le village, où je croiserai ma fille, venue m’encourager de toutes ses forces en compagnie de ces petites copines du jour.

    Je franchis la ligne d’arrivée avec un temps de 52’01. Je ne crois pas que j’aurais pu faire mieux aujourd’hui, j’ai encore besoin d’une à deux semaines de récupération afin d’être pleinement opérationnel, de quoi faire j’espère une belle prestation sur le très sélectif jogging de Durnal du 17 mai.

    Je ferai ensuite le semi-marathon nature  le 1er juin à La Roche en Ardenne, une très belle course avec un beau dénivelé sur les collines de l’Ourthe et avec un paysage bucolique. 

    Je tenais à souligner la remarquable organisation sans faille de cette belle journée.

    Course des jeunes foulées (vert 6-8 ans) :

    Course des jeunes foulées (jaunes 9-11 ans) :

    Départ du Jogging la Molignée :

    molignée_CIMG4108

    molignee_Ermeton20030

    molignee_CIMG4168

    Galerie Photo 1 : Cliquez ici

    Galerie Photo 2 : Cliquez ici

    Galerie Photo 3 : Cliquez ici

    Article de presse :  

    24515 JOGGING ERMETON-SUR-BIERT

    Deuxième succès de Stéphane Jordens
      
     
    Dans un site touristique ancestral, le jogging d'Ermeton-sur-Biert n'est pas des plus faciles et a sacré Stéphane Jordens pour la seconde fois.

    Le village d'Ermeton-sur-Biert se niche au creux d'une vallée boisée, traversée par un vivant ruisseau. Le départ du jogging a lieu au pied du monastère tout proche. Remodelé l'an dernier avec son centre logistique à la salle du tennis de table, le parcours tracé par les Ladouce et Bultot, deux animateurs responsables du challenge, présente quelques difficultés. Les grimpées se succèdent en sites boisés, entrecoupées de dénivellations sur des routes macadamisées, avec des sentiers ravinés et naturellement légèrement boueux suite aux pluies récentes. À l'arrivée, les commentaires concordent, tels «un parcours exigeant, des grimpettes qui usent l'organisme, une route sèche ici, là un chemin creusé de fondrières mais un paysage qu'il conviendrait de regarder plus attentivement qu'en courant.»

    Quant à la course, elle a été remportée par le leader du challenge, le vétéran bruxellois Stéphane Jordens. «Je ne me sentais pourtant pas très bien ce matin, peu en verve et des bronches oppressées. J'ai été accroché par deux rivaux dont l'un, Julien Thonnart, m'a menacé quasi jusqu'au bout. Sur ce parcours assez irrégulier, j'ai surtout géré ma légère avance acquise en descente et je suis heureux de comptabiliser ce deuxième succès après Vedrin. J'espère un bon classement aux 20km de Bruxelles, un des objectifs de la saison.»

    Le Nivellois Thonnart, deuxième, ne dispute pas le challenge et a été un dur adversaire du vainqueur. Quant au jeune Alexandre Jacquerie qui accompagnait les deux premiers, il a lâché prise dans la seconde partie de course, ressentant une douleur à la jambe. Comme à Jemeppe, le Fossois a ainsi raté le podium, dépassé par Oubouskour échappé d'un groupe de chasse dont faisaient partie Rossi, Dos Santos.

    Et la première place est revenue cette fois à Nathalie Yague-Sanz.